X
En poursuivant votre navigation sur Sport&Style.fr, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêts, pour mesurer la fréquentation de notre site, et vous permettre de partager vos lectures sur les réseaux sociaux. Pour en savoir plus ou paramétrer les cookies, rendez-vous sur cette page. En savoir plus.
Le fluo, nouvelle star des terrains

Le fluo, nouvelle star des terrains

Par Julien Neuville , le 23 septembre 2014

Porteuse d'un sens et d'une symbolique, la couleur joue un rôle fondamental dans la société. Nike a compris combien elle ne peut être choisie à la légère. La correspondance des couleurs est aussi un jeu d’équipe.

« La confiance en soi fait gagner les matchs », annonce Stuart Mc Arthur, designer textile chez Nike. Que ce soit aux niveaux professionnels ou amateurs, la majorité des joueurs vous diront toujours : « Si j’ai de l’allure, je me sens bien, et quand je me sens bien, je joue bien. » Si la marque américaine, qui domine largement le marché du vêtement de sport, privilégie avant tout la performance, une attention particulière est donnée au style. Et, en cette fin d’année, l’innovation passe par la couleur. Le 25 septembre arrivent en boutiques et sur nike.com, les troisièmes maillots des six grands clubs équipés par Nike (FC Barcelone, Galatasaray, Paris Saint-Germain, Juventus de Turin, Inter de Milan et Manchester City) ainsi que plusieurs nouveaux modèles des quatre crampons de la marque (Hypervenom, Magista, Mercurial Superfly et Tiempo V). Le tout, dans des couleurs d’un éclat rarement vu sur les pelouses.

«L’idée de se concentrer sur les couleurs est venue des joueurs, explique Stuart Mc Arthur. Ils nous ont expliqué que les couleurs vives leur donnaient l’impression d’être plus rapides.» L’attaquant parisien Zlatan Ibrahimovic confiait lui-même aux designers Nike que la couleur lui conférait une nouvelle puissance. Même principe pour les crampons. Rencontré le lendemain de la victoire (5-1) de l’AS Roma contre le CSK Moscou en ouverture de la Ligue des Champions, on demande au défenseur Ashley Cole s’il porte des crampons colorés. Il répond en rigolant : « Non ! Je joue en crampons noirs, et j’ai toujours l’impression d’être le moins rapide de l’équipe. »

Action : fluo

Hypervenom orange fluo, Magista turquoise, Mercurial Superfly jaune/orangé et Tiempo V turquoise, impossible de passer à côté de ces nouvelles teintes de chaussures lorsque les équipes portent les maillots domicile ou extérieur, toujours relativement raisonnables en termes de couleurs. Mais, quand les six clubs équipés par Nike arboreront leur troisième maillot exceptionnel, la silhouette des joueurs sera si lumineuse qu’il faudra sûrement régler la balance des gris du téléviseur. Le Paris Saint-Germain jouera en rouge fluo, le Barça sera en jaune électrique, Galatasaray évoluera en magenta profond, alors que la Juventus provoquera des émois avec son vert pistache.

Le plus dur n’était sûrement pas de trouver la bonne couleur, mais de l’appliquer à toute la tenue (maillot, short et chaussette). Car lorsqu’on les observe, ce qui saute aux yeux c’est la parfaite coordination des couleurs. Selon Nike, l’ensemble est fait de tissus fabriqués à partir de bouteilles plastiques recyclées : le short contient 100 % de polyester recyclé, les maillots 96 % et les chaussettes 78 %. Ajoutons à ça les différentes matières utilisées sur une chaussette élastique capable de tenir le muscle et celles sur maillot assez aéré pour chasser la chaleur. Au final, aucune de ces trois pièces n’a la même composition, aucune n’a la même texture. Et pourtant, toutes les trois sont exactement de la même couleur. Impossible de voir une différence. Appliquez le même Pantone sur un t-shirt blanc en coton et sur un pantalon en laine, les deux vêtements n’auront jamais la même teinte. Sauf sur ces tenues, et la vraie prouesse est là !

Difficile à voir sur les photos, mais l’avant et l’arrière des maillots n’ont pas la même teinte. Pour le PSG, rouge fluo à l’avant, rouge sombre à l’arrière, le tout, encadré par une bande bleue marine le long du corps. « À l’arrêt, cette bande forme une ligne droite, mais quand le joueur est entrain de courir elle accentue l’impression de mouvement. » Encore une fois, il est question ici de jouer sur la perception visuelle pour donner un avantage psychologique aux joueurs. Quant à la différence entre avant et arrière, la raison est plus symbolique. « Nous aimons l’idée que, s’approchant d’un défenseur, le joueur présente la face éclatante de son maillot, et, qu’une fois l’avoir déposé, il ne lui laisse qu’à voir la partie sombre.» Une manière pour les défenseurs d’entrapercevoir les potentielles conséquences funestes de leurs erreurs.

Maintenant, il ne reste plus qu’à attendre de voir ces maillots portés sur les terrains, où, contre le vert de la pelouse et baignés des projecteurs, ils brilleront comme des ampoules. Deux avantages à ça : les joueurs seront capables de repérer plus facilement leurs co-équipiers, et les téléspectateurs, éblouis par la luminosité des maillots, n’en auront que pour l’équipe Nike.

 Crampons et maillots déjà disponibles en pré-vente. En vente sur www.nike.com le 25 septembre.

 

IMAGE LAFC STORY

© L'équipe 24/24 2016 - Tous droits réservés

contacts - C.G.U.