X
En poursuivant votre navigation sur Sport&Style.fr, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêts, pour mesurer la fréquentation de notre site, et vous permettre de partager vos lectures sur les réseaux sociaux. Pour en savoir plus ou paramétrer les cookies, rendez-vous sur cette page. En savoir plus.
Richard Gasquet

Richard Gasquet

Le 24 janvier 2012

Experte des courts de tennis, Tatiana Golovin colle chaque mois une personnalité au filet. Aujourd'hui, de l'autre côté, il y a un confrère, Richard Gasquet, qui a naturellement les armes pour y répondre.

L’entretien se déroule chez Lacoste. On se connaît depuis longtemps et on a toujours plaisir à se voir. Et nous avons en commun un très beau souvenir : la victoire en double mixte à Roland-Garros en 2004. J’avais 16 ans et lui 18.

Quel souvenir gardes-tu de notre victoire à Roland-Garros en mixte ?
Je me souviens que sur la balle de match, je t’avais un peu poussée pour smasher à ta place. Je me souviens aussi que tu avais un super coup droit, meilleur que le mien.

À ton avis, que pensent les Français de toi ?
C’est difficile à dire. J’ai l’impression que quand je croise des gens, on me parle toujours de mon revers.

Qu’aimerais-tu que les gens retiennent de toi ?
Que je fais le max, que je n’ai pas la grosse tête et que je leur donne du plaisir.

Comment as-tu géré ta suspension ?
J’ai toujours du mal à croire que ça me soit arrivé. Ce fut dur, ça m’a fait peur. Je me suis dit que je vivais dans un monde de malade. J’étais pris dans un tourbillon. Ça m’a flingué.

Comment occupais-tu ton temps ?
Ce fut assez rapide en fait, mais au début, je ne sortais plus de chez moi. Tout le monde me branchait, c’était assez bizarre. Je n’étais pas du tout préparé. Tu m’aurais posé la question avant, je t’aurais dit qu’il y avait plus de chances que je gagne Roland-Garros qu’un truc pareil m’arrive. Ma passion pour le tennis m’a sauvé. C’est pour le jeu que je suis revenu.

Qu’est-ce qui a changé en toi ?
Je suis moins insouciant, tout peut s’arrêter demain.

Qu’est-ce qui te fait avancer aujourd’hui ?
Les sensations, sentir le public, faire un beau coup. L’ambiance de la coupe Davis aussi. C’est le jeu et les lieux : Roland-Garros, Wimbledon...

Tu as 25 ans. Qu’imaginais-tu plus jeune ?
Je ne me suis jamais imaginé tout ça, ce classement, cette carrière. Je n’ai jamais rien programmé, je n’ai jamais vécu mes journées dans le but d’être numéro 1 mondial. Je profite, j’accumule des souvenirs.

T’intéresses-tu à d’autres sports ?
J’aime beaucoup le foot et le rugby, je connais pas mal de joueurs. J’adore jouer au foot. Je suis gaucher du pied, d’ailleurs...

Quel champion aimerais-tu rencontrer ?
Zidane peut-être, une fois dans ma vie.

Quel est le concert que tu as préféré ces derniers temps ?
Un concert de Johnny il y a deux ans. Avant le spectacle, on avait passé une demi-heure à discuter dans sa loge, c’était vraiment sympa.

Ton restau préféré ?
Un 3 étoiles dans le Sud, tenu par un copain.

Dragueur ou dragué ? Tu attends ou tu vas voir ?
Quand je suis intéressé, je fonce, mais ça n’arrive pas tant que ça. De moins en moins à vrai dire. Quand j’avais 18 ans, c’était différent.

As-tu de mauvaises habitudes ?
Je me ronge les ongles, c’est infernal.

Penses-tu à la retraite, à ce que tu feras après ?
C’est difficile... On verra, j’ai le temps.

Quels sont tes acteurs préférés ?
Jean Reno et Christian Clavier que je trouve vraiment très drôles.

Ta définition du luxe ?
Ne pas compter. Arriver à faire ce que je veux sans  me poser de questions. Je ne fais pas vraiment de folies. Mon luxe, c’est juste ça.


 

lire le magazine

© L'équipe 24/24 2016 - Tous droits réservés

contacts - C.G.U.