X
En poursuivant votre navigation sur Sport&Style.fr, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêts, pour mesurer la fréquentation de notre site, et vous permettre de partager vos lectures sur les réseaux sociaux. Pour en savoir plus ou paramétrer les cookies, rendez-vous sur cette page. En savoir plus.
Hommage au photographe disparu
Les nu(e)s de Lucien Clergue

Hommage au photographe disparu

Par Jawaher Aka , le 17 novembre 2014

Le célèbre photographe français Lucien Clergue est décédé samedi 15 novembre à l'âge de 80 ans. Retour sur quelques-uns de ses clichés, les nus féminins, qui le révélèrent au monde de la photographie à la fin des années 50.

À voir les corps pleins, voluptueux et heureux photographiés par Lucien Clergue dans les années 50, qui soupçonnerait qu’ils sont intimement liés à la mort ? Quand Clergue perd sa mère à 18 ans, ses amis s’inquiètent de le voir photographier « charognes et cimetières ». Son médecin aussi. Jusqu’au jour où Clergue tombe sur un nu d’Edward Weston dans un magazine photo. Le souvenir du corps vieilli et meurtri de sa mère – qu’il a soignée jusqu’à la fin – est balayé par le soudain désir d’exalter la beauté à travers un corps jeune et joyeux. La vie reprend ses droits. Lucien Clergue est « guéri ». Et sa carrière commence.

Picasso le premier va déceler le potentiel dans le travail de Clergue. Il accueille avec enthousiasme ces nus que lui présente le jeune homme de 23 ans et les montrent à ses amis. Cocteau s’emballe à son tour et les fait connaître à l’éditeur Seghers qui décide de rééditer le recueil de Paul Éluard, Corps Mémorable, avec une douzaine de clichés de Clergue. Les nus pleins de vie du photographe s’opposent de nouveau à la mort, celle de Nusch, la femme d’Éluard dont les poèmes rappellent avec douleur le corps intact malgré la mort. Quatre ans plus tard, en 1961, Clergue est exposé au département photo du MoMa. Et entre dans l’histoire de la photo contemporaine.

En soixante ans, les nus de Clergue n’ont pas pris une ride. Ils restent d’une grande modernité, universels et intemporels. Ces corps sans tête et sans ornements en parfaite harmonie avec la nature, caressés par le soleil de Camargue, traversent le temps avec la même force. Le secret de cette jeunesse est sans doute à chercher dans ce « triangle d’efficacité » que Clergue enseigne à ses élèves. Celui que forment les seins avec le nombril. Les seins avec le sexe. Les hanches avec le croisement des jambes. À vous de juger.

Les Clergue d’Arles, musée Réattu, 10 rue du Grand Prieuré, 13200 Arles
Jusqu’au 4 janvier 2015

 

lire le magazine

IMAGE LAFC STORY

© L'équipe 24/24 2016 - Tous droits réservés

contacts - C.G.U.