X
En poursuivant votre navigation sur Sport&Style.fr, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêts, pour mesurer la fréquentation de notre site, et vous permettre de partager vos lectures sur les réseaux sociaux. Pour en savoir plus ou paramétrer les cookies, rendez-vous sur cette page. En savoir plus.
Les nouveautés de Poiray pour les hommes

Les nouveautés de Poiray pour les hommes

Par Hervé Borne , le 10 septembre 2014

Un vent nouveau souffle sur Poiray. Nouvelle direction, changement de stratégie, et des lancements inédits dont une montre masculine sont au programme.

En 1975, date de sa création, Poiray lance un pavé dans la mare, éclaboussant ainsi le sérail de la place Vendôme. Cette nouvelle venue se veut abordable et impose les pierres dites semi-précieuses sur la place. Dix ans de succès passent et en 1985, Poiray se lance en horlogerie avec Ma Première. Une montre pour femme inédite, rectangulaire, reconnaissable par son boîtier à godrons monté sur des bracelets interchangeables. C’est un véritable carton, un symbole : aucune jeune femme revendiquant un style BCBG n’oserait alors sortir sans sa Première.
Comme c’est souvent le cas avec les années, Poiray perd peu à peu son énergie, son souffle. Aujourd’hui les choses changent. Poiray vient d’être reprise par AMS Industries, associée dans le capital à Benjamin Lobel , ancien directeur commercial de la filiale horlogère du Groupe Galeries Lafayette, et Manuel Mallen, riche de plus de 20 ans d’expérience dans le groupe Richemont avec pour dernier poste celui de directeur général de Baume & Mercier.
De nouveaux fonds, deux entrepreneurs, le rêve pour relancer une belle endormie. Résultat : l’ouverture prévue de six boutiques à Paris, le redéploiement de la filiale japonaise, le renforcement de l’implantation à Genève et surtout une stratégie créative concentrée sur les icones maison dont Ma Première.
Nous découvrons ainsi une Première déclinée au masculin. Le boîtier devient XL mais pas seulement. Une version, montée sur un bracelet en alligator noir ou brun à boucle déployante, se voit dotée d’un calibre automatique à trois aiguilles centrales et date par guichet (2 450 €). Une autre, montée cette fois sur bracelets interchangeables – comme sa petite sœur –, est quant à elle à quartz avec uniquement deux aiguilles centrales (1 950 €). Les deux modèles sont d’ores et déjà disponibles.

www.poiray.com

 

lire le magazine

IMAGE LAFC STORY

© L'équipe 24/24 2016 - Tous droits réservés

contacts - C.G.U.