X
En poursuivant votre navigation sur Sport&Style.fr, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêts, pour mesurer la fréquentation de notre site, et vous permettre de partager vos lectures sur les réseaux sociaux. Pour en savoir plus ou paramétrer les cookies, rendez-vous sur cette page. En savoir plus.
TAG Heuer envisage de lancer une smartwatch sportive

TAG Heuer envisage de lancer une smartwatch sportive

Par Hervé Borne et Paul Miquel , le 05 mars 2015

Jean-Claude Biver, président de la division Montres du groupe LVMH, est le nouveau patron de TAG Heuer. Quelques jours avant Baselworld, il en dit un peu plus sur la future smartwatch de TAG Heuer.

Quelques jours avant l’ouverture des portes de Baselworld, salon mondial de l’horlogerie au cours duquel TAG Heuer présentera l’ensemble de ses nouveautés 2015, Jean-Claude Biver reçoit Sport & Style. iPhone à la main, oreillette en place, le gourou de l’horlogerie suisse a envoyé – comme tous les jours – ses premiers e-mails à 5 heures du matin. C’est un homme connecté et hyperactif. « Je ne me contente pas de superviser, je vais dans le détail, je reste opérationnel », dit-il. S’il affirme passer 65 % de son temps sur le dossier TAG Heuer, alors que la division Montres du groupe LVMH rassemble notamment des manufactures comme Zenith et Hublot, il déborde de projets. « Il faut aller vite, TAG Heuer oscille entre le cinquième et le sixième rang mondial, c’est un énorme dossier. Pour vous faire une idée, l’activité de Zenith ne représente que 10 % de celle de TAG Heuer. » Il continue : « Notre slogan est “Swiss avant-garde since 1860”, c’est notre ADN. Il n’est pas facile à porter mais nous devons nous y tenir. Pour être avant-garde il faut constamment se remettre en question, s’adapter, et ce, sur tous les fronts. »

C’est ainsi que Cara Delevingne remplace Cameron Diaz comme ambassadrice. « Cameron plaisait plus à moi qu’à mon fils » plaisante-t-il. Pour une dimension artistique moderne, c’est avec David Guetta qu’il est en négociation. Côté sport, bien entendu, la compétition automobile reste d’actualité, mais elle ne suffit plus aux grosses ambitions commerciales de la marque. Le football, les sports de glisse, le surf, le ski extrême, le baseball mais aussi le marathon sont désormais dans le viseur. « Tout le monde court, tous milieux et tous âges, c’est parfait pour nous. » La volonté de rajeunir la marque est réelle, celle d’agrandir son champ d’action encore plus forte.

Et si une génération s’intéresse aux montres connectées plus qu’une autre, c’est bien celle des jeunes. « C’est la tendance du moment et elle a un appétit de cannibale », intervient Jean-Claude Biver. Il s’explique : « Tout le monde attend l’Apple Watch mais personne ne sait vraiment à quoi s’en tenir. Apple est très bien parti pour remporter le match. Ils ont réussi à faire de l’iPhone un objet de luxe, ils ont la recette pour la montre ainsi que les moyens. N’oublions pas que le chiffre d’affaires annuel de l’industrie horlogère est estimé à 22 milliards d’euros, alors que les bénéfices d’Apple sont de 22 milliards par trimestre ! Quoi qu’il en soit, il faut que l’on s’engouffre dans la brèche. L’avenir de TAG Heuer doit être connecté. Nous allons dévoiler notre projet dès le début de Baselworld, au cours d’une conférence de presse qui se déroulera le 18 mars à 16 heures. Je serai accompagné par les deux patrons des deux géants concernés. Deux car nous avions besoin de deux partenaires, le premier pour la technologie, le microprocesseur, le second pour l’exploitation, l’application. La seule chose que je peux dire aujourd’hui, c’est que notre montre connectée offrira des fonctions ayant un rapport avec les sports que nous côtoyons, dont le marathon. D’ailleurs elle ne sera pas disponible avant le mois de novembre 2015, date du marathon de New York dont nous sommes chronométreur officiel. »

On imagine déjà une montre TAG Heuer intégrant un GPS et permettant de calculer sa vitesse en course comme le font aujourd’hui les modèles running de TomTom, Garmin, Suunto ou Nike. Selon nos informations, la future smartwatch de TAG Heuer serait hybride : elle embarquerait un mouvement mécanique traditionnel et aurait également un cœur de capteurs électroniques. Le rendez-vous est donc pris le 18 à 16 heures. Le pari de Jean-Claude Biver est de taille. On annonce que d’ici trois ou cinq ans, 30 à 50 % des montres à quartz suisses exportées seront connectées. Si 21 millions ont été exportés en 2014, on parle alors d’un marché de plus de 10 millions de pièces. À suivre, donc.

Baselworld
Du
19 au 26 mars
www.baselworld.com

 

 

lire le magazine

IMAGE LAFC STORY

© L'équipe 24/24 2016 - Tous droits réservés

contacts - C.G.U.