X
En poursuivant votre navigation sur Sport&Style.fr, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêts, pour mesurer la fréquentation de notre site, et vous permettre de partager vos lectures sur les réseaux sociaux. Pour en savoir plus ou paramétrer les cookies, rendez-vous sur cette page. En savoir plus.
Immersion au coeur de Prodrive, l'usine d'Aston Martin

Immersion au coeur de Prodrive, l'usine d'Aston Martin

Par Victor Hidalgo , le 04 janvier 2016

Banbury, à une heure au nord de Londres, dans le comté d’Oxfordshire. L’usine Prodrive abrite le département Racing d’Aston Martin. Ici sont créés les succès en course de l’auto de James Bond, dans un labo aussi secret que celui de « Q » au MI6. Visite privée.

Aston Martin Racing. Trois mots qui claquent au vent, chargés d’un rare pouvoir d’évocation symbolique ; et pas seulement pour les passionnés de sport automobile ou de l’agent 007. Aston Martin est une maison qui fait rêver. Sur les routes. Et sur les circuits, notamment grâce à Prodrive. C’est en effet en décembre 2004 qu’un partenariat est signé entre la marque anglaise et ce spécialiste reconnu de sport mécanique. L’objectif ? Créer un département de course. La compétition, donc.

Depuis mai 2015, Prodrive loge ainsi dans une usine flambant neuve de plusieurs milliers de mètres carrés qui emploie plus de 500 personnes sur deux sites. Ici, le service « Racing » d’Aston Martin occupe la première partie de l’usine dans l’un des sites les plus sécurisés et secrets du sport automobile que Sport & Style a eu le privilège de visiter. C’est dans ce lieu quasiment sacré que Prodrive travaille et réinvente l’héritage d’Aston Martin, une combinaison d’innovations et de patrimoine ; la marque chère à James Bond s’étant distinguée dans l’histoire par la création d’automobiles sportives parmi les plus convoitées du monde. Élégance des lignes, qualité de fabrication et grande réserve de puissance témoignent d’une lignée qui naît avec les premières créations – les bolides du Mans des années 30 – puis avec les GT des années 50 et 60 pour aboutir, aujourd’hui, à des autos d’avant-garde de haute performance.

La performance en héritage
Contrairement à Ferrari, Bentley, Maserati, Porsche ou Lamborghini, il n’y a jamais eu de Monsieur Aston Martin. En réalité, l’histoire de la marque débute il y a plus d’un siècle lorsque Lionel Martin et Robert Bamford s’associent pour développer leurs propres voitures de course autour de moteurs Singer. Ils adossent le nom de Martin à celui de la célèbre course d’Aston Hill, proche d’Aylesbury, dans le comté de Buckinghamshire. Et annoncent la première Aston Martin en octobre 1914. La maison se forgera rapidement une identité sportive qui ne la quittera plus. D’ailleurs, dès 1928, ses voitures prennent régulièrement part aux 24 Heures du Mans. Leurs succès manceaux ne manquent pas d’attirer l’attention du magnat anglais de l’industrie navale, Sir Arthur Sutherland, qui s’offre Aston Martin en 1932. Il produit alors des autos de tourisme afin de viabiliser l’entreprise. Ainsi débute la légende ! Par exemple, pour le modèle Atom de 1939 est créée une calandre élargie sur le bas pour refroidir les freins en course. Cette calandre est désormais l’une des signatures du style Aston.

Reste que Sir Sutherland vieillit et sait que le temps lui manquera pour relancer Aston Martin. Il décide de vendre via une petite annonce parue en 1946 dans The Times. David Brown, richissime et élégant industriel, tombe sur cette annonce et rachète la marque. Une nouvelle ère s’ouvre. Ce dernier installe l’usine à Newport Pagnell et permet à Aston Martin de vivre ses plus grands succès. D’abord sur route avec les séries des DB (initiales de David Brown) – DB2, DB4 et DB5 (célèbre voiture de 007 dans Goldfinger) – ainsi que sur circuit où elles remportent victoire sur victoire aux 24 Heures du Mans, aux 24 Heures de Spa, au Nürburgring ou encore au championnat du monde des voitures de sport.

