X
En poursuivant votre navigation sur Sport&Style.fr, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêts, pour mesurer la fréquentation de notre site, et vous permettre de partager vos lectures sur les réseaux sociaux. Pour en savoir plus ou paramétrer les cookies, rendez-vous sur cette page. En savoir plus.
L’expo de la semaine : Stades, au Musée olympique de Lausanne

L’expo de la semaine : Stades, au Musée olympique de Lausanne

Par Carine Lepied , le 17 octobre 2016

Avec l'exposition Stades d’hier à demain, le musée olympique de Lausanne nous invite à nous pencher sur le processus de création d'un stade olympique et met en perspective les enjeux pour la ville hôte.

Pourquoi on l’a choisie ? Réalisée avec le concours d'experts architectes et urbanistes, l'exposition Stades d’hier à demain retrace l’histoire des stades, de l’Olympie antique aux projets de stades du futur les plus fous. À travers une belle scénographie circulaire en forme d'arène sportive, le visiteur déambule au fil des éditions, jusqu'en 2012. Au moyen de grands panneaux explicatifs, l’exposition nous permet de voir l’évolution des enjeux à l’échelle d’une ville et de découvrir les derniers projets olympiques des JO de Sydney à ceux de Londres, tous tournés vers l'avenir tout en tirant les leçons d'un héritage passé.

Le stade n’est plus un simple théâtre du spectacle sportif. Il doit répondre à des exigences pendant les Jeux et se projeter dans une perspective post-Jeux, dans une réflexion sur le long terme. Véritable arène du show sportif et monument urbain, le stade olympique cristallise des enjeux qui dépasse le sport. Comment accueillir un nombre importants de personnes dans les meilleures conditions sans désorganiser une ville ? Au-delà de la prouesse architecturale, l’arrivée des JO dans une ville est un véritable challenge économique et social. Le parc olympique doit autant que possible s'adapter à la ville ou apporter des solutions liées à l'urbanisme pour ce qui est du transport et de la circulation des personnes jusqu'au parc olympique et d'un stade à l'autre. Les JO de Rio ont de ce côté là été un véritable échec.

Et depuis les années 2000, le CIO exige de plus en plus un cahier des charges responsable et l’utilisation de matériaux provenant de sources durables, fabriqués, transportés et recyclés en respectant l’environnement. Les JO de Londres en 2012 s'étaient inscrits dans une vraie démarche écologique. Le cabinet Populous en charge du projet a ainsi décidé d'installer le parc olympique sur une ancienne friche très polluée. Et projettait déjà sa reconversation pour les années à venir. Depuis, l'ancien quartier olympique accueille petit à petit des sociétés high-tech et des infrastructures culturelles.

Nos coups de cœur : tout d'abord, le stade Nid d'oiseau réalisé pour les JO de Pékin de 2008 par le cabinet Herzog et de Meuron. Le bâtiment novateur marque une réelle avancée dans la réflexion menée sur les stades et les Jeux Olympiques. Le design original et l’esthétisme du lieu ont été pensés pour donner une image plus sympathique de la Chine. Avec sa superstructure (42 000 tonnes d’acier) on trouve une dimension artistique résolument nouvelle. Bien sûr, cette nouvelle approche n'est pas du goût de tout le monde mais attirent des touristes chinois et étrangers qui viennent à Pékin visiter le parc olympique. En 2022 le Nid d'oiseau accueillera les jeux olympiques d'hiver.
Sans oublier le travail de Neville Gabbie, artiste anglais invité en résidence pendant toute la durée du chantier des Jeux Olympiques de Londres en 2012. Entre autres travaux, l’artiste a réalisé un montage vidéo rendant hommage aux 239 travailleurs de l’ombre du chantier olympique, en 9 secondes 58, le record du 100 mètres établi par Usain Bolt. 

Le petit plus : À l’image de l’ensemble du musée olympique, l’accent est mis sur le multimédia et l’interactivité avec le public. En complément de l’exposition, les visiteurs peuvent profiter d’outils multimédia très bien pensés pour prolonger l’exposition. L’application Serious Game, destinée au jeunes adultes, permet de sensibiliser le jeune public au développement durable. En se mettant dans la peau de Pierre de Coubertin, du Maire ou de Mme CIO, on devient acteur de la construction d’un futur stade olympique. À découvrir également pendant toute la durée de l’exposition, des conférences, des projections avec Ciné-Stade, des visites et ateliers Un stade dans la ville.

Où ? Au Musée Olympique, 1 Quai d’Ouchy, 1001 Lausanne, Suisse
Jusqu’au 7 mai  www.olympic.org/musée

Pour approfondir le sujet : l’ouvrage Stades olympiques, des hommes, des passions, des histoires, édité par Gile Ltd, Londres en vente au TOM café du Musée olympique et sur les plateformes de vente.

 

lire le magazine

IMAGE LAFC STORY

© L'équipe 24/24 2016 - Tous droits réservés

contacts - C.G.U.