X
En poursuivant votre navigation sur Sport&Style.fr, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêts, pour mesurer la fréquentation de notre site, et vous permettre de partager vos lectures sur les réseaux sociaux. Pour en savoir plus ou paramétrer les cookies, rendez-vous sur cette page. En savoir plus.
Audi RS7 : Mission 300 km/h

Audi RS7 : Mission 300 km/h

Par Guillaume Coche , le 08 avril 2016

C’est une invitation rare et particulière qui est tombée dans notre boîte mail : essayer la RS7 Performance, le coupé 4 portes le plus rapide de la gamme Audi. Rendez-vous sur une base militaire de l’armée de l’air. Objectif : 300km/h ! Un contrat que Sport & Style a rempli pied au plancher.

Nom : Audi.

Prénom : RS7. 

Options : Sportback Performance (pack dynamique plus).

Boîte : Tiptronic 8 rapports.

Vitesse : 305 km/h.

Speed : 0 à 100 km/h en 3,7 sec (au lieu de 3,9 sec pour la RS7).

Sous le capot : V8 bi-turbo 4.0 TFSI, boosté à 605 ch (soit 45 ch de plus qu’une RS7 « classique »).

Couleur : Bleu Ascari.

Conso : 9,5L/100.

Emission CO2 : 221g/km.

Mission : atteindre (et dépasser) la barre symbolique des 300km/h !

Lieu du test : base aérienne 118 « colonel Rozanoff », à Mont-de-Marsan. C’est l’un des sites stratégiques de l’armée française, d’où décollent notamment les avions de chasse Rafale. Haute sécurité à notre arrivée : vérification des identités, chiens renifleurs, bagages fouillés…

Météo : grand ciel bleu, soleil lumineux, température très douce.

Piste : 3 600 m de ligne droite, 45m de largeur. Deux avions peuvent y décoller de front…

A quoi ça ressemble : La RS7 jouit sans doute de la plus belle ligne de la gamme Audi. Un coupé 4 portes dont le pavillon vient plonger sur l’arrière. Larges épaules, discret becquet aérodynamique rétractable, l’impression de vitesse reste très présente dans le design.

Qui la regarde ? Tous les officiers présents sur la base. Du colonel aux lieutenants-mécaniciens en passant par les pilotes de chasse. Bien qu’habitués à la précision technologique des avions Rafale, l’automobile sportive conserve un vrai pouvoir de fascination.

Briefing : Toujours prêts à partir en cas d’alerte, les avions de l’armée ont troqué pour quelques heures leur piste de décollage pour ce test de haute vitesse automobile. La sécurité reste toutefois maximale sur tous les points de la base. Si la sirène retentit, les chasseurs seront dans le ciel en moins de 5 minutes.

Prise en main : Depuis les garages, on roule lentement jusqu’au bout de la piste. Le temps d’apprécier la souplesse de la suspension et l’ajustement impeccable des matériaux dans l’habitacle. Départ à l’arrêt, exactement comme un avion prêt à décoller. La voie est libre. On écrase l’accélérateur. Go !

Sensations au volant : La RS7 dépasse les premiers 150km/h sans aucun effort. A peine 5 secondes viennent de s’écouler, le corps s’enfonce dans le siège. La voiture offre plus de couple qu’un Rafale au décollage (0 à 100km/h en 4,5s pour l'avion). Le système quattro (4 roues motrices) assure toute l’adhérence. Au volant, notre regard reste vissé sur l’affichage tête haute, tandis que le biturbo (suralimenté en air) commence à siffler. 200km/h. La folle chevauchée se poursuit. Le champ de vision se réduit. 250km/h au compteur. Le plus difficile commence, mais à cette allure la RS7 ne bronche pas, tel un train lancé sur ses rails. C’est hallucinant.

Est-ce la résistance à l’air ? Les derniers kilomètres/heure semblent les plus longs à atteindre. 290…295…300 puis 305km/h ! On relâche le pied et on savoure. Challenge relevé en toute décontraction et sans prise de risque.

Débriefing : Dépasser les 300km/h au volant d’une voiture de série est rare dans une carrière. La légère appréhension du départ a très vite laissé place à un immense plaisir. Sentir une telle puissance dans un si grand confort nous paraît presque déconcertant. Certes, atteindre cette vitesse ne sert pas au quotidien, mais ce n’est pas inutile. L’exercice démontre la prouesse technique et technologique dont est capable l’ingénierie allemande. Ne soyons pas jaloux. 

A l’extérieur : Sur une auto si élégante, inutile de surjouer la sportivité. Seuls indices : l’inscription « Quattro » ajoutée sous la calandre, les énormes jantes en titane mat (21 pouces) avec étriers de freins (céramiques et ventilés) apparents et la double sortie d’échappement sport.

A l’intérieur : Sellerie cuir Valcona avec surpiqûres en nid d’abeilles laqué, planche de bord et volant sport nappés de cuir, inserts carbone, ciel de toit en alcantara, système audio Bang et Olufsen. 

Le détail qui a son importance : Le Pack Performance Plus est la clé pour atteindre ces vitesses, il s’agit de modifications techniques apportées dans le moteur (débridé de 45 ch pour proposer une puissance de 605 ch), la transmission, les suspensions et les freins. Ces ajustements équipent également le break RS6 et la limousine S8. Avec la supercar, R8, Audi propose désormais quatre modèles capables de franchir les 300km/h.

Prix (sans les options) : à partir de 142 940 euros.

 

lire le magazine

IMAGE LAFC STORY

© L'équipe 24/24 2016 - Tous droits réservés

contacts - C.G.U.