X
En poursuivant votre navigation sur Sport&Style.fr, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêts, pour mesurer la fréquentation de notre site, et vous permettre de partager vos lectures sur les réseaux sociaux. Pour en savoir plus ou paramétrer les cookies, rendez-vous sur cette page. En savoir plus.
La Renault Twingo au scanner

La Renault Twingo au scanner

Par Guillaume Coche , le 20 octobre 2014

Quand Sport & Style essaie des autos, la rédaction s’engage à respecter le code de la route, ne pas utiliser les véhicules pour des compétitions sportives ni pour le transport de personnes ou de marchandises onéreuses, à acquitter les contraventions et amendes éventuelles liées à ses infractions, et à restituer la voiture à la date convenue dans l’état où elle se trouvait, avec le réservoir plein. Pour le reste, voici nos impressions.

Nom : Renault. 

Prénom : Twingo. 

Options : moteur SCe 70 (essence, atmosphérique, avec Stop&Start), toit découvrable en toile.

Boîte : mécanique 5 vitesses.

Vitesse maximum : 151 km/h.

Speed : 0 à 100 km/h en 14,5 secondes.

Sous le capot : le nouveau moteur 3 cylindres de 999 cm3, qui développe 70 ch.

Couleur : bleu dragée.

Consommation : 4,5 l/100 km en cycle mixte (urbain-route).

Émission CO295 g/km.

À quoi ça ressemble : à un gros jouet. C’est fun, rond et coloré, avec une face avant souriante. Le profil de carrosserie rappelle une glorieuse aînée de la marque : la R5.

Qui la regarde ? les enfants et leurs mamans.

De quoi j’ai l’air dedans : d’un jeune artiste urbain.

Trajet : Paris.

Météo : ensoleillé.

Sensations au volant : cette citadine est un régal à mener dans les rues d’une grande ville. Son agilité naturelle est renforcée par son architecture : avec le moteur placé à l’arrière (donc c’est une propulsion), le rayon de braquage de la Twingo en devient exceptionnel. En plus d’être courte, la voiture est ultramaniable dans les passages étroits. On en oublierait presque les autres usagers, tellement on s’amuse à la manœuvrer. Quand la vitesse grimpe sur voie rapide, la Twingo tient la route, même si les imperfections de la chaussée remontent dans les sièges, un peu trop fermes. 

After taste : jolie réussite que cette Twingo troisième génération. En plus d’avoir conduit une petite auto plutôt agréable et très observée dans les rues de Paris, on apprécie l’accueil qui nous est réservé dans l’habitacle : un mélange pop et techno bien conçu. La position de conduite est rehaussée, ce qui permet d’avoir une meilleure visibilité et comme la voiture est plus courte (3,59 m) que la précédente, on gagne en aisance.

À l’extérieur : elle ne retrouve pas la bouille craquante de la « grenouille » originelle, mais possède un petit côté Fiat 500 avec ses rondeurs sympathiques et ses couleurs flashy (bleu Pacifique, jaune éclair, rouge flamme, noir étoilé…). Possibilité d’ajouter sa touche perso via une série de strippings latéraux (vintage, ligne ou way), en attendant de pouvoir choisir son type de calandre et de protections latérales d’ici à quelques semaines.

À l’intérieur : le dessin de la planche de bord, tout en rondeurs, est soigné. La qualité de l’assemblage très correcte. Entre les couleurs vives des tissus et les inserts blancs imitation bakélite, la Twingo suit la tendance arty-pop qui fait le charme des nouvelles citadines. Un clin d’œil nostalgique qui n’empêche pas l’auto d’être très connectée : votre smartphone tient la place centrale pour diriger la navigation, les données de consommation, la musique mp3… 

Le plus : comme sur la Citroën C1 ou Peugeot 108, la Twingo inaugure le toit découvrable en toile, qui lui donne une allure de faux cabriolet. Une option à 1000 euros, tout de même.

Le moins : le moteur est logé sous la planche du coffre, donc le volume est très limité (seulement 188 l) d’autant que la banquette arrière n’est pas coulissante. À l’avant, pas de rangement réservé pour un petit sac ou quelques accessoires. Sous le capot plastique, on trouve uniquement les emplacements pour la batterie, le liquide lave-glace.

Le détail qui a son importance : l’application R&Go, indispensable à tout possesseur de Twingo. C’est la porte d’entrée digitale de votre voiture. Une fois installée sur votre smartphone, cette appli (gratuite) vous offre les accès à l’ordinateur de bord (compte-tours, conso moyenne…), mais devient aussi le juke-box et le GPS officiel de la voiture. Le petit plus : vous téléchargez gratuitement une cartographie de l’Europe entière.

Effet public : la Twingo entre dans la grande famille des mini-citadines chics et personnalisables (Peugeot 108, Fiat 500, Opel Adam…) : il va y avoir du sport.

Prix (sans les options) : à partir de 10 800 euros.

 

IMAGE LAFC STORY

© L'équipe 24/24 2016 - Tous droits réservés

contacts - C.G.U.