X
En poursuivant votre navigation sur Sport&Style.fr, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêts, pour mesurer la fréquentation de notre site, et vous permettre de partager vos lectures sur les réseaux sociaux. Pour en savoir plus ou paramétrer les cookies, rendez-vous sur cette page. En savoir plus.
 vu par Joann Sfar
Le tour de France

vu par Joann Sfar

Par Jawaher Aka , le 22 juillet 2014

Le dessinateur Joann Sfar a suivi la caravane du Tour de France 2013 pour France Inter. Dans un recueil de dessins et de textes, il nous fait partager son expérience. Une autre manière de suivre le Tour. Jouissive.

« La vacuité morale du Tour est si abyssale qu’on souhaite jeter le corps dans une tâche de soutier. Savoir qu’on doit livrer chaque jour cinq minutes de récits comiques sur une aventure qui en dernière analyse vous déprime, c’est parfois aussi lourd qu’une caisse de matériel radio. » Quand France Inter demande au dessinateur et cinéaste Joann Sfar d’animer une chronique quotidienne sur le Tour de France, c’est avec sa mauvaise humeur, son mépris et ses préjugés qu’il accepte la mission. L’an dernier, le Tour de France fêtait ses 100 ans, mais Joann Sfar s’en carre. Le vélo l’ennuie profondément. Il suivra pourtant pendant 21 jours interminables la caravane du Tour.

À bicyclette, un tour en France raconte cette mission presque impossible. En un peu plus de 300 pages, Joann Sfar livre le carnet de route de son Tour 2013, avec autant de dessins que de textes. Ici une planche de bd, là un dessin. Ici un poème, là une conversation. Et ses commentaires souvent méchants, mais toujours drôles. Il ne parle pas des exploits sportifs, mais des coulisses du Tour, de ce qu’il se passe autour, de la France et de ses villages, des étrangers, « des nôtres » mais aussi des touristes. De la France soi-disant inhospitalière, de ses bleds aux noms improbables comme Loches ou Montpoupon qui l’amusent beaucoup. De l’organisation tantôt militaire, tantôt ubuesque du Tour. De la course qui se joue aussi pour ceux qui couvrent le Tour. De leur fatigue et de leur endurance. Et de lui, au milieu de tout ça, qui tente de rétropédaler.

Mais derrière son apparente horreur pour la grand-messe cycliste, on apprend en filigrane que l’auteur du Chat du rabbin retrouve avec ce Tour la complicité du crayon qu’il semblait avoir perdue. « Le Tour de France me fait comme quand je dessinais les cadavres de l’hôpital Pasteur à Nice : quand on sort de la chambre froide, les moindres manifestations de la vie simple remplissent de joie et appellent à leur tour le dessin. » Ou quand Sfar s’enthousiasme.

À bicyclette, un tour en France, de Joann Sfar, Éditions Gallimard, 26.50 €

 

IMAGE LAFC STORY

© L'équipe 24/24 2016 - Tous droits réservés

contacts - C.G.U.