X
En poursuivant votre navigation sur Sport&Style.fr, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêts, pour mesurer la fréquentation de notre site, et vous permettre de partager vos lectures sur les réseaux sociaux. Pour en savoir plus ou paramétrer les cookies, rendez-vous sur cette page. En savoir plus.
Le mini-drone addictif
Parrot Rolling Spider

Le mini-drone addictif

Par Benoît Carretier , le 12 février 2015

Il vole, il roule, au plafond comme sur les murs. Il est léger comme une plume. Il ? Le mini-drone Rolling Spider de Parrot. Si son autonomie n’était pas aussi chiche, il serait parfait.

Nom : Rolling Spider.

Marque : Parrot.

Le pitch ? Mini-drone volant et roulant, nommé aussi quadricoptère, qui reprend les qualités des versions grand format du constructeur français, en particulier le Parrot AR, drone 2.0 dont il est un peu le petit frère. Avec un simple smartphone, on se sent presque devenir pilote.

Premier regard. Qu’est-ce qu’il est petit ! Le Rolling Spider a beau être un mini-drone, on reste quand même surpris par la taille minuscule de cette araignée en plastique.

Prise en main. Après avoir chargé la batterie et téléchargé l’app dédiée FreeFlight 3 sur son smartphone, l’appairage bluetooth se fait automatiquement. Quand il s’agit de faire voler l’animal, on a le choix entre vol normal (le plus simple pour les débutants), Ace (contrôle avec un doigt) et Joypad (mode expert). Pour les fonctions plus avancées, comme la récupération des photos prises grâce à la caméra ventrale, il faut se plonger dans les menus de l’app. Mais rien de compliqué.

Et chez moi ? Parfait en intérieur, un peu léger pour résister aux coups de vent. Le salon se transforme en meeting aérien de poche : loopings, swipe (tour à 90 ou 180°), vol géostationnaire, atterrissage en douceur... Rien ne manque au pilote du dimanche. Et une fois les deux roues ajoutées, on passe en mode 4x4 pour faire rouler le mini-drone sur les murs et au plafond.

Design. Arachnéen. Le Spider porte bien son nom, petite araignée disponible en rouge, bleu ou noir, et qui a des faux airs de maquette à monter soi-même.

Technique. Capteur ultrason, gyroscope 3 axes, accéléromètre 3 axes, capteur de pression... Tout ça dans 55 g (65 g avec les roues). Sans oublier les vingt mètres de portée et la vitesse maximale de 18 km/h.

Les plus. La maniabilité. Une fois les bases du pilotage assimilées, faire voler ou rouler sa petite araignée relève du jeu d’enfant.

Les moins. L’autonomie qui tue le plaisir. Une heure et demie de charge pour huit minutes de vol. Et de trépigner jusqu’à la fin de la nouvelle charge. Mais tous les drones connaissant ces soucis d’autonomie, on prend son mal en patience.

Le truc qui tue. L’irrépressible régression juvénile qui s’empare de nous. D’un coup, on ressent la même sensation d’excitation totale qui nous habitait enfant chaque matin du 25 décembre. Un vrai plaisir coupable.

Où lacheter et à quel prix ? Chez une sélection de revendeurs, dans la boutique parisienne de Parrot ou directement sur le site (store/parrot.com), pour 99 €.

 

lire le magazine

IMAGE LAFC STORY

© L'équipe 24/24 2016 - Tous droits réservés

contacts - C.G.U.