X
En poursuivant votre navigation sur Sport&Style.fr, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêts, pour mesurer la fréquentation de notre site, et vous permettre de partager vos lectures sur les réseaux sociaux. Pour en savoir plus ou paramétrer les cookies, rendez-vous sur cette page. En savoir plus.
L’Hyperloop, le tube de demain

L’Hyperloop, le tube de demain

Par Guillaume Coche , le 22 juin 2015

Le projet de moyen de transport à très haute vitesse imaginé outre-Atlantique n’est plus seulement un fantasme. Un prototype est en cours de construction et les premières propositions d’aménagement sortent des bureaux d’études. L’ « Hyperloop » prend bonne forme.

Et s’il existait un cinquième mode de transport après l’avion, le bateau, le train ou l’automobile ? Il s’appellerait « Hyperloop ». A mi-chemin entre une navette spatiale et une cabine de Concorde, il s’agit de propulser des capsules dans un tube (sans pression) sur des coussins d’air et à très haute vitesse. 1200km/h en vitesse de croisière, bien plus rapide qu’un avion…

Ce projet fou est sorti de l’imagination d’Elon Musk, fondateur de PayPal et patron de Tesla Motors (les voitures électriques qui ont la cote en Californie et qui séduisent de plus en plus en Europe). Ce touche-à-tout a pour objectif d’ouvrir une voie (2 grands tubes surélevés) reliant San Francisco à Los Angeles. Durée du voyage : 30 minutes à peine.
L’ambition est très sérieuse : une piste d’essai est en cours de montage au Texas pour convaincre les entreprises et les chercheurs de se lancer dans l’aventure.

Et si l’ « Hyperloop » n’est encore qu’en phase de conception, le studio Argo Design vient de faire quelques propositions d’aménagement de ces cabines du futur. Chacune peut accueillir entre 4 et 15 occupants. De grandes parois en verre permettent d’apprécier le paysage qui défile, sans la moindre nuisance puisque ces nacelles glissent sur un champ électromagnétique, ce qui n’occasionne aucune friction. A bord, il faut s’attendre à des moyens de communication dernier cri pour toujours rester connecté même à très très haute vitesse.

Cinq formats de nacelles ont été dessinés pour transporter des automobiles, du fret, des passagers et des rames entièrement dédiées aux voyages d’affaires (executive meeting, business work capsules). « Du train à la voiture en passant par l’avion, il y a toujours une part de romance dans nos voyages , selon Mark Rolston, le patron du studio. Nous voulons que l’Hyperloop vous procure un maximum de plaisir et reste une expérience mémorable. »

Coût de la ligne San Francisco-Los Angeles « Hyperloop » : 6 Milliards de dollars. Ça vous semble cher ? C’est 10 fois moins que le projet de ligne de TGV actuellement en cours de réalisation en Californie.

 

lire le magazine

© L'équipe 24/24 2016 - Tous droits réservés

contacts - C.G.U.