X
En poursuivant votre navigation sur Sport&Style.fr, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêts, pour mesurer la fréquentation de notre site, et vous permettre de partager vos lectures sur les réseaux sociaux. Pour en savoir plus ou paramétrer les cookies, rendez-vous sur cette page. En savoir plus.
Accro à la montagne
Jeremy Renner

Accro à la montagne

Par Frank Rousseau, le 04 février 2014

Après sa prestation testostéronée dans Jason Bourne, l’Héritage, Jeremy Renner a laissé reposer ses muscles dans American Bluff, à l’affiche le 5 février. Pour le nouvel « action man » de Hollywood, la montagne, ce n’est pas du bluff.

Un lieu pour prendre de la hauteur...
Certainement pas Modesto, la ville californienne où j’ai grandi ! La vallée de San Joaquin était suffocante l’été, une vraie fournaise. Pour m’aérer, j’allais camper avec des potes dans les montagnes de la Sierra Nevada et plus précisément dans le parc Yosemite. Au programme, rando et escalade sur des dômes granitiques. À la fin de la journée, on plongeait sous des cascades d’eau. Mémorable.
 

Un souvenir de bivouac...
Au Canada, je me suis retrouvé nez à nez avec un grizzli dans un camp improvisé. Nous avions laissé dehors un savon parfumé au miel ! La bête a été attirée par l’odeur. Lorsque nous nous sommes réveillés, nous nous sommes dit qu’il valait mieux ne pas broncher !
 

Ma plus grosse frayeur en altitude...
Une scène dans Mission : Impossible –Protocole Fantôme, au sommet de la Burj Khalifa à Dubaï, la plus haute tour du monde. Je tenais la jambe de Tom Cruise qui était suspendu dans le vide. Nous étions bien sûr maintenus par des filins, mais j’ai dû tenir Tom environ une trentaine de secondes à plusieurs centaines de mètres de hauteur. Ce qui ne l’empêchait pas de plaisanter. Il ne cessait pas de me répéter : « Relax ! Profite de la vue mec ! ». Et moi, je lui répondais : « Arrête de me parler de la vue, je vais te vomir dessus ! ».
 

Le jour où j’ai dépassé les... Bourne !
Nous avons tourné les scènes de montagne du dernier Jason Bourne à Calgary. Je devais plonger par des températures hivernales dans un lac approvisionné en eau par des glaciers, puis en sortir et courir torse nu jusqu’à un feu. Étant censé être un agent secret coriace, je ne devais rien laisser transparaître sur mon visage. Aucune souffrance. J’avais beau prendre sur moi, je ne sentais plus mes membres ! Pour les autres scènes, je vous rassure, mes gants et mes vêtements étaient chauffants.
 

Quand j’aurai fait le tour de Hollywood, j’irai m’installer du côté du parc de Yellowstone.


Une histoire montagnarde inoubliable...
Je me souviens avoir lu un livre passionnant de Nando Parrado. Dans les années 70, dans la cordillère des Andes, la nécessité a poussé cet ancien rugbyman – avec 17 autres passagers – à manger des cadavres. Quand vous vous crashez à 4 000 mètres d’altitude et que la nourriture vient à manquer, vos chances de vous en sortir sont plus que faibles. D’autant que ces gars ont été retrouvés 72 jours plus tard. Lorsque les équipes de secours les ont repérés, ils étaient à peine amaigris puisqu’ils avaient bouffé les corps des passagers qui n’avaient pas survécu au crash. Je crois que j’aurais agi de la même manière. Le tout est de pouvoir passer le stade du dégoût et les questions morales.
 

Dans mon sac à dos, il y a...
Cela dépend de l’endroit où je vais. Si les montagnes sont dans une région désertique, l’eau est ma priorité. Une perte liquidienne de 2 % du poids du corps (c’est-à-dire 1,5 litre) réduit la capacité de travail mental et musculaire de 20 %. Une perte de 4 % la réduit de 40 %. Une alimentation qui apporte une ration calorique journalière de 3 500 calories nécessite un apport de 3,5 litres d’eau, faute de quoi cette eau sera prise sur les réserves de l’organisme. Impératif. Si on a rien à boire, on ne mange pas. Je n’oublie pas les rations alimentaires, un GPS, une paire de jumelles et de quoi allumer un feu. Accessoirement, quelques bons bouquins. Pour lire. Pas pour le feu...
 

Un projet auquel je me cramponne...
Je me ferais bien une virée dans les Alpes. Mais pour ça, il faut avoir du temps. Il paraît que vous avez les meilleurs guides du monde et que la vue du mont Blanc est à couper le souffle.
 

Mon prochain refuge...
Quand je serai plus vieux et que j’aurai fait le tour de Hollywood, je me laisserai pousser la barbe et j’irai m’installer du côté du parc national de Yellowstone. À chaque fois que je séjourne là-bas, je me sens bien. J’ai l’impression qu’il y a des forces telluriques provenant des tréfonds de la terre, puissantes et bénéfiques.
 

IMAGE LAFC STORY

© L'équipe 24/24 2016 - Tous droits réservés

contacts - C.G.U.