X
En poursuivant votre navigation sur Sport&Style.fr, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêts, pour mesurer la fréquentation de notre site, et vous permettre de partager vos lectures sur les réseaux sociaux. Pour en savoir plus ou paramétrer les cookies, rendez-vous sur cette page. En savoir plus.
La Tesla Model S P85 au scanner

La Tesla Model S P85 au scanner

Par Julie-Anne Amiard , le 05 janvier 2015

Quand Sport & Style essaie des autos, la rédaction s’engage à respecter le code de la route, ne pas utiliser les véhicules pour des compétitions sportives ni pour le transport de personnes ou de marchandises onéreuses, à acquitter les contraventions et amendes éventuelles liées à ses infractions, et à restituer la voiture à la date convenue dans l’état où elle se trouvait, avec le réservoir plein. Pour le reste, voici nos impressions.

Nom : Tesla

Prénom : Model S P85+ (la plus sportive de la gamme)

Options : intérieur cuir et alcantara, cinq places + 2, mécanisme d’entrainement garanti 8 ans, carte 3G intégrée et tant d’autres…

Boîte : 100 % électrique

Vitesse maxi : 220 km/h

Speed : 4,4 secondes pour passer de 0 à 100 km/h

Sous le capot : Moteur 416 ch en instantané

Couleur : bleu nuit

Consommation : 500 km

Émission de CO: 0 g/km !

À quoi ça ressemble ? Autant dire que je vais manquer totalement d’objectivité car la Tesla se décrit uniquement en hyperboles. Extérieurement, derrière ses faux airs de Jaguar, la berline haut de gamme 100 % électrique, longiligne, féline, élégante, ultra-racée, en impose par sa personnalité, sa prestance. Intérieurement, on se croirait à bord d’un prototype futuriste, d’un délire de créateur bercé depuis l’enfance par des séries de science-fiction. Au-delà de son aspect, elle est hyper-confort, spacieuse et luxueuse.

Qui la regarde ? Là aussi, l’expérience est incroyable. Sur le périphérique, les autres conducteurs roulent à mon allure pour regarder la voiture.

De quoi j’ai l’air dedans ? D’une journaliste très, très, épanouie, hyper branchée, ultra-connectée.

Road book : Gennevilliers – les quais de Bercy (un jour de grève de métro).

Météo : ensoleillée.

Sensations au volant : elle est ahurissante et mes mots sont consciencieusement choisis. À bord, on se sent dans une autre dimension. Les sensations sont véritablement inédites et addictives. L’accélération a elle seule est enivrante, digne d’une supercar, sa réactivité est sans commune mesure. La direction est ultra-maîtrisée, ce qui la rend particulièrement précise, le freinage est ferme, sa tenue de route exceptionnelle, le sentiment de sécurité total. En somme : une puissance hors norme, une accélération qui vous colle au siège, le tout dans un silence quasi absolu : comment rester mesurée ?

After taste : je suis absolument conquise, vous l’aurez deviné. Pleinement convaincue que toute personne qui a la chance de tester une Tesla tombe immédiatement sous le charme. Plus qu’une voiture, elle incarne avec pertinence le véhicule du futur. Son autonomie est exceptionnelle pour une 100 % électrique, sa technologie embarquée est bluffante. Evidemment, son écran de 17 pouces (approximativement 44 cm) est un point central de la voiture. Incroyable par sa taille, il l’est aussi par ses fonctionnalités. On peut absolument tout contrôler depuis celui-ci, de l’ouverture du toit au pourcentage près au châssis rabaissé ou surélevé, en passant par le contrôle de l’énergie, de la consommation, de la musique, de la navigation Google grâce à la 3G intégrée, aux stations de radio worldwide

À l’extérieur : berline de luxe, elle a l’élégance de la discrétion. Mystérieuse, intrigante, on aime l’harmonie dans sa globalité, la précision du détail poussé jusqu’aux poignées de porte qui rentrent totalement et se fondent dans la carrosserie.

À l’intérieur : au-delà de l’écran imposant qui capte le regard et l’attention, elle est épurée, deux, trois boutons pas plus. Spacieuse puisqu’elle propose sept places (deux places supplémentaires dans le coffre pour deux enfants). Le bloc moteur absent, l’espace est donc dédié aux rangements, les batteries, quant à elles, se situent sous la voiture, judicieusement placées pour une excellente répartition des masses. Cuir Nappa et alcantara finissent par totalement nous séduire.

Le plus : chaque détail est une valeur ajoutée. Son autonomie, sa puissance, son accélération, sa maniabilité, son agilité, son silence, son confort, son avant-gardisme, sa technologie et ses promesses… En février, la version upgradée P85D sera pour la première fois livrée (700 ch combinés, un 0 à 100 km/h en 3,4 secondes).

Le moins : parce qu’il faut en trouver un… Les « superchargeurs » propres à Tesla ne sont qu’au nombre de dix en France. On attend avec impatience l’implantation de ces derniers aux quatre points cardinaux de Paris pour plus d’aisance, un projet qui verra le jour en 2015. Mais dans le moins et parce que c’est Tesla, il y a forcément un plus : la charge totale prend 30 minutes, elle est entièrement gratuite. Tesla est en partenariat avec Autolib’ et sinon, un simple adaptateur permet de la recharger chez soi. Ça calme !

Effet public : elle est belle, elle est classe, elle est au top, elle tient ses promesses, c’est une Tesla, elle n’a aucun besoin de convaincre les connaisseurs, elle marque les amateurs et laisse sur le carreau ceux qui tenteraient de se comparer…

Prix public : 110 000 €.

 

IMAGE LAFC STORY

© L'équipe 24/24 2016 - Tous droits réservés

contacts - C.G.U.