X
En poursuivant votre navigation sur Sport&Style.fr, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêts, pour mesurer la fréquentation de notre site, et vous permettre de partager vos lectures sur les réseaux sociaux. Pour en savoir plus ou paramétrer les cookies, rendez-vous sur cette page. En savoir plus.
Le Q50 d’Infiniti au scanner

Le Q50 d’Infiniti au scanner

Par Julie-Anne Amiard , le 12 janvier 2015

Quand Sport & Style essaie des autos, la rédaction s’engage à respecter le code de la route, ne pas utiliser les véhicules pour des compétitions sportives ni pour le transport de personnes ou de marchandises onéreuses, à acquitter les contraventions et amendes éventuelles liées à ses infractions, et à restituer la voiture à la date convenue dans l’état où elle se trouvait, avec le réservoir plein. Pour le reste, voici nos impressions.

Nom : Infiniti

Prénom : Q50 Sport – version 2 l turbo essence, propulsion

Options : Pack Direction + Pack de sécurité.

Boîte : automatique/séquentielle à 7 rapports.

Vitesse maxi : 245 km/h sur papier (220 km/h à l’essai).

Speed : 7,2 secondes pour passer de 0 à 100 km/h.

Sous le capot : moteur 211 ch, essence, injection directe, échappement double.

Couleur : rouge Venetian Ruby.

Consommation : 8,8 l en ville et 6,5 l en mixte sur papier, sensiblement identique en essai.

Émission de CO2 : 151 g/km.

À quoi ça ressemble ? Longue, large, légèrement plus basse que la moyenne, racée, un avant imposant, une calandre redessinée, modernisée. Elle est séduisante, élégante, subtilement sportive.

Qui la regarde ? Le convoi d’Infiniti rouge capte les regards, les nôtres déjà dès notre première rencontre avec les berlines sur le parking de l’aéroport. La berline est rutilante, logotée Black Crows, une collaboration choisit pour souligner un état d’esprit commun autour de la performance, de la sportivité et de la technicité.

De quoi j’ai l’air dedans ? D’une journaliste comblée, en berline de luxe, à peine sortie d’un jet privé pour passer une journée en altitude. Planant ?

Road book : Turin – Cervinia, voies rapides et routes de montagnes.

Météo : soleil le matin, neige l’après-midi.

Sensations au volant : la Q50 cumule les atouts. Technologies de pointe et haute performance. On apprécie la force d’accélération longue et soutenue, la bonne réactivité, même sur les routes de montagne, la voiture adapte judicieusement son régime. À grande vitesse, la Q50 est stable, aérodynamique, elle colle à la route. La sonorisation intérieure est impeccable. Le confort de conduite complet. Les nombreuses aides à la conduite sont multiples : technologie de direction Direct Adaptive Steering, contrôle actif de sortie de voie, technologie d’assistance dynamique en virage, régulateur de vitesse intelligent, en d’autres mots, la voiture se gère pratiquement toute seule.

After taste : on peut sans exagérer parler de sur-mesure. La Q50 est personnalisable en fonction des habitudes et préférences de conduite de chacun. Globalement, la route est reposante, agréable, la sensation de total contrôle est réelle.

À l’extérieur : comment ne pas se laisser séduire par ses lignes harmonieuses. Son profil affiche des courbes fluides, sensuelles et féminines. De face, elle fait preuve de force et de caractère. On aime la calandre imposante, le logo sublimé, ses optiques particulièrement attirants, qui captent et captivent le regard.

À l’intérieur : l’ambiance est chaleureuse, les matériaux de qualité, le cuir côtoie l’aluminium. On apprécie les sièges chauffants, tendance sport, les dossiers enveloppants. L’espace intérieur est concret, surtout à l’avant. On est loin du contexte luxe d’une berline premium allemande mais elle fait le job. Confortable, intuitive, pratique, la technologie embarquée dont l’Infiniti Intouch est bien pensée. L’accès aux menus facile et précis, qu’il s’agisse des applications personnelles ou de la navigation GPS.

Le plus : le double écran est ingénieux. Il permet d’accéder aux différents menus tout en gardant un œil sur la navigation avec l’écran du dessus, fixe sur cartes GPS.

Le moins : on aurait aimé un intérieur plus cosy, comfy, fluffy. Un intérieur moins rigide encore plus chaleureux, plus lounge.

Effet public : berline haut de gamme sans conteste, elle affiche beaucoup d’élégance et d’assurance. Infiniti s’impose avec beaucoup de crédibilité parmi les marques premiums déjà sur le marché. Plus mature, plus confiante, le segment haut de gamme du constructeur japonais Nissan se positionne avec tout le discernement et la raison nécessaire pour dorénavant s’épanouir pleinement.

Prix public : à partir de 45 925 €. 55 880 € pour le modèle essayé avec les packs optionnels

 

IMAGE LAFC STORY

© L'équipe 24/24 2016 - Tous droits réservés

contacts - C.G.U.