X
En poursuivant votre navigation sur Sport&Style.fr, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêts, pour mesurer la fréquentation de notre site, et vous permettre de partager vos lectures sur les réseaux sociaux. Pour en savoir plus ou paramétrer les cookies, rendez-vous sur cette page. En savoir plus.
Les événements sportifs

so british

Par Claire Mabrut , le 17 juin 2013

Tennis, régates, hippisme… C’est la saison des sports chics sur les deux rives de la Manche. Mais peut-être plus d’un côté que de l’autre...

Les courses Royal Ascot

Les courses Royal Ascot

? La charmante bourgade d’Ascot se situe dans le Berkshire, à 50 minutes à peine du centre de Londres et surtout à quelques kilomètres du château de Windsor.
Quand? Du 18 au 22 juin 2013.
Quoi? Voilà 300 ans que le champ de course s’est transformé en institution. The Queen, mordue d’équitation, y vient chaque année en voisine et en famille. Certains de ses chevaux sont même engagés dans la compétition. Le meeting Royal Ascot s’y tient, lui, depuis 1768 et sa course reine, The Gold Cup, depuis 1809.
Dresscode. Ah ! Ascot et son festival de chapeaux ahurissants (ce qui est assez logique quand on sait que deux des chapeliers les plus dingues, Philip Treacy et Stephen Jones, sont anglais). « Quand on va à Ascot ou Derby, tout le monde s’habille pour l’occasion, c’est impératif ! » rappelle le créateur Jeremy Hackett. Pour tout savoir, se rapporter au Royal Enclosure Style Guide, à télécharger sur le site du champ de course pour éviter la moindre faute de goût, même quand on a 10 ans. Soit, pour résumer, une jaquette grise ou noire, un gilet et une cravate, un chapeau assorti et sans aucune cocarde ou ruban de couleur, des souliers noirs.
Le carré VIP. La loge royale, forcément.
Avec qui? Alexa Chung pour le côté fashion bon teint. Liz Hurley pour la version bonne vivante. Ou une lointaine cousine de Kate Middleton (non, pas Katrina Darling qui posait récemment en une de Playboy).
The place to be. The Royal Berkshire Hotel, à deux miles du champ de course (et de Legoland, si vous tenez à le savoir). Fontaines et jardins à l’anglaise, rien ne manque sur la carte postale.

The Championships Wimbledon

The Championships Wimbledon

? Dans la banlieue de Londres. Il suffit donc d’attraper la District Line jusqu’à la station Wimbledon, ou le train depuis Waterloo.
Quand? Du 24 juin au 7 juillet 2013.
Quoi? Le gazon de Wimbledon accueillit ses premiers matchs en juillet 1877, ce qui lui octroie le titre de plus ancien des tournois de tennis. On dit aussi qu’il est le plus désirable des tournois du monde.
Dresscode. Si les joueurs sont obligatoirement vêtus de blanc de pied en cap – une idée venue d’eux afin de masquer leurs traces de transpiration, on est classe ou on ne l’est pas –, les spectateurs, eux, ont le droit d’arborer des couleurs. En revanche, contrairement à Roland-Garros, aucun sifflet ou transgression aux règles de la bienséance n’est toléré.
Le carré VIP. Tout sauf the Autograph Island, où les fans se bousculent pour récupérer les dédicaces des héros du jour.
Avec qui? Toute jeune femme appréciant les fraises à la crème, the dessert à déguster obligatoirement dans les gradins.
The place to be. The Wimbledon Hotel et ses 14 chambres sont une bonne option pour un bed and breakfast dans la pure tradition british. Si vous souhaitez rester dans le ton aristochic, passez au moins une nuit au Claridge’s.

Les régates royales de Henley

Les régates royales de Henley

? Cap à l’ouest et la campagne de l’Oxfordshire, à une heure de Londres.
Quand? Du 3 au 7 juillet 2013.
Quoi? Plus de cent équipages venus du monde entier (de la France à l’Australie, du Canada à l’Afrique du Sud en passant par la Chine, le Danemark ou l’Estonie) s’affrontent sur la Tamise pour tenter de remporter l’une des vingt régates. Depuis 1839, ces rameurs font glisser leurs embarcations sur 1 mile et 550 yards, soit 2 112 mètres exactement. Puisque les Anglais ne font rien comme tout le monde, 112 mètres de plus que toutes les autres compétitions internationales.
Dresscode. Intransigeant, le protocole exige le port d’une cravate club et d’une veste (idéalement blanche à rayures roses ou bleues, avec écusson de l’université) qu’on ne pourra tomber sous aucun prétexte, canicule comprise, sauf autorisation expresse du club. Un pantalon blanc et un chapeau – un canotier, of course – complètent la panoplie.
Le carré VIP. Quand il n’est pas sur l’eau, le spectacle a pour scène The Stewards Enclosure, littéralement l’Enclos des stewards, une sorte de Fort Knox de la noblesse. On n’oublie pas le Remenham Club – présidé par le prince Michael de Kent et où il faut patienter deux ans avant d’espérer pouvoir entrer – et le Leander, le club d’aviron le plus chic du monde.
Avec qui? On vous recommande de poser un lapin à Pippa Middleton et de monter à bord avec Keira Knightley.
The place to be. L’Hôtel du Vin à Henley-on-Thames. Comme son nom l’indique, cette ancienne brasserie s’adresse aux palais fins, ce qui donne à hésiter entre la chambre La Grande Dame (un clin d’œil à Barbe-Nicole Ponsardin, la célèbre veuve Clicquot qui était ainsi surnommée en Champagne) ou Laurent-Perrier, dont la terrasse avec vue sur le fleuve et ses rameurs est dotée d’une véritable baignoire extérieure. Comment ça, la météo ne s’y prête pas ?

lire le magazine

© L'équipe 24/24 2016 - Tous droits réservés

contacts - C.G.U.