X
En poursuivant votre navigation sur Sport&Style.fr, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêts, pour mesurer la fréquentation de notre site, et vous permettre de partager vos lectures sur les réseaux sociaux. Pour en savoir plus ou paramétrer les cookies, rendez-vous sur cette page. En savoir plus.
L’expo de la semaine : l'auto sous toutes les coutures à la Fondation Cartier

L’expo de la semaine : l'auto sous toutes les coutures à la Fondation Cartier

Par Carine Lepied , le 25 avril 2017

Avec l’exposition Autophoto, la Fondation Cartier pour l’art contemporain 
met à l’honneur l’automobile sous toutes ses facettes. À découvrir, près de 450 photographies historiques et contemporaines qui donnent une idée des relations foisonnantes entre photographie et automobile depuis le début du 20e siècle.

Pourquoi on l’a choisie ? Dès ses débuts, l’automobile fascine de nombreux photographes. Vecteur de progrès social, la voiture modifie les modes de vie et la manière d’appréhender l’espace et la société. L’exposition Autophoto à la Fondation Cartier met en évidence, à travers le travail d’une centaine de photographes, l’émergence d’une véritable « culture automobile » qui a durablement influencé les pratiques et les recherches artistiques des photographes, en leur offrant un sujet inédit aux multiples possibilités, et une nouvelle relation au monde.

Dans l’expo, on retrouve des grands noms de la photo comme William Eggleston, Lee Friedlander ou Andreas Gursky, et d’autres artistes moins connus comme Justine Kurland ou Jacqueline Hassink. Comme l’explique Constance Guisset, scénographe de l’exposition, Autophoto a été imaginée « comme un véritable road trip, sur différentes routes et à travers toutes sortes de paysages. Le parcours commence dans un espace aux circulations rectilignes, évoquant les rues d’une ville nord­américaine. La circulation sinueuse rappelle le circuit automobile et ses routes en lacets. » À l’étage en dessous, le visiteur se retrouve dans le monde de l’industrie et suit un parcours plus linéaire, comme une chaîne de montage qui le mène à l’intérieur même de la voiture avec les photos de Stéphane Couturier.  

Notre coup de cœur : au début du 20e siècle, Jacques-Henri Lartigue, très au fait de la modernité florissante dans la plupart des domaines, se prend de passion pour les automobiles et les multiples possibilités du mouvement et de la vitesse. Il étudie les distorsions étonnantes que peuvent engendrer la vitesse, comme sur cette photo du Grand Prix automobile de 1912 où notre perception de l’espace, de l’engin et du public est complètement perturbée. Cette photo est en fait une photo ratée, à la fois floue, décadrée et déformée. Le sujet principal de l’image – la voiture – échappe au cadre de la photo et se retrouve comme aplati. Cette image reste longtemps dans les archives du photographe. Elle aura finalement le succès qu’on lui connaît dans les années 1950, quand Lartigue la ressort de ses cartons justement pour cet aspect insolite et étrange de déformation.  

Où ? Autophoto – De 1900 à nos jours
Fondation Cartier pour l’art contemporain
Jusqu’au 24 septembre 2017
261 boulevard Raspail, 75014 Paris
https://www.fondationcartier.com

 

lire le magazine

IMAGE LAFC STORY

© L'équipe 24/24 2016 - Tous droits réservés

contacts - C.G.U.