X
En poursuivant votre navigation sur Sport&Style.fr, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêts, pour mesurer la fréquentation de notre site, et vous permettre de partager vos lectures sur les réseaux sociaux. Pour en savoir plus ou paramétrer les cookies, rendez-vous sur cette page. En savoir plus.
Maître Yoga

Maître Yoga

Par Vanessa Brouillet , le 15 septembre 2014

Dans le yoga, la méthode ashtanga défie les lois de la physique et réconcilie le corps avec l’esprit. Immersion avec Petri Räisänen, maître du genre, sur ses terres finlandaises.

La première fois que je suis allée à Mysore, j’étais comme ces gosses qui collectionnent les vignettes Panini pendant des années et connaissent par cœur la tête de leurs joueurs préférés sans jamais les avoir rencontrés. Mysore, c’est la Mecque du yoga ashtanga, une petite bourgade de près d’un million d’habitants située dans l’état du Karnataka, au sud-ouest de l’Inde. Le passage obligé de tous les accros de la méthode ashtanga révélée par feu Pattabhi Jois, élève direct du grand maître moderne Krishnamacharya (1). Madonna, Sting, Willem Dafoe y sont passés. Moi aussi. C’est en 2006, chez Anu, le café des yogis qui borde la shala (2) de l’Ashtanga Yoga Research Institute, que je rencontre pour la première fois Petri Räisänen. Il faut avouer qu’il ne passe pas inaperçu avec sa crinière et son regard d’elfe transperçant. Pattabhi Jois venait de quitter Mysore et nous nous retrouvions tous là, un peu orphelins, sur le point de rentrer dans nos pays respectifs. Le bruit courait que les anciens élèves « autorisés » (3) se rassemblaient pour pratiquer chez les Jois, mais la porte était close pour la caste des inconnus-débutants dont je faisais alors partie.

À la tête de l’une des plus grosses écoles de yoga européenne à Helsinki (trois écoles différentes pour une ville de 600 000 habitants) et avec une excellente réputation internationale d’enseignant-guérisseur, Petri Räisänen était déjà ce que l’on peut appeler une star du yoga. A-t-il été amusé par notre audace ? Touché par notre motivation inébranlable ? Ou simplement fidèle à la personnalité généreuse et désintéressée que je lui ai découvert par la suite ? Toujours est-il qu’il a accepté notre offre : un massage thaï contre un cours particulier de yoga, une classe secrète qui eut lieu chez les Jois, dans le shala de Saraswati, la fille de Pattabhi Jois . L’aventure était singulière, profonde, bienveillante. La relation l’est restée. Alors qu’il parcourait le monde, invité par les plus grandes écoles de yoga, il a aussi accepté de venir régulièrement à Marseille pour animer des workshops d’une trentaine de pratiquants qui commençaient tout juste à voir le jour dans le sud de la France.

L’ashtanga vinyasa yoga a l’immense avantage d’offrir une porte d’entrée en forme de challenge physique vers un état intérieur méditatif fait de tranquillité, de concentration et d’observation de soi. La simplicité de la méthode ainsi que son efficacité redoutable sur le plan du stress et de la santé globale ont fini d’en assurer un succès – mérité – auprès des Occidentaux. La partie physique – les « asanas » ou postures – est très intense, voire acrobatique. Elles sont coordonnées au souffle avec une précision d’orfèvre et s’enchainent les unes aux autres dans une succession ininterrompue. Pratiqué au quotidien, l’ashtanga peut vite s’apparenter à un sport de haut niveau. C’est aussi ce qui a séduit Petri à ses débuts. En bon finlandais, il a commencé par le hockey sur glace à l’âge de 5 ans. Il le pratique rapidement dans l’une des meilleures équipes du pays, la Jokerat Team. Commence alors une période de voyages internationaux et de sport à outrance. Elle finit par l’ennuyer. Tout comme son groupe de punk-rock A-Olut (« bière » en finlandais), où il joue de la batterie avec une jolie crête sur la tête et l’envie de révolutionner le monde. Activiste politique, curieux, chercheur, il se sent cependant dérangé par ce qu’il appelle aujourd’hui «une certaine négativité de l’esprit». À 22 ans, il découvre le yoga. S’il y retrouve le challenge physique qu’il connaissait dans le sport, il décèle aussi une autre dimension du soi à travers la méditation en mouvement. Pour lui, grâce au yoga, toutes les dimensions de l’être sont sollicitées sur les plans physiques (nettoyage, santé), mentaux (meilleure compréhension de soi et de ses actions), spirituels (capacité de perception accrue) et sociaux (moyen d’agir positivement dans le monde qui nous entoure).

