X
En poursuivant votre navigation sur Sport&Style.fr, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêts, pour mesurer la fréquentation de notre site, et vous permettre de partager vos lectures sur les réseaux sociaux. Pour en savoir plus ou paramétrer les cookies, rendez-vous sur cette page. En savoir plus.
Et Dirk créa la flamme

Et Dirk créa la flamme

Par Claire Byache , le 12 juin 2014

Dirk Bikkembergs a créé un mythe fashion : celui du footballeur. Précurseur, il a osé mêler le ballon à la mode. Pionnier, il a créé un univers singulier.

Est-ce que cette image nous agace ? Oui. Diabolique, elle fait mouche en une seule touche, de sorte que celui qui la croise ne l’oublie plus. Jamais. Ce qui nous marque ? L’homme porte du blanc éclatant. (Et ça n’a l’air de rien, mais c’est énervant que ce blanc si blanc mette en valeur ce bellâtre au lieu de le renvoyer au rang des campeurs mal réveillés). L’homme porte un slip. (Et ça n’a l’air de rien, mais c’est effarant que ce slip terriblement slip ait l’air de le réchauffer plus qu’un bon gros gant). L’homme porte des clous. Au slip. (Et c’est terrible que des clous au slip ne déclenchent pas, de notre part, hilarité féroce et mesquineries). L’homme porte des chaussettes hautes. Chiffonnées. (Et ça nous désespère de constater que tout ce fouillis a l’air au contraire, ici, d’un détail maîtrisé.) Enfin, l’homme porte crampons et ballon, et campe sur deux cuisses outrageusement musclées. Quadriceps coupés au couteau, V (de la victoire, pariez) dessiné à l’envers, au balcon d’un genou narquois, sur le qui-vive, paré au sursaut, à l’assaut.

 

LE DIEU FOOT SUR LES PODIUMS
Cette image nous irrite, donc. Elle nous en fait baver. Qui est derrière ? La griffe Dirk Bikkembergs, du nom de son créateur qui, le premier, crût au mariage du foot et de la couture. Après le noir et les coupes trop strictes des années 90, l’audace de Dirk détonne : ses collections s’affichent décomplexées, costumes du soir en jersey, vêtements taillés dans des tissus plus habitués au sport qu’aux podiums, coupes qui se la donnent. « Le foot est – et restera –, plus que n’importe quel autre, le sport qui influence les grandes tendances de mode. C’est un langage universel » nous explique-t-on dans la célèbre maison. Et les footballeurs ? Ils sont « l’incarnation parfaite de l’homme moderne, obsédé par l’envie d’améliorer son apparence physique, de sculpter ses muscles à coups d’entraînement et de musculation ». Dirk Bikkembergs – créateur de génie, membre des Six d’Anvers aux côtés, entre autres, de Ann Demeulemeester et Dries Van Noten –, a tout misé sur l’effort quand d’autres conjuguaient la désuétude. Surtout, visionnaire, il a parié sur la mort du trio sex, drugs and rock’n’roll et choisi de viser plutôt le mens sana in corpore sano. Bien joué. Le mâle d’aujourd’hui, celui du selfie, semble en effet conquis par la performance, mû par l’envie d’obtenir, lui aussi, un physique athlétique. Avant tout le monde, Dirk a joué la carte foot. Avant que David, alors à mille lieux de Victoria, ne devienne Beckham, et avant que (tous) les autres ne suivent sa voie étoilée, Dirk était là. Il avait compris, déjà, que le foot – partout, sur toutes les pelouses et dans tous les quartiers – construit des héros vigoureux, capables d’inspirer la mode et par là même, d’épicer la masculinité. À jamais ?

 

 

 

IMAGE LAFC STORY

© L'équipe 24/24 2016 - Tous droits réservés

contacts - C.G.U.