X
En poursuivant votre navigation sur Sport&Style.fr, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêts, pour mesurer la fréquentation de notre site, et vous permettre de partager vos lectures sur les réseaux sociaux. Pour en savoir plus ou paramétrer les cookies, rendez-vous sur cette page. En savoir plus.
Le Kia Sorento troisième génération au scanner

Le Kia Sorento troisième génération au scanner

Par Julie-Anne Amiard , le 01 avril 2015

Quand Sport & Style essaie des autos, la rédaction s’engage à respecter le code de la route, ne pas utiliser les véhicules pour des compétitions sportives ni pour le transport de personnes ou de marchandises onéreuses, à acquitter les contraventions et amendes éventuelles liées à ses infractions, et à restituer la voiture à la date convenue dans l’état où elle se trouvait, avec le réservoir plein. Pour le reste, voici nos impressions.

Nom : Kia

Prénom : Sorento

Signes particuliers : troisième génération, quatre roues motrices

Boîte : auto 6 rapports

Vitesse maxi : 203 km/h sur papier, pas mieux à l’essai !

Speed : 9,6 secondes pour passer de 0 à 100 km/h

Sous le capot : 200 ch, moteur diesel 2,2 l, 4 cylindres en ligne

Couleur : gris métallisé

Consommation : 6,7 l/100 en mixte sur papier, 11 l/100 lors de l’essai

Émission de CO2 : 177 g/km en boîte auto – norme Euro 6

À quoi ça ressemble ? Franchement, elle est vraiment pas mal le Kia. SUV Premium, cette troisième génération a su tirer partie des atouts de ses prédécesseurs et les a adaptés aux attentes esthétiques actuelles, à savoir un look globalement plus sportif, plus compact, plus massif, avec des détails très distinctifs comme la nouvelle calandre, des optiques avant très expressives, un sentiment général de prestance.

Qui la regarde ? Les pères de famille nombreuse. Avec le Sorento, Kia propose un SUV stylé, relativement accessible et qui, cerise sur le capot, propose de série sept vraies places (5 + 2 rabattables).

De quoi j’ai l’air dedans ? D’une journaliste en pleine réflexion : achète-t-on un Sorento parce qu’on a cinq gosses, ou fait-on cinq gosses pour acheter un Sorento ? Hum ! Réflexion, réflexion…

Trajet : Paris-Biarritz et ses alentours-Paris

Météo : Sud-Ouest… Côte basque… Soleil… Plages…

Sensations au volant : le plaisir de conduite ressenti renforce les premières bonnes impressions visuelles. Le Kia Sorento tient ses promesses. La conduite est agréable, on sent une bonne maîtrise du véhicule, on apprécie les suspensions et la tenue de route. Les performances globales sont à la hauteur des attentes puisque le SUV fait quasiment deux tonnes pour 200 ch, on se doute qu’on ne va pas péter les scores. L’ensemble est cohérent.

After taste : bonnes impressions générales, le Kia est silencieux, confortable, spacieux. On retient cependant un manque de puissance dans la poursuite de l’accélération. Pied au plancher (au sens propre) on aurait aimé une petite touche d’agressivité supplémentaire.

À l’extérieur : à l’avant, on note le caractère dominant et imposant de la calandre, des optiques effilées, chargées de personnalité. Le Sorento dégage un sentiment de robustesse et de sportivité. De profil, les lignes sont élégantes, légèrement tombantes à l’arrière. De l’arrière, le Sorento reste attirant, les blocs feux sont cohérents, l’ensemble est vraiment harmonieux.

À l’intérieur : on est dans un SUV qui se veut haut de gamme, les finitions sont soignées, on sent de la bonne volonté dans le choix des matières mais des efforts sont encore possibles. On apprécie les « plus » confort comme les sièges électriques réglables en hauteur, en profondeur et au niveau des reins. Chauffants, ils sont aussi ventilés. Les commandes sont simples, intuitives. L’espace à l’arrière est véritable.

Le plus : c’est un vrai sept places et de série. Chaque passager a son espace propre. Les lignes de toit légèrement plongeantes à l’arrière n’empiètent pas sur le confort. En mode cinq places, troisième rangée de sièges rabattue, l’espace du coffre est réel, ce qui ajoute une touche de praticité au SUV.

Le moins : les plastiques mousseux et le simili cuir, bof…

Le détail qui a son importance : le Sorento est toujours plus crédible et convaincant au fur et à mesure des générations. Il s’impose comme la référence dans le segment des SUV sept places.

Prix (sans les options) : à partir de 43 900 €, disponible en concession le 14 mars 2015.

 

lire le magazine

IMAGE LAFC STORY

© L'équipe 24/24 2016 - Tous droits réservés

contacts - C.G.U.