X
En poursuivant votre navigation sur Sport&Style.fr, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêts, pour mesurer la fréquentation de notre site, et vous permettre de partager vos lectures sur les réseaux sociaux. Pour en savoir plus ou paramétrer les cookies, rendez-vous sur cette page. En savoir plus.
L’enceinte rock’n’roll
Marshall Acton

L’enceinte rock’n’roll

Par Paul Miquel , le 05 février 2015

C’est à la fois une enceinte et un objet de déco, un morceau d’hier et d’aujourd’hui. L’Acton de Marshall ne délivre pas seulement du bon son. Grâce à son design vintage, elle invite au voyage et capte l’air du temps. Du coup, on dit « oui ». Sans hésitation.

Nom : Acton

Marque : Marshall Headphones

Le pitch ? Tout a commencé en 1962 à Hanwell, une petite ville anglaise. C’est là-bas qu’un professeur de batterie et propriétaire d’une magasin de musique, Jim Marshall, eut l’idée – à la demande de nombreux musiciens dont ceux des Who – d’imaginer un ampli délivrant un son différent, plus puissant, plus nerveux, moins pépère. C’est ainsi que naquit la légende du « son Marshall » et des amplificateurs éponymes popularisés ensuite par Jimi Hendrix ou Led Zeppelin. Aujourd’hui, la marque poursuit son développement auprès du grand public grâce à de nombreux produits dérivés dont des frigos, des casques audio et des enceintes Bluetooth.

Premier regard. Le coup de foudre immédiat. Tout, absolument tout, rappelle les amplis d’antan : la face avant en tweed frappé du célèbre logo Marshall à la typo si caractéristique, la robe noire (ou crème) en simili cuir et le panneau de commande doré positionné sur la façade supérieure. L’Acton a été imaginée dans le respect du design des amplis des années 60. Et on aime ça.

Prise en main. Facile. L’engin pèse 3 kilos. C’est un rectangle de 26,5 cm de long pour une hauteur et une profondeur de 15 cm. Il se porte facilement, se positionne quasiment partout : sur une étagère, un bureau, un frigo ou à même le sol. Première remarque, il capte immédiatement les regards, attire la sympathie, invite à l’écoute.

Et chez moi ? Le test a été réalisé dans une pièce d’environ 30 m2, l’enceinte ayant été posée sur une commode très ancienne en marqueterie de bois précieux. Esthétiquement, le mix fonctionne. Le pairage en Bluetooth est rapide. Immédiatement, ça balance du « gros son ». On envoie d’abord du rap, puis du rock et enfin du classique. Presque naturellement, on pousse les graves quasiment à fond. Le velouté agressif « à la Marshall », l’énergie caractéristique de la marque, est bien là. Mais il faut jouer sur les correcteurs de tonalité. Ça envoie bien dans les graves. Ça manque un peu d’amplitude et d’impact dans les aigus. Même poussée à pleine puissance, l’Acton tient le coup. OK, on va peut-être se répéter mais l’Acton révèle sa vraie personnalité dans les graves. Capito ?

Technique. Deux tweeters à dôme de 19 mm, un woofer de 10,2 cm de diamètre. Pas mal pour une enceinte de petite taille qui délivre une amplification de 2 x 8 Watts + 25 Watts pour le haut-parleur de grave. Trois boutons rotatifs analogiques (volume, graves, aigus) positionnés sur la façade supérieure permettent un réglage facile et précis du son. Pas de chichis high-tech. On règle « sa » musique à l’ancienne. Easy baby.

Le plus : Primo le design, qui fait de cette enceinte un objet unique au look néo-rétro hautement désirable. Secundo la qualité et l’énergie du son, notamment quand on pousse un peu fort dans les graves. Vraiment bluffant.

Le moins : Grosse surprise et petite déception, l’Acton ne possède pas de batterie interne pour un usage nomade. Elle doit être branchée au secteur pour fonctionner. On l’aurait bien transportée un peu partout. Tant pis, mais c’est dommage.

Le truc qui tue ? Le petit câble jack/jack torsadé – permettant de brancher à peu près n’importe quel lecteur – qui fleure bon le vintage.

Où l’acheter et à quel prix ? 249,90 € dans tous les bons magasins de musique et de high-tech qui distribuent de beaux objets.

 

IMAGE LAFC STORY

© L'équipe 24/24 2016 - Tous droits réservés

contacts - C.G.U.