X
En poursuivant votre navigation sur Sport&Style.fr, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêts, pour mesurer la fréquentation de notre site, et vous permettre de partager vos lectures sur les réseaux sociaux. Pour en savoir plus ou paramétrer les cookies, rendez-vous sur cette page. En savoir plus.
Lip : le grand retour de la Nautic-Ski

Lip : le grand retour de la Nautic-Ski

Par Paul Miquel , le 04 février 2015

C’est une montre mythique, légendaire, inoubliable. Adorée des vrais passionnés d’horlogerie sportive, la Nautic-Ski de Lip fait son come-back grâce à une réédition automatique particulièrement réussie. Une belle surprise à un prix raisonnable.

Nom : Nautic-Ski Automatic Black

Marque : Lip

Le pitch ? Les amateurs attendaient cette réédition depuis longtemps ! Car la Nautic-Ski de Lip a marqué de ses aiguilles l’histoire de l’horlogerie française. Avec sa fameuse lunette tournante intérieure et son boîtier dit « compressor », la Nautic-Ski de Lip fut lancée sur le marché au printemps 1967 pour le centenaire de la marque et mise en lumière lors des Jeux olympiques de Grenoble en 1968. « L’appellation ski provient du fait que Fred Lip skie parfaitement et que sa fille, Muriel, est de 1950 à 1956 membre de l’équipe de France féminine de ski alpin » explique Marie-Pia Auschitzky Coustans dans son livre Lip, des heures à conter (Libris), véritable bible des « lipophiles ». Proposée à l’époque à 375 francs, elle est alors motorisée par un calibre R184 électromécanique, mais existe aussi en version mécanique à remontage manuel ou automatique sous l’appellation « Nautic », mais sans l’association du mot « Ski ». C’est alors la première montre made in France étanche à 200 mètres avec un boîtier fabriqué en Suisse reconnaissable entre tous grâce, notamment, à la fine gravure du blason Lip (qui est aussi celui de la ville de Besançon) sur son fond.

Premier regard. Une bonne surprise. On avait été plutôt déçus par les dernières rééditions de Lip : Himalaya, Dauphine, Roger Tallon, T18 ou encore Panoramic. Toutes, pourtant légitimes historiquement, manquaient de caractère et de « chien ». C’est tout l’inverse avec cette Nautic-Ski. Elle ressemble tellement à celle de 1967 que de nombreux experts ont cru qu’il s’agissait d’une vintage en excellent état au premier regard. Le cadran est d’un noir d’encre, les aiguilles reprennent leur forme d’antan. Même les index ont été dessinés à l’identique dans le respect du modèle original.

Prise en main. Agréable. Le boîtier de 38 mm n’est ni trop grand, ni trop petit. La gravure sur le fond du boîtier est une réplique exacte de celle de l’époque. On aime les jeux de lumières sous le verre minéral légèrement bombé qui accentuent les contrastes entre le noir profond du cadran et les indications horaires luminescentes. Elle est épaisse (14,25 mm) mais cet aspect athlétique renforce la personnalité sportive de cette montre de plongée dotée d’une lunette intérieure tournante bidirectionnelle actionnable par la couronne située à 2 heures.

Et sur moi ? Là aussi, une jolie surprise. La belle tombe parfaitement sur le poignet. Elle pourrait apparaître un peut trop petite pour les costauds à physique de bûcherons mais, concrètement, le rapport entre son diamètre (38 mm) et son épaisseur (14,25 mm) n’est pas loin d’être idéal, d’autant que les deux couronnes situées à 2 et 4 heures apportent à la montre une touche de dynamisme bienvenue.

Technique. Le boîtier est en acier. Le mouvement mécanique à remontage automatique est un moteur japonais éprouvé : un Miyota 8215 avec une réserve de marche d’environ 40 heures, ce qui n’est pas énorme. Reste que ce Miyota est ce que les experts horlogers appellent un « tracteur », c’est-à-dire un mouvement très fiable qui a fait ses preuves. Le verre est minéral et bombé. La montre présente une étanchéité de 200 mètres (certificat CETEHOR - ISO 22810) et un système de lunette tournante intérieure bidirectionnelle pour le calcul des temps de plongée.

Le plus ? Le respect du design d’origine. Et le prix (499 €), très contenu.

Le moins ? La qualité des bracelets (en cuir et silicone) qui laisse à désirer.

Le truc qui tue ? Les concepteurs de cette nouvelle Nautic-Ski n’ont rien laissé au hasard. Pour preuve, les striures quadrillées si caractéristiques ornant les couronnes des modèles originaux ont été reproduites à l’identique. Et on aime bien ça.

Où l’acheter et à quel prix ? 499 € sur le site marchand de la marque, www.lip.fr

 

lire le magazine

IMAGE LAFC STORY

© L'équipe 24/24 2016 - Tous droits réservés

contacts - C.G.U.