X
En poursuivant votre navigation sur Sport&Style.fr, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêts, pour mesurer la fréquentation de notre site, et vous permettre de partager vos lectures sur les réseaux sociaux. Pour en savoir plus ou paramétrer les cookies, rendez-vous sur cette page. En savoir plus.
X
Sport&StyleTélécharger la nouvelle application Sport&Style pour
INSTALLER
Link to Play store
Girls
Janicke Askevold
Photos : Laurent Darmon / Texte : Jean-Denis Walter

Janicke Askevold

Le 31 octobre 2011

Fana de sport, la top norvégienne aux faux airs d'Eva Herzigova navigue entre catwalks du monde entier et plateaux de cinéma.

La vie est bien faite. En tout cas pour certaines. À 19 ans, Janicke Askevold est repérée à Oslo par une agence de mannequins. Originaire de Baerum, petite ville de banlieue, la jeune norvégienne part immédiatement pour Milan. Dix ans après, elle n’est toujours pas rentrée. Sa vie au quotidien ? New York, Londres, Tokyo, Hambourg, Paris et Los Angeles où elle vit en alternance, naviguant entre catwalks et plateaux de cinéma. Pour son premier rôle important dans « Cloclo » - réalisé par Florent Emilio Siri, prévu en mars 2012 -, elle incarne Sophia, un top finlandais des années 70 qui fut fiancée au chanteur.

Laurent Darmon, le photographe, se souvient « d’une séance pleine d’humour. Janicke était parfaite ».

Du pays de son enfance, elle garde un goût immodéré pour le sport. En véritable patriote, elle soutient l’équipe norvégienne de ski de fond, et tout particulièrement Petter Northug, l’un de ses champions. Plus jeune, elle a pratiqué le karaté, la boxe et la danse de compétition (disco freestyle et rock). Aujourd’hui, elle se consacre intensément au tennis et prend des cours de fitness. Elle conserve aussi une simplicité et un naturel qui la font poser nue dans la joie et la bonne humeur. Laurent Darmon, le photographe, se souvient « d’une séance pleine d’humour. Janicke était parfaite ». Il n’hésite pas à la comparer à une Marilyn des temps modernes, clin d’œil involontaire à l’agence du même nom qui emploie ce top. À la rédaction, après un long débat – et après avoir longuement scruté ces images –, nous pencherions plutôt pour une nouvelle Eva Herzigova.

Lire le magazine en ligne
Suivez Sport&Style