X
En poursuivant votre navigation sur Sport&Style.fr, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêts, pour mesurer la fréquentation de notre site, et vous permettre de partager vos lectures sur les réseaux sociaux. Pour en savoir plus ou paramétrer les cookies, rendez-vous sur cette page. En savoir plus.
Le Bon Saint-Pourçain, bistrot nouvelle génération

Le Bon Saint-Pourçain, bistrot nouvelle génération

Par Emmanuelle Jary , le 09 octobre 2015

Sport & Style s’installe incognito à la table de restaurants qui buzzent. Cette semaine : Le Bon Saint-Pourçain à Paris. Verdict.

David Lanher, le faiseur de bistronomie ultra pensée (Racines, Caffè Stern...), vient de reprendre le Bon Saint-Pourçain, une institution bistrotière du vie arrondissement. La nouvelle nous a littéralement abattus. En habitués de la tête de veau et nostalgiques de la iiie République (à table tout du moins), on s’est dit : il pourra faire tout ce qu’il veut, David Lanher, on sera forcément déçus. Mais l’homme est fort. Non seulement il ne nous fait pas regretter le passé, mais il nous le fait même oublier d’un coup de pinceau et trois éléments déco. C’était comment avant déjà ? Certes, sa cuisine ouverte est un peu convenue, mais en sortent des assiettes aux saveurs précises et surtout exquises. Très bons poireaux vinaigrette, arachide et œuf mollet, délicieuse terrine maison, salade de cresson, parfait merlu, embeurrée de chou basilic et chorizo. En résumé, c’est du beau bistrot nouvelle génération. Un peu plus policé, comme le veut l’évolution des mœurs en général, mais la touche gouailleuse est là. Le Bon Saint-Pourçain est mort, vive le Bon Saint-Pourçain !

Le midi ou le soir ? Le soir en prenant son temps. Le Bon Saint-Pourçain.

10 bis rue Servandoni, 75006 Paris, 01 42 01 78 24. Environ 50 €.

 

lire le magazine

© L'équipe 24/24 2016 - Tous droits réservés

contacts - C.G.U.