X
En poursuivant votre navigation sur Sport&Style.fr, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêts, pour mesurer la fréquentation de notre site, et vous permettre de partager vos lectures sur les réseaux sociaux. Pour en savoir plus ou paramétrer les cookies, rendez-vous sur cette page. En savoir plus.
5 questions à Julien Doré

5 questions à Julien Doré

Par Anne Denis , le 23 mai 2013

Durant tout le Festival de Cannes, notre reporter Anne Denis pose des questions très Sport & Style aux stars du cinéma.

Pour sa deuxième expérience cinématographique, Julien Doré incarne un chanteur de black metal, leader d’un groupe de quatre musiciens, les Dead Makabés, incarnés à l’écran par Grégory Gadebois, Jonathan Cohen et Yacine Belhousse. Pop Redemption sortira le 5 juin.

Quelle place occupait le heavy metal dans votre vie avant ce film ?
Peu de place. Pop Redemption m’a obligé à me pencher sur ce genre musical. J’ai écouté des groupes comme Gorgoroth, Mayhem, Immortal (rires). J’ai aussi étudié leur manière de chanter, leur rapport au corps qui est tout le contraire de ce que je fais. Sur scène, je suis plutôt jambes serrées, alors que eux imposent le poids de leur corps et leur voix.

L’une des scènes du film se passe au Hellfest, LE festival de métal. Vous avez vraiment joué devant un vrai public ?
Oui. C’était dingue. Nous avons joué juste après Axl Rose (le leader de Guns N’ Roses – ndlr) qui était la tête d’affiche, devant un vrai public de 2 000 personnes ! Cette scène, qui intervient à la fin du film, était l’une des premières dans le plan de travail du tournage. C’était donc un stress supplémentaire de commencer par ça parce que nous étions quatre comédiens qui ne se connaissaient pas. Ce qui m’a frappé, c’est l’accueil du public. Les gens qui écoutent du métal sont d’une ouverture et d’une gentillesse exceptionnelle. Cette séquence est mon souvenir le plus marquant du tournage.

À univers exceptionnel, look exceptionnel. Ce film met en avant la mode gothique. Même si vous n’avez jamais eu votre période métal, avez-vous eu une période grunge ?
Quand j’étais ado, j’étais très sage. Même si je fais partie de la génération Nirvana, j’avais une petite coupe courte et je rêvais de la fameuse doudoune Chevignon, avec le canard ou le cerf, que je n’ai jamais eue ! J’ai commencé à m’intéresser à la mode et à trouver mon style à partir du moment où j’ai fait de la musique.

Êtes-vous fidèle à des créateurs de mode ? À vos débuts, je me souviens vous avoir vu aux défilés Lacroix, Castelbajac…
C’était il y a 5-6 ans et ce sont les deux seuls défilés auxquels j’ai assisté (rires). J’ai un rapport plus particulier avec Christian Lacroix parce qu’il vient de chez moi, du Gard, et que je trouve que c’est un artiste. J’ai eu la chance de voir un de ses derniers défilés haute couture. D’une façon générale, mon style c’est de l’assemblage : des vêtements qui me suivent depuis mes études aux Beaux-Arts, des pièces trouvées dans des fripes qui côtoient des nouvelles. Pour cette interview, je porte une chemise bleu ciel à fleurs signée Hartford, une petite boutique de chemises qui se situe à deux pas de chez moi, place des Victoires à Paris. Demain, nous montons les marches et j’ai mon costume Yves Saint Laurent que j’adore – et qui m’appartient.

Vous avez déclaré : « Mon seul sport, c’est la scène ». Quel sport pratiquiez-vous avant et est-ce que vous en suivez un en particulier ?
Quand j’étais jeune, mes parents voulaient que je fasse du sport pour me sociabiliser un peu car j’étais très solitaire. J’ai tout fait : escalade, basket, handball, foot ! Sur le coup, ça m’a un peu traumatisé. Je ne me suis remis à jouer au foot avec les copains qu’à 20 ans, après une période de sevrage. Je suis fan de foot. De 16 à 21 ans, j’allais voir Montpellier au stade de la Mosson un samedi sur deux. Je suis tombé amoureux d’Olivier Giroud qui nous a abandonnés lamentablement (après son titre de champion de France avec Montpellier l’an dernier, Olivier Giroud est parti pour Arsenal – ndlr). Je trouve que c’est un joueur incroyable et un beau gosse absolu.

 

lire le magazine

IMAGE LAFC STORY

© L'équipe 24/24 2016 - Tous droits réservés

contacts - C.G.U.