X
En poursuivant votre navigation sur Sport&Style.fr, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêts, pour mesurer la fréquentation de notre site, et vous permettre de partager vos lectures sur les réseaux sociaux. Pour en savoir plus ou paramétrer les cookies, rendez-vous sur cette page. En savoir plus.
Le sport est pop

Le sport est pop

Par Jawaher Aka , le 19 décembre 2014

Le Pop Art n’est pas mort avec le XXe siècle. Il influence toujours les artistes à travers le monde. Les idéologies sont parfois antagonistes, le discours différent, mais d’est en ouest, le sport reste une constante.

Comme le montre l’exposition proposée par la galerie Saatchi de Londres, les héritiers du Pop Art, orientaux et occidentaux, continuent d’exploiter les références à la culture de masse et à notre quotidien pour interroger le monde dans lequel nous vivons. Selon les pays, si la forme est identifiable, le discours est souvent différent. Aux États-Unis et en Grande-Bretagne, les œuvres critiquent le culte de l’objet et des célébrités, la production de masse, un monde superficiel et fragile. Dans les pays d’ex-Union soviétique, on questionne le contrôle étatique, le conformisme, la commémoration, le faste et l’apparente unité citoyenne. En territoire chinois, on interroge la dislocation sociale provoquée par la récente fascination pour la richesse et le luxe, après une période d’extrême austérité.

Dans le travail de ces artistes post-pop, les références au sport sont logiquement nombreuses. Parmi les 250 œuvres exposées à Londres, on retrouve ainsi les célèbres ballons de basket de Jeff Koons, un étonnant sosie de Maria Sharapova grandeur nature, par l’Ukrainien Oleg Kulik, ou encore ce Discobole en uniforme des gardes rouges de Sui Jiangu. À découvrir.

« Post Pop: East Meets West »
Saatchi Gallery - Londres
Jusqu’au 23 février 2015

 

 

lire le magazine

IMAGE LAFC STORY

© L'équipe 24/24 2016 - Tous droits réservés

contacts - C.G.U.