X
En poursuivant votre navigation sur Sport&Style.fr, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêts, pour mesurer la fréquentation de notre site, et vous permettre de partager vos lectures sur les réseaux sociaux. Pour en savoir plus ou paramétrer les cookies, rendez-vous sur cette page. En savoir plus.
Le Mercedes GLE Coupé au scanner

Le Mercedes GLE Coupé au scanner

Par Guillaume Coche , le 13 octobre 2015

Quand Sport & Style essaie des autos, la rédaction s’engage à respecter le code de la route, ne pas utiliser les véhicules pour des compétitions sportives ni pour le transport de personnes ou de marchandises onéreuses, à acquitter les contraventions et amendes éventuelles liées à ses infractions, et à restituer la voiture à la date convenue dans l’état où elle se trouvait, avec le réservoir plein. Pour le reste, voici nos impressions.

Nom : Mercedes

Prénom : GLE (soit la déclinaison SUV de la Classe E ou l’ex-ML) Coupé.

Options : motorisation 450 AMG (inédite dans la gamme sport) avec Dynamic Select, Active Curve System (antiroulis) et transmission intégrale 4MATIC.

Boîte : automatique 9 rapports 9G-TRONIC.

Vitesse : 0 à 100 km/h en 5,7 secondes.

Speed : vitesse maximale de 250 km/h.

Sous le capot : V6 essence 3.0 turbocompressé de 367 ch.

Couleur : bleu cavansite métallisé.

Conso : 9,4 l/100 km annoncé en cycle mixte, 11 l/100 km constaté durant l’essai.

Émissions CO2 : 209 g/km.

À quoi ça ressemble ? Un gros coupé sport rehaussé, avec d’énormes roues et une poupe très prononcée. Le concurrent du BMW X6 (son frère jumeau ?) possède aussi de larges hanches et un petit pavillon, ce qui lui donne une allure de bison domestiqué.

Trajet : Marseille-Apt par les Alpilles.

Météo : douceur et soleil.

Qui la regarde ? Sur les routes étroites du Lubéron, tout le monde s’écarte pour laisser passer le massif GLE Coupé. Mais aussi pour écouter le ronronnement de son gros V6.

De quoi j’ai l’air dedans ? D’un riche banquier américain qui visite la Provence. Ou d’un dignitaire qatari en promenade. À coup sûr, cette voiture va plaire à cette clientèle – USA, Chine et Moyen-Orient sont les cibles du GLE Coupé.

Sensations au volant : les premières minutes permettent de se familiariser avec le gabarit de la bête. En mode « confort », le GLE Coupé se montre plutôt pataud (plus de 2 tonnes sur la balance) et nous ballotte en virage. Mouais. Ce sera donc l’option à utiliser sur autoroute. Passons directement en mode « sport + » : les suspensions pneumatiques s’abaissent et durcissent, le biturbo s’éveille et ce SUV sportif devient un taureau furieux à l’assaut de la trajectoire parfaite. Vif, alerte et athlétique. La nouvelle motorisation 450 AMG répond parfaitement aux exigences des conducteurs en recherche de sensations, bien que la boîte auto manque d’un soupçon de réactivité.

After taste : lourd mais performant. Musclé et viril.

À l’extérieur : long, large, haut. Ce baroudeur de luxe, avec son marchepied illuminé en acier, impressionne surtout par sa ligne de toit plongeante et ses galbes généreux. Le GLE Coupé offre un design plus fin et délicat à l’arrière (petite influence de la Classe S) et davantage d’agressivité sur le bouclier avant.

À l’intérieur : le standing Mercedes est respecté. C’est un grand pullman high-tech et confortable. La sellerie cuir Nappa Etendu bicolore porcelaine/noir designo dégage l’élégance d’une robe couleur pie. Système audio Surround Harman Kardon. L’imposante planche de bord est habillée de cuir épais, d’inserts carbone et de quelques touches d’alu brossé. L’écran flottant du GPS surplombe une console encore trop chargée en boutons et commandes. Chez Mercedes, on ne cède pas à la mode du tout tactile, hormis le trackpad placé devant l’accoudoir central.

Le plus : le système de gestion électronique Dynamic Select qui permet de choisir le meilleur compromis châssis-moteur selon le type de route emprunté. Entre « confort » et « sport + », la différence est radicale. Et le plaisir de conduite immédiatement décuplé. Efficace.

Le moins : revers de la médaille comme pour tout coupé, la visibilité arrière est quasi nulle à cause du dessin de la lunette, trop réduite et trop inclinée. Donc on regarde autour de soi via la caméra 360° pour manœuvrer, et c’est bien mieux ainsi. Dans l’ensemble, on reste frustré d’une si faible surface vitrée sur une si grande auto. Et oui, le panorama fait aussi partie du voyage !

Le détail qui a son importance : les claquements du double échappement façon voiture de rallye. Quand on rétrograde à l’entrée des virages, le double embrayage envoie de petites déflagrations retentissantes dans le sillage du GLE. Et plus le coup de volant est énergique, plus ça résonne. On se prend vite au jeu. Un vrai petit plaisir qui n’est plus seulement réservé aux pilotes pros.

Effet public : la version 450 AMG est sans conteste la mieux adaptée à ce type de modèle. Mais comment ne pas trembler au passage de l’animal sauvage du clan, le redoutable GLE 63 S AMG (V8 de 585 ch). Carrosserie noir obsidien, pack AMG performance, 280 km/h de vitesse max. Le Dark Vador des GLE Coupé. Presque trop méchant.

Prix : 88 400 euros (full option).

 

lire le magazine

IMAGE LAFC STORY

© L'équipe 24/24 2016 - Tous droits réservés

contacts - C.G.U.