X
En poursuivant votre navigation sur Sport&Style.fr, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêts, pour mesurer la fréquentation de notre site, et vous permettre de partager vos lectures sur les réseaux sociaux. Pour en savoir plus ou paramétrer les cookies, rendez-vous sur cette page. En savoir plus.
Un remariage attendu
Le Coq Sportif X Saint-Étienne

Un remariage attendu

Par Marion Deslandes , le 23 avril 2015

Après s’être remis en selle sur le Tour de France en 2012, Le Coq Sportif revient au football la saison prochaine avec l’AS Saint-Etienne. Un club qui lui ressemble.

Nostalgiques d’une première union qui aura duré dix-sept ans, de 1967 à 1984, Le Coq Sportif et Les Verts vont se retrouver sur les pelouses en août prochain. Airesis, la holding suisse qui détient la griffe fondée en 1882, a officialisé cette alliance et affiche son ambition : « Redevenir un acteur majeur dans le sport et dans le football en particulier. Et qui mieux que l’AS Saint-Étienne, partenaire traditionnel de la marque [...], pour symboliser ce renouveau ».

Une histoire commune marquée par un maillot inimitable. Vert, luisant, ultra moulant et orné d’un col tricolore : la tunique de 1976 sponsorisée par l'entreprise locale Manufrance reste un mythe. Toute la France se passionne alors pour la folle épopée des Verts, parvenus jusqu’en finale de la Coupe d’Europe des Clubs Champions. En 1981, c’est avec le maillot frappé du légendaire « Super Télé » que le club glane son dernier titre de champion de France, toujours avec Le Coq Sportif. Ensuite, « Sainté » a multiplié les équipementiers en passant de Duarig à Puma, d’Asics à Umbro, puis de nouveau Duarig, et enfin adidas depuis 2005.

Ce retour sous la houlette du Coq Sportif semblait inévitable. Liés à leur apogée, la marque comme le club ont tous les deux connu le creux de la vague au cours des années 90 jusqu’au début des années 2000, avant de reprendre leur envol, l’un vers la Coupe d’Europe, l’autre vers les boutiques stylées. « Leur identité est comparable », note Lionel Maltese, expert en marketing sportif. « Pour faire sa place en tant qu’équipementier aux côtés de Nike ou adidas, Le Coq Sportif mise sur un club qui lui ressemble : suite à son passage à vide, l'ASSE s’est également rebâti comme une PME, tout en capitalisant, comme Le Coq, sur son héritage. »

Après avoir failli péricliter, la griffe, reprise en 2005 par Airesis, a opéré un virage mode via de multiples collab' – récemment avec French Trotters, Liberty, ASOS… –, tout en se relançant progressivement dans le sport de haut niveau par le choix d’ambassadeurs comme Richard Gasquet ou Frédéric Michalak. Elle a aussi rouvert en 2010 son atelier historique de Romilly-sur-Seine, labo R&D où sont aujourd'hui conçues les collections performance. De son côté, l'ASSE a traîné dans les bas-fonds de la Ligue 2 à la fin des années 90, flirtant même avec le dépôt le bilan. Renfloué par la ville et passé aux mains de Roland Romeyer et Bernard Caïazzo, le club a depuis regagné l’élite, remporté la Coupe de la Ligue en 2013 et s’est qualifié pour la Ligue Europa en 2014. CQFD.

Si rien n’a encore été dévoilé de leur partenariat à venir, on peut parier qu’une réédition de l’iconique maillot Manufrance est prévue, de même qu'une collection sportswear inspirée de la saga des Verts. Le Coq Sportif est en effet un spécialiste des lignes d'inspiration rétro, avec par exemple les baskets Arthur Ashe ou la collection La Grande Boucle. « Les fans nous attendent. Ils ont l’amour du maillot, nous aussi », s’enthousiasme-t-on du côté du Coq Sportif, qui équipera également, dès la saison prochaine, les joueurs de la Fiorentina (Italie). Un autre club historique et populaire.

 

 

lire le magazine

© L'équipe 24/24 2016 - Tous droits réservés

contacts - C.G.U.