X
En poursuivant votre navigation sur Sport&Style.fr, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêts, pour mesurer la fréquentation de notre site, et vous permettre de partager vos lectures sur les réseaux sociaux. Pour en savoir plus ou paramétrer les cookies, rendez-vous sur cette page. En savoir plus.
« Ma danse est très personnelle »
Karim Naar

« Ma danse est très personnelle »

Par Caroline Ernesty , le 03 juillet 2014

Karim, alias Reemcat, mettra le feu aux planches lors du Red Bull BC One France samedi soir. Une finale nationale qui qualifie le meilleur breakdancer de France pour participer à l'épreuve européenne.

Qu’est ce que ça vous fait de participer au Red Bull BC One ?
Lorsque je me suis présenté aux qualifications à Toulouse, je n’étais sûr de rien et je ne pensais vraiment pas être pris. C’est un honneur, car je vais pouvoir exprimer mon style à un haut niveau. Une grande chance.

Est-ce la première grande compétition à laquelle vous participez ?
J’ai déjà participé à de gros événements français et avec ma crew parisienne « Bad Trip », nous avons été sacrés vice-champions.

À quel âge avez-vous commencé le breakdance ?
J’ai commencé à Bordeaux en 2010. Au bout de deux ans, j’ai développé un style beaucoup plus personnel, c’est à ce moment que j’ai rencontré « Bad Trip ».

D’où vient ce nom de scène, Reemcat ?
Au début, c’était Reemca, puis ça s’est transformé. Il fait référence aux chats, ils m’inspirent beaucoup dans mes mouvements. Ils sont un peu mon reflet, j’aime leur solitude et j’admire la grâce et la discrétion qu’ils dégagent. Ils sont également très agiles, chose à laquelle je m’identifie, notamment quand je fais des pointes.

Avez-vous une idole, un modèle dans ce milieu ?
Non pas vraiment, je m’inspire plus de la nature pour créer mes mouvements. Ma danse est très personnelle.

Combien de fois par semaine vous entraînez-vous ?
Je suis plutôt intuitif et pas vraiment une bête de travail. La densité varie en fonction de mon emploi du temps (Karim est actuellement à la fac en Design - ndlr) ou si une compétition approche. En général, je danse trois, quatre fois par semaine, minimum.

Avez-vous des projets d’avenir ? Par exemple, choisir entre la danse et l’art…
Pas vraiment, je préfère vivre le moment présent, ne pas avoir de projets bien définis, profiter de l’instant, même si j’ai conscience que le monde de la danse est très dur.

Qu’en est-il de votre collaboration avec Puma ?
Ma rencontre avec la marque a eu lieu il y a deux ans. Ce que j’aime chez Puma, c’est qu’on s’y sent comme dans une famille. Nous avons su construire une relation de confiance. Ils sont là pour me soutenir à chaque événement et ils seront là samedi…

Quels sont vos secrets pour être en forme ?
Haha ! Je n’ai pas de formule magique. J’ai seulement besoin de me couper du monde, me vider la tête. Il faut se préparer aussi bien psychologiquement que physiquement avant un tel événement, sinon le stress nous envahit rapidement et c’est mauvais.

Red Bull BC One 
Samedi 5 juillet
La Cigale
120 Boulevard de Rochechouart
Paris 75018
Tél. : 01 49 25 89 99

 

lire le magazine

IMAGE LAFC STORY

© L'équipe 24/24 2016 - Tous droits réservés

contacts - C.G.U.