X
En poursuivant votre navigation sur Sport&Style.fr, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêts, pour mesurer la fréquentation de notre site, et vous permettre de partager vos lectures sur les réseaux sociaux. Pour en savoir plus ou paramétrer les cookies, rendez-vous sur cette page. En savoir plus.
David Beckham

David Beckham

Par Tatiana Golovin , le 08 mars 2012

Experte des courts de tennis, Tatiana Golovin colle chaque mois une personnalité au filet. Aujourd'hui, c'est au tour de David Beckham de passer à la casserole. Oui, oui, le grand David Beckham himself.

La rencontre se fait à l’hôtel Connaught, à Londres, où David Beckham est venu présenter sa collection de sous-vêtements réalisée pour H&M, qui la distribue en exclusivité. Contrairement à ce que j’avais imaginé, je ne suis pas seule avec lui. Un groupe de journalistes venus du monde entier participe aussi à la conversation. Je boude un peu au début, mais David se révèle tellement simple et chaleureux que je me détends vite.

Quel effet ça vous fait d’être créateur de mode ?
J’avais déjà eu une expérience avec Armani, cela m’a donné des idées. J’ai voulu réellement travailler moi-même, participer à la création dès le départ. Ce travail de stylisme m’a vraiment intéressé. Quand tout était prêt, quand nous réfléchissions à la suite, H&M m’a proposé de voir les choses en grand en m’offrant l’opportunité de diffuser ma collection dans le monde entier.

Difficile, ce nouveau métier ?
Oui, c’est compliqué de trouver un style avec justesse. Et de l’imposer. J’avais envie de quelque chose d’old school et de remettre à la mode le caleçon long par exemple. Sans être vieux jeu, aujourd’hui j’ai 36 ans et je me sens de plus en plus dans la peau d’un gentleman british. Je veux aller vers cet univers-là.

Je n’aime pas penser au jour où je vais devoir ranger mes crampons.

Victoria, votre épouse, vous a-t-elle aidé ?
C’est plus facile pour moi de lui montrer ce que je fais que l’inverse. Elle a désormais beaucoup d’expérience dans le domaine de la mode. Elle a vraiment bien rebondi. Ce n’était pas forcément évident de passer de Spice Girl au statut de styliste reconnue.

L’une de vos idoles en football est Éric Cantona. En matière de style, ce serait qui ?
Steve McQueen. Un super look : un jean, un T-shirt et ça le fait ! L’une des seules personnalités à avoir été une de mes sources d’inspiration. Jeans, T-shirts blancs et boots sont les trois éléments de base de ma garde-robe. Des incontournables.

Que disent vos enfants quand vous passez à la télé en sous-vêtements dans une pub le soir du Super Bowl ?
Quelque chose comme : « Oh mon Dieu, pas encore, papa ! » Ce sont des mômes, ils sont toujours honnêtes.

Que n’aimez-vous pas dans votre corps ?
Après vingt ans de football, mes orteils ne sont pas terribles.

Qu’allez-vous faire après l’épisode sous-vêtements ?
J’aimerais devenir aussi important dans le sous-vêtement que Calvin Klein, par exemple. Question foot, il n’est pas question pour moi d’entraîner, ça ne m’intéresse pas. En revanche, si j’ai la possibilité de devenir propriétaire d’un club de -football en MLS (la ligue professionnelle américaine – ndlr), j’étudierais la question avec circonspection. Mais pour l’instant, je joue toujours. Et je n’aime pas penser au jour où je vais devoir ranger mes crampons.

Aimez-vous vous balader nu à la maison ?
Quand il n’y avait que mes fils, j’évitais mais ce n’était pas vraiment un problème.  Maintenant que j’ai une fille, c’est différent.

Donc, se balader nu à la maison, c’est fini ?Oui, c’est fini...

 

 

 

 

 

 

lire le magazine

IMAGE LAFC STORY

© L'équipe 24/24 2016 - Tous droits réservés

contacts - C.G.U.