X
En poursuivant votre navigation sur Sport&Style.fr, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêts, pour mesurer la fréquentation de notre site, et vous permettre de partager vos lectures sur les réseaux sociaux. Pour en savoir plus ou paramétrer les cookies, rendez-vous sur cette page. En savoir plus.
Le show vu de l’intérieur
Les 24 Heures du Mans

Le show vu de l’intérieur

Par Guillaume Coche , le 15 juin 2015

Les 24 Heures du Mans viennent de couronner Porsche après un duel épique face à Audi. Sport & Style s’est invité dans les coulisses pour vivre la plus grande course automobile du monde. Week-end de grand spectacle à tous les niveaux.

L’expérience à vivre
La ligne droite des Hunaudières « vue du ciel ». C’est une longue tranchée de 6 km qui traverse la forêt. En temps normal, c’est une route nationale. Pour les 24 Heures, elle devient le tronçon le plus rapide des circuits européens – plus de 330 km/h en pointe –, le véritable emblème du Mans. Avec l’effet aérodynamique, des prototypes se sont jadis envolés sur cette portion. Pour mieux se rendre compte de la vitesse des bolides, on monte en hélicoptère pour tenter de les suivre à quelques centaines de mètres d’altitude. Un must.

GT Academy
Des bornes de jeu en pagaille et des gamers qui se prennent pour de vrais pilotes. À quelques dizaines de mètres de la grande course, on s’entraîne à passer sans faillir les virages d’Indianapolis, Arnage ou Mulsanne sur le simulateur. C’est le principe de la GT Academy, fruit de la collaboration entre Gran Turismo et Nissan. Quand on sait que 4 des 9 pilotes engagés par le constructeur au Mans ont été sélectionnés via ce concours international, passer du virtuel au réel n’est pas une illusion.

Les meilleurs spots pour suivre la course
À chaque constructeur son repaire. Porsche a édifié son bastion 3 étages au niveau du « Raccordement », à l’entrée de la ligne droite des stands. Audi et son immense structure temporaire sont postés sur le freinage le plus puissant du circuit, juste avant la «chicane Ford ». Nissan a installé son camp de base à l’entrée de la courbe Dunlop. Depuis la terrasse qui surplombe la piste, c’est une dégustation de décibels avec les reprises d’accélérations rugissantes des moteurs V8 atmosphériques des Ferrari ou des Corvette. 

Le retour d’Alpine
Samedi, 13h35, un mythe renaît. 60 ans après sa naissance, Alpine crée l’événement sur le circuit des 24 Heures. L’Alpine Célébration, le nouveau show-car très attendu par les fans de la marque, fait son entrée sur la piste. Un petit coupé à la silhouette basse et aux flancs creusés. La voiture de série au logo représentant un A fléché ressemblera à cette version. Couleur bleue, évidemment.

Hôtel démesuré
Comment loger plus de 350 invités et partenaires au milieu du circuit de la Sarthe ? Nissan a trouvé une solution plutôt décalée en louant les salons du stade MMArena. Transformés en hôtel éphémère tout confort, ils offrent une vue imprenable sur l’entrée dans les Hunaudières... ou le terrain de foot.

Visite des stands
Alors que les paddocks prennent des allures de forteresses fermées à tous les regards chez Porsche, Audi ou Toyota, l’écurie Nismo joue la transparence et nous convie à une brève incursion côté backstage. Étonnamment, le calme règne. Les trois voitures tournent en piste et les ingénieurs scrutent leurs écrans de contrôle. Sur des tabourets d’appoint, les pilotes se concentrent avant leur relais. « Pour notre première course, l’objectif est surtout de passer la ligne d’arrivée » confie Olivier Pla, l’un des pilotes. « Car la fiabilité des voitures reste le principal défi en endurance. »
Au milieu de la nuit, la magie des 24 Heures opère à plein : la fatigue gagne les esprits, les mécanos s’assoupissent dans le vacarme des moteurs, mais tout le monde reste vigilant, prêt à bondir en cas de panne.

 

lire le magazine

IMAGE LAFC STORY

© L'équipe 24/24 2016 - Tous droits réservés

contacts - C.G.U.