X
En poursuivant votre navigation sur Sport&Style.fr, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêts, pour mesurer la fréquentation de notre site, et vous permettre de partager vos lectures sur les réseaux sociaux. Pour en savoir plus ou paramétrer les cookies, rendez-vous sur cette page. En savoir plus.
Courchevel

En mode low profile

Par Laurence Gounel , le 05 janvier 2015

Si Courchevel reste une référence dans le paysage alpin, c’est aussi pour ses chalets, son héritage et son domaine skiable gâté par les sapins. Donc rien ne vous empêche de la tenter sans tomber dans le cliché. Courchevel, c’est d’abord la station d’un visionnaire : Émile Allais.

Les pistes

Les pistes

Fiche technique pistes et domaines

Le plus grand domaine skiable au monde avec l’extension sur l’ensemble des 3 Vallées (Courchevel, Méribel, Val-Thorens...).

5 villages de 1 100 à 1 850 m d’altitude.

150 km de pistes (6oo kilomètres avec les 3 Vallées).

58 remontées mécaniques.

Un domaine varié avec 19 pistes vertes, 35 bleues, 34 rouges et 8 noires.

6 « terrains de jeu » sur la station même, avec le Fun Park (ludique et facile), le Snake Park (un boarder cross ludique), le Wood Park (initiation au freestyle), le Family Park (boarder cross, rails, jumps...), la Piste des Indiens (camp d’indiens avec animations autour du tipi et de la tribu).

Un panorama sur près d’un millier de sommets des Alpes.

 

Les pistes mythiques

Les pistes mythiques

Le grand couloir : une descente de 900 mètres à partir du haut du téléphérique de la Saulire, à 2 700 mètres. Au départ, un panorama sublime avec d’un côté Courchevel, de l’autre Méribel. Puis une descente étroite et bien raide tout le long. LA piste noire par excellence.

La Jean Blanc : baptisée du nom d’un des pères fondateurs de la station. Noire au départ de Courchevel-Le Praz, on commence par une alternance de murs de bosses, puis on continue avec une rouge et une belle ballade en forêt. Très technique.

Les activités

Les activités

Le Liberty Ride : un nouvel espace sécurisé sur 1,3 kilomètre dédié au freeride (hors piste). Une zone de niveau piste rouge aménagée sur le site de Moriond.

La descente en luge : on rejoint Courchevel Village à partir de la Croisette sur une piste de 2,3 kilomètres avec 300 mètres de dénivelé. Remontée gratuite à partir de 17h et éclairée jusqu’à 19h30. À partir de 8/10 ans.

Les Verdons XXL : du ski nocturne, les 23 et 25 février, comme pour les Verdons by Night, mais en version XXL avec la piste des Verdons et le Family Park ouverts jusqu’à 22h (au lieu de 20h), bar et DJ en haut de la piste, descentes aux flambeaux et feu d’artifice pour clore la soirée. Verdons by Night (jusqu’à 20h) tous les mercredis, de fin décembre à début mars.

Conduite sur glace : pour les mordus de motoneige, Courchevel a aménagé 23 kilomètres de sentiers et itinéraires. Cette année, les enfants ont aussi leur 120 cm³ et une petite formation pour s’y mettre. À partir de 6 ans.

On dort où ?

À deux ou entre potes

À Courchevel 1850

Hôtel des 3 Vallées : low profile, tout ce qu’on aime. Il fait presque office d’hôtel confidentiel, avec une trentaine de chambres seulement et un parti pris vintage. On oublie les clichés des hôtels de luxe ou le total look Heidi, le bois et le plan des pistes géant côtoient Charlotte Perriand, les enfilades fifties et le canapé boudins De Sede. Pas vraiment de restauration ici mais des apéros dînatoires avec charcute et fromages de montagne à partager sur la grande table d’hôtes.

On aime : le mélange réussi du rétro et du cosy dans les chambres. On choisit la 503, côté pistes.

On dort où ?

On dort où ?

Avec les kids

À Courchevel 1650

Le Manali : un ovni dans le paysage alpin situé à Courchevel 1650, donc plus relax. Fous de voyages, les propriétaires ont télescopé trois ambiances différentes : Inde, Canada et Suisse. Hyper spacieux donc idéal en famille, l’hôtel a plusieurs atouts : un spa Cinq Mondes de 600 m² avec des soins enfant (bio) pour faire comme maman, une piscine digne de ce nom, un chalet et un menu pension dédié aux petits, une terrasse extérieure gigantesque et plein sud, le club Piou Piou à trois minutes.

On aime : la taille des chambres et des salles de bains, la déco chinée de la chambre Chalet des Alpes (la 408), les déjeuners barbecue au soleil (on choisit son poisson ou sa viande sur l’étal de glace avant).

 

On dîne où ?

Gastro
Le Genépi
. Pas d’étoile – donc des prix digestes – mais le titre de « maître-restaurateur » pour Thierry Mugnier qui a fait de sa table une valeur sûre depuis 20 ans. Tout est cuisiné maison et pas de tralala en salle, juste un cadre cosy-chic pile poil. Les best : le pot-au-feu à l’ancienne, les ris de veau aux morilles et vin jaune.

Bistrot
Le
Zinc des neiges. L’annexe montagnarde du Zinc Opéra de Paris, les petites tables bistrots du chef étoilé Frédéric Vardon (qui officie au 39V). Même esprit convivial, même créativité et fraîcheur des produits avec les incontournables mets savoyards en plus sur la carte. Un best : les pommes au four en Römertopf, avec la crème des alpages. Bonne idée, les cocottes à emporter pour dîner chez les potes qui auraient pris une loc’ !

 

Un dernier verre

Un dernier verre

Un dernier verre : même à Courchevel, on trouve refuge dans un de ces bars fréquentés surtout par les locaux. À L’Équipe, ambiance cool tout en bois avec tables d’hôtes et feu de cheminée. Et consos à prix d’ami. La rébellion ? Le plat du jour à midi à 9,90 € chez Tournier, à côté (même maison). Alors, snob Courchevel ?
Hôtel Tournier, rue des Verdons, Courchevel 1850

Le détour: Les 2 Frères, une épicerie-cave sur deux étages qui a ouvert le 19 décembre. Une première à Courchevel avec fromages, vins signés Bernard Magrez, une épicerie italienne avec tous les « ragu », panettone Albertengo et des soirées dégustation. Entre autres. Que du bon.
Route principale, Courchevel 1850

lire le magazine

IMAGE LAFC STORY

© L'équipe 24/24 2016 - Tous droits réservés

contacts - C.G.U.