Héritier de cette philosophie de la gagne, Aston Martin Racing perpétue aujourd’hui la légende sous l’ingénierie de Prodrive, fondée en 1984 par un autre David, le Britannique David Richards qui préside toujours l’entreprise. Un pur passionné, copilote en rallye du Finlandais Ari Vatanen, avec lequel il devient champion de Grande-Bretagne en 1980, et du monde, en 1981.

Lorsqu’on parle de Prodrive, on pense d’abord à Subaru, avec lequel David Richards obtient une renommée mondiale en assumant l’engagement officiel des Legacy puis des Impreza dans le championnat du monde des rallyes, une collaboration de 19 ans. Mais c’est en Porsche que l’aventure débute avec la 911 SC RS qui emporte le rallye du Qatar dès sa première participation en janvier 1984. Prodrive, c’est le sport automobile au plus haut niveau avec près de 300 victoires en rallye comme en endurance (Ferrari 550, Porsche, BMW, Mini, Ford, Honda F1 ou encore Alfa Romeo et Volkswagen). Le secret ? Prodrive s’entoure des plus talentueux ingénieurs comme Graham Humphrys, recrute les meilleurs pilotes tels Darren Turner ou le Dr Ulrich Bez, ancien P.D.G. d’Aston Martin – et seul patron d’une industrie automobile à avoir piloté avec succès les voitures qu’il produisait. Comme David Brown à son époque, il sera sur tous les circuits où courent les Aston Martin.

Objectif Formule 1
Ce qui frappe en visitant cette usine-laboratoire, c’est la discrétion des hommes. Tous, dans un vrai sens du travail d’équipe, s’effacent au seul intérêt de l’auto. Ici, tout est artisanal, jusqu’aux faisceaux électriques confectionnés fil par fil, à la main, sur d’immenses tables verticales qui permettent de suivre les tracés au millimètre près, la précision de la victoire.

Car tout commence ici, chez Prodrive, à Banbury, dans ces lieux baignés de lumière où se reflète toute la philosophie maison : « Power, Beauty and Soul ». La puissance, y parvenir en beauté, avec l’âme de chaque membre de l’équipe. Un panneau sur l’un des établis indique : « Total control meets pure emotions », ce qui résume bien l’esprit qui règne dans ces lieux. Évidemment, l’ensemble des connaissances acquises sur les circuits est transmis aux équipes d’ingénieurs qui développent les Aston Martin de série. Kevin Waters et Jeremy Scoones, deux gentlemen de Prodrive, relient en permanence Gaydon, le siège d’Aston Martin, et le département Racing pour échanger sur les améliorations possibles des autos de route. Lorsqu’on les questionne sur les rumeurs d’un possible retour d’Aston Martin en Formule 1, ils restent très discrets mais tout le monde sait que David Richards rêverait de mettre son usine-laboratoire au service d’un tel projet. Nous avons enquêté auprès des directions d’Aston Martin et de Prodrive ainsi que chez Mercedes, Force India et la FIA sur ce sujet hautement symbolique. Et ? Il en ressort que l’arrivée d’Aston Martin intéresse le monde de la F1, que Jean Todt, le président de la FIA, a participé à des rencontres entre Andy Palmer, le P.D.G. d’Aston, et Vijay Mallya, le patron de Force India – cette écurie de F1 qui pourrait être reprise par Prodrive et rebaptisée AMR.

L’arrivée d’une marque prestigieuse comme Aston Martin en F1 serait bien vue par les autorités sportives qui facilitent les transactions. Mercedes, qui fournit les moteurs à l’écurie Force India et possède une participation chez Aston Martin (qui recevra des moteurs AMG pour ses prochains modèles de route), serait également très intéressé. Toto Wolff, le directeur de Mercedes-Benz Motorsport, suit même de très près les solutions possibles. Pour l’heure, la priorité d’Andy Palmer est la sortie de la nouvelle gamme d’Aston Martin de route, notamment la DB11, remplaçante de la DB9 actuelle, prévue pour la mi-2016. Cependant, il ne faut en tirer aucune conclusion hâtive. « Actuellement, ce n’est pas réaliste de songer à la Formule 1 pour Aston Martin » note David Richards. « Nous n’en avons pas les moyens, mais si un montage intéressant nous était proposé, pourquoi pas ? C’est une vitrine exceptionnelle à condition de bien l’exploiter dans un contexte budgétaire donné. » 

 

lire le magazine

© L'équipe 24/24 2016 - Tous droits réservés

contacts - C.G.U.