X
En poursuivant votre navigation sur Sport&Style.fr, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêts, pour mesurer la fréquentation de notre site, et vous permettre de partager vos lectures sur les réseaux sociaux. Pour en savoir plus ou paramétrer les cookies, rendez-vous sur cette page. En savoir plus.
X
Sport&StyleTélécharger la nouvelle application Sport&Style pour
INSTALLER
Link to Play store
Food & voyages Tania Young
© Stéphane Jobert Par Tania Young, le 18 février 2013

La Tanzanie vue par la reporter

Tania Young

Animatrice de « Faut pas rêver », Tania Young nous livre son carnet de voyage en avant première de l’émission qui sera diffusée ce vendredi 22 février à 20H50 sur France 3. Et commente en exclusivité pour Sport & Style les plus belles images de son dernier reportage : Direction la Tanzanie…

Les maasaïs ont une grâce naturelle.
C'est ainsi.

Ils vivent au milieu de la savane, avec des centaines de vaches, ils enroulent leurs corps longilignes dans un morceau de tissu rouge, bleu ou parfois violet et au final, ils ont bien plus d'allure que n'importe lequel d'entre nous. Une allure qui les distingue, qui les caractérise, et qui bien au-delà d’une simple apparence physique, traduit la dignité et la majesté de tout un peuple. 

Ils sont fiers, les maasaïs. Et notre mode de vie occidental ne les intéresse pas. Ils nous regardent, ils se racontent, ils nous observent, mais ne nous envient pas.
Ils ont leurs vaches, et c’est bien assez. C’est là tout leur or, toute leur fortune.
Une fortune, au sens général. 

Il est vrai qu’une vache peut coûter cher, jusqu'à 500 euros, mais sa valeur dépasse largement ce prix à leurs yeux. 

Elle les nourrit, de son lait. Elle les abrite : les huttes sont construites avec des morceaux de bois et... de la bouse de vache.
Et elle les accompagne, les guide, rythme leur quotidien. Les maasaïs pensent d'ailleurs que Dieu leur a donné toutes les vaches de la planète, et que leur rôle sur cette terre est d'en prendre soin.

Alors voilà, en dehors des vaches, les maasaïs n'ont rien, et n'ont besoin de rien, et ne veulent dépendre de rien.
"Quand tu ne possèdes rien, tu es libre" m'ont-ils dit.

Et la liberté, ça rend beau.

 

Lire le magazine en ligne
Suivez Sport&Style