X
En poursuivant votre navigation sur Sport&Style.fr, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêts, pour mesurer la fréquentation de notre site, et vous permettre de partager vos lectures sur les réseaux sociaux. Pour en savoir plus ou paramétrer les cookies, rendez-vous sur cette page. En savoir plus.
délice new-yorkais
Le Cronut

délice new-yorkais

Par Katia Kulawick-Assante , le 22 novembre 2013

On connaissait le croissant français et le donut all american. Son heureux descendant vient de naître à New York : le Cronut™.

Un hybride, donc. Il fallait au moins un chef français installé à New York pour oser mixer le meilleur de l’Amérique et l’intouchable icône de la boulangerie française. Que les choses soient claires : le Cronut™ n’est pas un croissant frit. Ni un donut qui aurait mal tourné. Sa recette, étudiée par Dominique Ansel pendant deux mois et après une dizaine de tests, est secrète, of course, mais une chose est indéniable : le Cronut™ est roulé dans le sucre, rempli avec de la crème et décoré d’un glaçage. à chaque mois son nouveau parfum. On a donc vu défiler figue-mascarpone, rose-vanille, érable-citron, noix de coco, mûre-citron vert et, ce mois-ci, caramel-pomme verte.
Le Cronut™ n’est pas qu’une simple lubie de pâtissier, c’est surtout un phénomène qui a largement dépassé Manhattan. Depuis son lancement au printemps dernier, le Cronut™ est sold out tous les matins sur les coups de 10 heures, soit deux heures après son arrivée dans les vitrines de la boulangerie de Spring Street. C’est dire le succès de la bestiole. C’est donc la première gourmandise qui exige de dépenser des calories avant d’en engranger. Même si le chef augmente la cadence (300 par jour aux dernières nouvelles) et que les pré-commandes sont désormais possibles par téléphone – à condition d’être patient (un mois au moins). Le site du pâtissier donne même des règles de bienséance pour ceux qui font la file devant chez lui dès 6 h 30 (comme le Cronut™, n’essayez pas de la couper, ne parlez pas trop fort, etc.).

Crolanthropie
Le très créatif auteur de cette petite folie, Dominique Ansel, est un Frenchy qui a commencé sa carrière chez Peltier à Paris. Également ancien de chez Fauchon, il a émigré à New York pour devenir le pâtissier attitré durant 6 ans (un exploit visiblement) du Daniel, le flagship de Daniel Boulud. Son autonomie, en novembre 2011, a été couronnée de succès puisqu’il s’est fait une place dans le Top 10 des pâtissiers américains et que sa boutique a été élue meilleure nouvelle boulangerie 2012 par le Time Out New York. En attendant la sortie de son premier livre l’an prochain, Les Recettes secrètes (Ed. Simon & Schuster), Dominique se sert de sa création pour faire de la « crolanthropie » : il a déjà réussi à lever plusieurs milliers de dollars pour des associations caritatives en vendant ses friandises aux enchères. Et ça, c’est bon esprit.

Règles d’or du Cronut
S’il ne livre pas sa recette, Dominique Ansel insiste néanmoins sur le mode d’emploi :
– Mangez-les immédiatement. La vie d’un Cronut™ ne dure pas plus de 6 heures. Interdit de les conserver au frigo. Encore moins de les réchauffer.
– Si vous êtes obligé de les couper, veuillez avoir l’obligeance d’utiliser un couteau adéquat qui ne fera pas s’effondrer le feuilleté (non, mais).
– En le dégustant, essayez de manger les couches une à une comme un millefeuille. Yum !

Dominique Ansel Bakery,
189 Spring Street, New York
www.dominiqueansel.com  
5 $ le Cronut™

 

lire le magazine

IMAGE LAFC STORY

© L'équipe 24/24 2016 - Tous droits réservés

contacts - C.G.U.