X
En poursuivant votre navigation sur Sport&Style.fr, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêts, pour mesurer la fréquentation de notre site, et vous permettre de partager vos lectures sur les réseaux sociaux. Pour en savoir plus ou paramétrer les cookies, rendez-vous sur cette page. En savoir plus.
Runnings : l'effet fashion

Runnings : l'effet fashion

Par Claire Byache , le 01 mars 2014

Où l’on cherche à comprendre comment la mode a dévergondé le running. Et où l’on s’émerveille de courir enfin avec des baskets aussi techniques que stylées.

La mode. Encore elle. Responsable d’un exquis tour de passe-passe, d’une pirouette dont elle seule détient le secret. Avant ? Les runnings étaient laides. Soyons honnêtes, à vous non plus il n’a pas échappé que les baskets – celles pour courir, pas celles pour lécher les vitrines très in de la rue Saint-Honoré – étaient souvent trop blanches, désespérément unies. On les portait pour s’entraîner, bien obligés, mais sans vibrer.

 

NOUVEAUX CODES
Et puis ? Ni vu, ni connu, la couture s’est mise à draguer l’ennemi. Elle est allée piocher dans le répertoire austère de l’effort et, doucement, s’en est approprié les codes et autres symboles forts. En filigrane ? Une ode inédite au dépassement de soi, à l’abnégation, à l’endurance et la volonté. Évidemment, la basket s’est retrouvée sur les podiums, promue au rang d’accessoire choc, subitement délivrée du poids de son passé très peu rock, trop sage, presque navrant de sobriété. Des liens inédits se sont tissés et, par la grâce d’un effet boomerang, la performance est devenue digne de fantaisie. Les leaders du running se sont mis à proposer des modèles design et décomplexés.

 


Du coup, aujourd’hui on lorgne sur nos prochaines runnings comme on convoiterait une paire de beaux souliers. Est-ce que l’on peut aller jusqu’à dire que le sport a cédé aux sirènes fashion ? Pas vraiment. Stéphane George, directeur de New Balance France, Benelux et Allemagne : « New Balance a un ADN 100 % running performance depuis plus de cent ans. Si aujourd’hui la frontière entre la performance, justement, et la mode est de plus en plus fine, notre discours, lui, n’a pas bifurqué ». En clair, il continue à mettre en avant la haute technicité. Sauf que... « Les matières, notamment au niveau des semelles et des tiges, permettent désormais une créativité certaine. » L’arrivée massive des couleurs, aussi, dévergonde le running technique sans compromettre ni l’amorti, ni la légèreté. Stéphane George, encore : « On n’utilise pas de cuirs, qui sont beaucoup trop lourds, mais de nouveaux mesh, des empiècements plus ou moins réfléchissants et surtout de nouvelles semelles. Les tons peuvent être délibérément néon ». Même son de cloche du côté de chez Asics où l’on explique que si jusqu’à peu, « l’important était d’offrir un produit en phase avec un besoin sportif », aujourd’hui l’offre s’est adaptée à l’évolution d’un sport désormais « intégré au quotidien, même urbain. » Donc, la mode a gagné, ou presque.

 

BONNES MANIÈRES
3 grands principes à intégrer :

Une belle et bonne basket n’est jamais vintage
D’ailleurs, sachez que le terme « vintage » est mort. On dit désormais « héritage » et même sous la torture, les purs et durs du running ne céderaient à aucun diktat rétro. L’idée est au contraire de repousser toujours plus les limites de l’innovation. Le code couleur associé est donc le super néon, le quasi fluo et tout ce qui plane aux antipodes des tons orange/clou de girofle ou lie de vin.

 

Une belle et bonne basket fait jaser
On ne voit qu’elle. Semelle blanche + tige colorée + laçage décalé, contrasté sur fond de tenue sobre et chic – jogging anthracite par exemple.

 

Une belle et bonne basket se mérite
On la possède parce qu’on l’a « gagnée » à force de kilomètres avalés. Ainsi, un modèle comme la 890 New York (rapport au marathon) de New Balance, édité à 2 000 paires, doit être considéré comme un collector à valeur ajoutée : il faut l’utiliser comme un grigri, souvenir et témoin d’une performance passée.
 

 

lire le magazine

© L'équipe 24/24 2016 - Tous droits réservés

contacts - C.G.U.