X
En poursuivant votre navigation sur Sport&Style.fr, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêts, pour mesurer la fréquentation de notre site, et vous permettre de partager vos lectures sur les réseaux sociaux. Pour en savoir plus ou paramétrer les cookies, rendez-vous sur cette page. En savoir plus.
L'entorse quel pied

L'entorse quel pied

Le 05 avril 2012

Quand l'art contemporain se met au sport, cela donne un festival musclé et créatif... Mise en jambes pour vous échauffer.

Pour changer, pour aller encore plus haut, on vous propose le mariage improbable de l’art et du sport. Avec en point d’orgue la Quinzaine de l’Entorse où, pendant deux mois et demi, l’art cavale derrière le sport dans toute la région Nord-Pas-de-Calais, véritable base arrière des JO de Londres. Se payer une partie de mikado géant avec des perches d’athlétisme grâce à la plasticienne Charlotte Lanselle, c’est possible. Grimper en méditant sur le mur d’escalade gravé de citations philosophiques conçu par l’artiste Hélène Huteau, ça marche aussi. Gagner un match en évitant de toucher un ballon robot dit « à comportements », pourquoi pas. Vibrer ring-rap avec le ballet Boxe Boxe, revivre la rivalité des patineuses Tonya Harding et Nancy Kerrigan avec la pièce de théâtre Break Your Leg !... Multidisciplinaires, interactives, nomades, plus d’une cinquantaine de manifestations permettent à cette Quinzaine de tordre le cou aux ghettos. Normal puisqu’elle doit son nom à l’association L’Entorse, qui entend multiplier les « entorses aux règles » depuis 2006.

« Culture et sport = temps libre »
, pose du haut de ses 33 ans Julien Carrel, directeur remuant de l’association qui lutte contre les fractures sociales, mentales et physiques. Le pratiquant d’arts martiaux et sports alpins explique cette démarche collective : « Nous avons deux moteurs. Un, le nombre et la qualité des projets d’artistes travaillant sur le sport. Deux, un projet politique et social visant à faire se rencontrer des mondes se regardant souvent en chiens de faïence. » Un vaste combat contre ceux qui jugent les sportifs incultes, contre les partenaires culturels roubaisiens n’ayant jamais assisté à la course Paris-Roubaix ou encore contre les théâtreux du festival d’Avignon qui lisent L’Équipe en cachette... Et cette démarche rencontre son public, puisque quelque 40 000 spectateurs ont participé à la dernière Quin-zaine de l’Entorse dédiée au vélo.

Le challenge trendy ? Promouvoir la culture sportive sous toutes les coutures. Via, par exemple, l’expo de graphisme et design Munich 72 montée avec le Musée olympique de Lausanne. Soit dépasser le trauma Septembre Noir pour montrer la vitalité visuelle d’un Otl Aicher dans une période à la fois hippie, prospère et innovante. Titillé sur un déclic perso, Julien Carrel cite la cérémonie d’ouverture des JO d’Albert-ville signée par le chorégraphe Philippe Decouflé. Et si pour garder la forme (olympique), vous faisiez une entorse à vos préjugés ?

La Quinzaine de l’Entorse
Du 6 avril au 24 juin

www.entorse.org

 

lire le magazine

IMAGE LAFC STORY

© L'équipe 24/24 2016 - Tous droits réservés

contacts - C.G.U.