X
En poursuivant votre navigation sur Sport&Style.fr, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêts, pour mesurer la fréquentation de notre site, et vous permettre de partager vos lectures sur les réseaux sociaux. Pour en savoir plus ou paramétrer les cookies, rendez-vous sur cette page. En savoir plus.
Le Musée dauphinois célèbre les 50 ans des JO 1968 de Grenoble

Le Musée dauphinois célèbre les 50 ans des JO 1968 de Grenoble

Par Carine Lepied , le 08 février 2018

Si les Jeux Olympiques de Pyeongchang débutent demain, ceux de Grenoble de 1968 fêtent, quant à eux, leur cinquantième anniversaire. À découvrir tout au long de l’année, de nombreux événements dans la région et une belle exposition au Musée Dauphinois de Grenoble.

Du 6 au 18 février 1968, Grenoble accueillait les Xe Jeux Olympiques d’hiver. 1158 athlètes, 37 pays, 35 épreuves. Une cérémonie d’ouverture grandiose lancée par le Général De Gaulle et retransmise pour la première fois en couleurs, à destination de plus de 500 millions de téléspectateurs à travers le monde, faisant ainsi entrer les JO d'hiver dans une autre dimension. Des JO également très glamour puisque de nombreuses personnalités comme Audrey Hepburn, Ella Fitzgerald, Johnny Hallyday ou Charles Aznavour sont présentes.

À l’occasion de cette commémoration majeure pour le département de l’Isère, le Musée Dauphinois de Grenoble nous propose une exposition passionnante, Exposition Grenoble 1968, les Jeux Olympiques qui ont changé l’Isère, jusqu'au 7 janvier 2019, qui nous permet de comprendre l’envergure de l’événement pour la région. Historiens et spécialistes des JO ont été sollicités pour raconter cette aventure hors-norme et rassemblés photos d'époque, maquettes, affiches, simulateur de bobsleigh, éléments de mershandising comme ces paquets de cigarettes spécial JO, improbables pour notre époque !

Les JO de1968 gardent une place à part dans notre mémoire collective avec des résultats et des athlètes qui ont marqué les esprits. Cette année-là, la France se surpasse et termine troisième en nombre de médailles derrière l'Union soviétique (13) et la Norvège (14), grâce au palmarès exceptionnel du triple médaillé d’or Jean-Claude Killy, et de Marielle Goitschel. On retrouve d'ailleurs dans l’exposition la paire de ski de Killy de 1968 qui paraissent incroyablement grands et lourds. Après ces JO d’exception, et à seulement 24 ans le champion prend sa retraite. Au sommet de sa gloire, il est entré à jamais dans l'histoire du ski français.

Les JO de Grenoble ont également marqué de leur empreinte la région car ils ont permis une véritable transformation architecturale et économique de la ville de Grenoble et des stations de ski associées. Il y a un avant et un après JO de 1968. Comme l’explique Olivier Cogne, directeur du Musée Dauphinois, « la ville connaissait un boom démographique mais vivait avec des infrastructures de l'entre-deux-guerres. Elle a comblé son retard et fait un bond de 20 ou 30 ans ». De 1965 à 1967, des dizaines de chantiers seront initiés pour sortir de terre des infrastructures nouvelles et de nouveaux réseaux, des routes, une gare en centre-ville, un aéroport, un hôpital, une maison de la culture, des milliers de logements…

Cette véritable mutation de la ville va s’accompagner d’un réaménagement des stations choisies pour les compétitions comme la ville de Chamrousse qui accueille en 1968 toutes les épreuves de ski alpin. Les jeux de Grenoble ont ainsi métamorphosé la ville et permis de faire connaître la région.

Tous ces athlètes mythiques – Killy, Goitschel, Famose… – ont fait des émules et donné une véritable impulsion de la population vers les sports d’hiver. On va ainsi très vite assister à un développement en accéléré des stations de ski, domaines skiables et remontées mécaniques à grand coup de bulldozer dans les différents massifs des Alpes.  
Certaines installations vont perdurer comme le village olympique de Grenoble. Les huit tours comprenant 800 appartements qui ont à l’époque accueilli les athlètes de toutes les nationalités ont été transformées par la suite en logements sociaux pour les Grenoblois.

Avec les JO de 1968, Grenoble est ainsi entré dans la modernité et fut d’ailleurs nommée « première ville française du XXIe siècle » par le magazine Paris Match dans son numéro spécial JO de février 1968.  

Exposition Grenoble 1968, les Jeux Olympiques qui ont changé l’Isère au Musée Dauphinois,
30, rue Maurice Gignoux, 38031 Grenoble cedex 1
www.musee-dauphinois.fr

Livre éponyme aux Editions Glénat, 192 pages.
http://patrimoine.glenatlivres.com/livre

 

 

 

 

lire le magazine

© L'équipe 24/24 2016 - Tous droits réservés

contacts - C.G.U.