X
En poursuivant votre navigation sur Sport&Style.fr, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêts, pour mesurer la fréquentation de notre site, et vous permettre de partager vos lectures sur les réseaux sociaux. Pour en savoir plus ou paramétrer les cookies, rendez-vous sur cette page. En savoir plus.
Le grand retour du Scrambler chez Ducati

Le grand retour du Scrambler chez Ducati

Par Nicolas Dembreville , le 25 février 2015

Avec le Scrambler, Ducati revient à l’essentiel, entre tradition et modernité. Logique, les motos tout-chemin stylées en diable amorcent leur grand retour.

Le Scrambler fait son come-back chez Ducati. De style néo-rétro, le nouveau venu rend hommage au modèle historique disparu en 1975. « Ducati a abandonné cette catégorie à cette époque pour se diriger vers de plus grosses cylindrées », précise Thierry Mouterde, directeur général de la firme italienne pour l’Europe de l’Ouest. Comme leur nom l’indique, ces crossover très à la mode aux États-Unis dans les années 60/70 n’hésitent pas à mélanger (to scramble en anglais) les genres. Destinés à la balade, ces hybrides de routières et de tout-chemin sont capables d’échapper au bitume pour aller fouler l’humus des sentiers terreux. Simples et dépouillés, ils arborent large guidon, pneus à gros crampons, selle basse et pot d’échappement haut perché. Steve McQueen a popularisé ces deux-roues en pilotant notamment une Triumph Scrambler dans La Grande Évasion en 1963. À leur « manche », la position de conduite naturelle – buste droit, mains en avant, façon cavalier sur sa monture – confère une allure élégante. Rien à voir avec l’improbable « position du missionnaire » beaucoup moins distinguée que l’on adopte sur une sportive.

« Le nouveau Scrambler surfe sur la vague vintage actuelle et représente ce qu’aurait pu devenir le modèle historique s’il avait continué d’évoluer », note Thierry Mouterde. Proposé en quatre variantes, il est personnalisable à l’envi via un jeu d’équipements et d’accessoires. « On peut tout changer : roues, selle, plaques de réservoir ou peinture. De quoi se construire une moto presque sur-mesure », se félicite-t-il. Raccrochée au groupe Volkswagen en 2012, la maison transalpine semble se caler sur BMW qui présentait l’an dernier sa propre moto néo-rétro, la R nineT. Par la suite, un scooter, lointain descendant du Cruiser de 1952, pourrait aussi débouler à Bologne. Une façon pour Ducati de continuer à marquer à la culotte... de peau son concurrent bavarois.

Avec un poids contenu de 170 kilos, cette moto se veut facile à piloter.
Elle est commercialisée à partir de 8 590 € ABS inclus.

 

IMAGE LAFC STORY

© L'équipe 24/24 2016 - Tous droits réservés

contacts - C.G.U.