X
En poursuivant votre navigation sur Sport&Style.fr, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêts, pour mesurer la fréquentation de notre site, et vous permettre de partager vos lectures sur les réseaux sociaux. Pour en savoir plus ou paramétrer les cookies, rendez-vous sur cette page. En savoir plus.
C’est la montre de sport de l’année !

C’est la montre de sport de l’année !

Par Paul Miquel , le 21 novembre 2013

La Zenith Stratos Flyback Striking 10th que portait Felix Baumgartner lors de son saut stratosphérique aux portes de l’espace a été élue « montre de sport de l’année 2013 » par le jury du Grand Prix d’Horlogerie de Genève. Mérité.

On connaissait la montre qui avait marché sur la lune, celle qui était descendue dans les abysses de la fosse des Mariannes ou encore celle que portent les pilotes de chasse de la Patrouille de France. Il faudra maintenant compter avec la « seule et unique » montre à avoir franchi le mur du son au poignet d’un homme lancé en chute libre d’une capsule logée à 39 045 mètres d’altitude. On parle bien sûr ici de la montre que portait Felix Baumgartner sur son avant-bras gauche, au dessus de sa combinaison, le jour de son incroyable record du monde, le 14 octobre 2012. La marque ? Une Zenith. Le modèle ? La Stratos Flyback Striking 10th, héritière de la Rainbow Flyback qui avait été développée en 1997 pour les pilotes de l’armée de l’air française. Motorisée par le légendaire mouvement chronographe El Primero à haute fréquence (36 000 alternances par heures, soit 5 Herz), la Stratos Flyback Striking 10th de Felix Baumgartner possède un système d’affichage simplifié des dixièmes de seconde, couplé à une fonction flyback – très prisée dans l’aéronautique – permettant la remise à zéro et la relance du chronographe en un seul geste. Bon, on ne va pas vous mentir. Pendant son incroyable saut de 9 minutes et 3 secondes, l’aventurier autrichien avait autre chose à faire que triturer son chronographe. Il n’empêche. Une montre 100% mécanique qui encaisse une chute libre extrême de 4 minutes et 20 secondes et une vitesse maximale de 1342 km/h sans se dérègler ni tomber en morceaux mérite quelques louanges. C’est dans cet esprit que le jury du Grand Prix d’Horlogerie de Genève lui a récemment décerné le prix de la « montre de sport » de l’année. Le prix à payer pour que votre poignet ressente le grand frisson : 6500 euros.

 

IMAGE LAFC STORY

© L'équipe 24/24 2016 - Tous droits réservés

contacts - C.G.U.