X
En poursuivant votre navigation sur Sport&Style.fr, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêts, pour mesurer la fréquentation de notre site, et vous permettre de partager vos lectures sur les réseaux sociaux. Pour en savoir plus ou paramétrer les cookies, rendez-vous sur cette page. En savoir plus.
Par amour de la photo

Par amour de la photo

Par Hervé Borne , le 05 juin 2014

Les montres Valbray ont été choisies par Leica pour réaliser le premier garde-temps signé par le géant de la photo. Un collector présenté à l’occasion des célébrations de son centenaire.

Si Côme de Valbray ne s’était pas lancé dans l’aventure horlogère, il aurait certainement été photographe. Sa passion pour les montres l’a emporté, et il est aujourd’hui jeune CEO des montres Valbray, société qu’il a co-fondé avec son épouse Olga. Mais la photo reste son passe-temps favori. On comprend maintenant comment cette idée géniale lui est venue. Celle de créer une montre escamotable dont le cadran peut, à la demande, s’ouvrir ou se refermer à la façon du diaphragme d’un appareil photo grâce à 16 lamelles intégrées dans la lunette tournante. C’est bien entendu cette trouvaille qui a séduit Alfred Schopf, CEO de Leica Camera AG, lui-même amateur de belle horlogerie.
Les célébrations du centenaire de Leica représentaient donc pour lui une parfaite occasion pour lancer un nouveau jouet – la première montre signée Leica – et utiliser le diaphragme Valbray. Nous imaginons aisément la joie et la fierté qu’a ressenti Côme de Valbray lorsqu’il a été contacté par Leica pour créer la montre du centenaire. Il s’est bien entendu mis très vite au travail pour un résultat très réussi baptisé EL1 Chronographe, en hommage au fondateur de Leica, Ernst Leitz.
Une série limitée à 100 exemplaires au total, automatique, en titane, riche de ce diaphragme qui dissimule ou dévoile la fonction chronographe à trois compteurs et le guichet dateur. À noter, les détails très « photo » auxquels Côme de Valbray tenait beaucoup. Des cadrans auxiliaires comme les lay-out de réglages, l’applique 4,5 comme le chiffre d’ouverture du diaphragme du premier Leica, un fond saphir fumé en clin d’œil à la chambre noire.

Légendes :
EL1 Chronographe en titane, 46 mm de diamètre, mouvement automatique, date par guichet, bracelet en cuir. Série limitée à 50 exemplaires en titane classique et à 50 exemplaires en titane DLC noir, 17 999 €

 

IMAGE LAFC STORY

© L'équipe 24/24 2016 - Tous droits réservés

contacts - C.G.U.