X
En poursuivant votre navigation sur Sport&Style.fr, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêts, pour mesurer la fréquentation de notre site, et vous permettre de partager vos lectures sur les réseaux sociaux. Pour en savoir plus ou paramétrer les cookies, rendez-vous sur cette page. En savoir plus.
X
Sport&StyleTélécharger la nouvelle application Sport&Style pour
INSTALLER
Link to Play store
Moteurs L’Infiniti Q50 au scanner
Par Guillaume Coche, le 27 février 2014

L’Infiniti Q50 au scanner

Quand Sport & Style essaie des autos, la rédaction s’engage à respecter le code de la route, ne pas utiliser les véhicules pour des compétitions sportives ni pour le transport de personnes ou de marchandises onéreuses, à acquitter les contraventions et amendes éventuelles liées à ses infractions, et à restituer la voiture à la date convenue dans l’état où elle se trouvait, avec le réservoir plein. Pour le reste, voici nos impressions.

Nom : Infiniti

Prénom : Q50

Options : S Hybrid

Boîte : séquentielle à 7 rapports

Vitesse maxi : 250 km/h

Speed : 5,1 secondes pour passer de 0 à 100 km/h.

Sous le capot : moteur hybride essence de 364 ch (V6 3,5 l de 306 ch couplé avec un moteur électrique de 68 ch).

Couleur : Hagane Blue

Consommation : 6,2 l/100

Émission de CO2 : 144 g/km

À quoi ça ressemble ? Une berline de luxe (4 portes) aux lignes fluides et élégantes.

Qui la regarde ? Les patrons de PME, les couples dont les enfants ont quitté le foyer.

De quoi j’ai l’air dedans ? D’un chef d’entreprise qui veut se démarquer des modèles premium allemands.

Trajet : Bellegarde-Chamonix.

Météo : nuages et neige.

Sensations au volant : souple et agile sur les routes escarpées de montagne, malgré son poids (1,9 tonne). Puissante et stable sur autoroute. Silencieuse en ville. 

After taste : vraie bonne surprise d’avoir conduit une hybride aussi réactive qu’une GT.

À l’extérieur : calandre et poupe joliment dessinées. Flancs lisses et conventionnels.

À l’intérieur : tableau de bord accueillant et bien assemblé. Double écran digital pour GPS, clim’ et réglages de conduite. Espace de vie un peu trop restreint, façon cockpit d’avion.

Le plus : le confort des sièges développés avec la NASA.

Le moins : la taille du coffre réduite par l’emplacement des batteries.

Le détail qui a son importance : la colonne de direction n’est plus mécanique mais électrique (système by-wire). Avantage : les secousses liées aux imperfections de la chaussée sont atténuées dans le volant.

Effet public : l’exotisme discret de la berline statutaire japonaise.

Prix (sans les options) : 53 720 euros.

Lire le magazine en ligne
Suivez Sport&Style