X
En poursuivant votre navigation sur Sport&Style.fr, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêts, pour mesurer la fréquentation de notre site, et vous permettre de partager vos lectures sur les réseaux sociaux. Pour en savoir plus ou paramétrer les cookies, rendez-vous sur cette page. En savoir plus.
À quoi ressembleront les stades du futur ?

À quoi ressembleront les stades du futur ?

Par Julien Neuville , le 05 avril 2016

Si certains ne jurent que par l’apport de nouvelles technologies comme le virtuel, d’autres parient sur des lieux de rendez-vous éphémères. Trois architectes de renom, Paul Shakespeare, Chris Luebkeman et Dan Meis, ont partagé avec Sport & Style leur vision des arènes sportives de demain.

CROISER LE RÉEL ET LE VIRTUEL
Paul Shakespeare - Populous
Prochaines réalisations : FFR Grand Stade et Tottenham

« À vrai dire, je n’utiliserais pas le terme de stade mais plutôt de lieu d’événement. Pour survivre financièrement, il va falloir de plus en plus que ces stades incorporent d’autres événements que les matchs. Pour une équipe de NFL, ce n’est qu’une dizaine de rencontres par an, pour une équipe de football en Europe, un peu plus d’une vingtaine. Économiquement, ça n’a pas de sens de dépenser des milliards pour si peu de matchs. Les stades vont devoir être réfléchis sous un angle polymorphe, pour s’adapter à d’autres types de sports. Par exemple les e-sports : ça fait encore beaucoup sourire mais nous sommes persuadés que dans plusieurs années, on remplira des stades entiers pour les grands championnats de jeux vidéo.

De notre côté, nous réfléchissons à de nouveaux concepts de lieu, peut-être pour de nouvelles épreuves ou compétitions. Un de nos projets tourne autour de l’athlétisme. Lors des ce type de rencontre, on voit une douzaine de disciplines en même temps dans des grands stades, l’expérience des spectateurs n’est pas toujours optimale. Mais qu’est-ce qui rend tout le monde fou ? Le 100 mètres! Et si on construisait un lieu en longueur, comme une tube, avec deux lignes de course au lieu de huit ? La compétition serait bien plus excitante avec des duels en élimination directe. Le public serait tout près des athlètes, l’ambiance bouillonnerait.

Je crois aussi que nous allons assister de plus en plus à des croisements entre le virtuel et le réel. Les grandes équipes internationales, que ce soit en football ou en basketball, ont des milliers, voire des millions de fans qui n’auront jamais l’opportunité d’assister à un match. Pour ça, nous avons réfléchi à des solutions comme par exemple la projection en hologramme, dans un stade en Inde, d’une rencontre de Premier League. Il ne faut surtout pas oublier d’inclure les fans étrangers et nous avons pensé à un processus qui permettrait aux supporteurs indiens présents dans le stade de faire du bruit qui serait déversé dans le stade où se joue la rencontre originale. Des vrais spectateurs, avec une vraie influence sur le jeu, dans un vrai stade, devant une rencontre virtuelle. »
 

PIONNIER DU DÉVELOPPEMENT DURABLE
Chris Luebkeman - ARUP

« Le stade du futur sera trois fois plus grand que le plus grand stade aujourd’hui, voire même peut-être plus vaste. La réalité virtuelle permettra de diffuser l’expérience de match au salon d’une façon émotionnelle jamais vue auparavant. Ce n’est pas pour demain, mais d’ici une vingtaine d’années. Je serai dans mon siège de réalité virtuelle, que je pourrai choisir, capable de sentir le rythme des applaudissements. Il est d’ailleurs possible que les meilleurs sièges soient monnayés à des montants faramineux. Demain, les stades seront complètement intégrés au voisinage. On repensera aux investissements massifs faits ces derniers temps pour des stades utilisés quelques heures par mois en rigolant. Les nouveaux stades seront occupés par des écoles, des associations, des complexes hôteliers, etc. Enfin, il faudra penser à l’impact carbone positif que pourront avoir ces structures. Sur une année, les stades devraient produire plus d’énergie qu’ils n’en consomment. Les spectateurs qui marchent créeront l’électricité des lumières, l’eau utilisée dans les toilettes viendra des lavabos. Les stades du futur deviendront des exemples de développement durable. »
 

PLUS DE STADE DU TOUT...
Dan Meis - Meis Achitects
Prochaine réalisation : Stadio Della Roma

« Le stade du futur ? Peut-être que ce n’est pas de stade du tout. Je m’explique. Un stade de NFL ou olympique coûte aujourd’hui en moyenne plus d’un milliard de dollars. Ce modèle ne peut pas perdurer. J’imagine une série de lieux de rendez-vous éphémères où les gens expérimenteraient un ou plusieurs matchs à la fois, des petites capsules aux quatre coins du monde devenant les nouveaux points centraux d’une ville. Des kiosques vidéo 360 ° en très haute définition liés à des terminaux mobiles (smartphones, iPad, etc) et contrôlés par les personnes présentes. Nourriture, boissons et produits dérivés seraient vendus à la base de ces capsules. Les fans pourraient porter des lunettes de réalité virtuelle pour vivre l’expérience comme s’ils y étaient, interagir avec statistiques, votes et les joueurs eux-mêmes.

Ces petits « stades capsules » apporteront le confort de regarder un match chez soi tout en ajoutant l’expérience collective dont les fans raffolent. Cette approche permettra à des millions de personnes d’assister virtuellement à un match pour un coût infime par rapport à un véritable stade. »

 

 

lire le magazine

IMAGE LAFC STORY

© L'équipe 24/24 2016 - Tous droits réservés

contacts - C.G.U.