«Comme un musicien fait de la musique, j’enseigne le yoga» dit-il. «C’est ma mission. Enseigner le yoga est un travail thérapeutique pour les hommes et le monde. Le yoga nous permet de rester frais, créatif, en bonne santé. Je suis toujours impressionné par la facilité avec laquelle le yoga rend les gens tout simplement plus heureux. Et plus compréhensifs.» Ainsi parle Petri, mélange de simplicité déconcertante et de profondeur rare. Il partage avec moi les deux derniers exemples du jour : son ami musicien, qui avait dédaigné pendant des années ses invitations à venir découvrir le yoga, ressort transformé de ses premiers pas sur le tapis et confesse qu’il a retrouvé sa créativité perdue. Et le cas de cette élève qui voulait plaquer son boulot et qui, après avoir évacué stress et pression grâce à la méditation en mouvement, se retrouve heureuse intérieurement, dans une nouvelle version de sa vie, sans avoir rien changé.

Ce partage est rare. Car Petri est peu loquace. Il ne dit que le minimum et ne se sent jamais obligé de meubler la conversation. Je n’ai appris que tardivement qu’il avait fait un show télé intitulé Guru, aujourd’hui disponible en DVD. Ou qu’il faisait des recherches depuis plus de cinq ans pour un projet de livre sur les mythes et légendes pré-christianiques en Finlande. Il parcourt ainsi le pays à la recherche d’une tradition orale qui a traversé les siècles et reste très vivante aujourd’hui. Il interroge les anciens, reconstruit les histoires pas à pas, en suivant des lignées familiales. Il en parle avec passion et enchantement. «L’histoire ou la mythologie de l’être humain est plus sauvage et plus profonde que tout ce que nous aurions pu imaginer.» Petri est aussi un amoureux transi du détail, de la chose aboutie, un chercheur infatigable. Cela lui a valu d’être choisi par son maître Pattabhi Jois pour retransmettre par écrit et avec précision la méthode ashtanga, une première dans une tradition de transmission orale. La série d’entretiens a commencé en 2003, jusqu’à la mort de Guruji (4) en 2009. Elle a donné lieu à la publication d’un livre (5), sorti en français il y a un an, après avoir été diffusé – avec succès – en Finlande, Suède, Russie et Grande-Bretagne.

Dans ses cours aussi, Petri parle peu, s’exprime lentement. Il prend son temps pour répondre, au point qu’on se demande parfois s’il a entendu la question. En réalité, il enseigne aussi avec les mains, ce qui fait sa réputation. Petri a passé une dizaine d’années à se former auprès des guérisseurs populaires finlandais, médecine traditionnelle encore très présente notamment dans le centre du pays. L’une des particularités du yoga ashtanga est d’être transmis et pratiqué en silence sous la forme de cours traditionnels dits « Mysore Style ». Chacun vient faire sa série de postures à son rythme. Elle change au fur et à mesure de la capacité à mémoriser et à réaliser les enchaînements. Cet enseignement non verbal se fait par ce que l’on appelle des « ajustements », c’est-à-dire des aides sur le corps par le toucher. L’enseignant pose ses mains sur vous, le corps se détend, l’information passe. En abandonnant ses tensions, l’organisme fonctionne à nouveau d’une façon plus libre. C’est ainsi que les processus d’auto-guérison se mettent en action. L’expérience vaut tous les cours théoriques du monde, comme en témoignent les visages heureux à la sortie de la classe de yoga.

Presque naturellement, Petri a récemment été sollicité par la sélection nationale finlandaise de hockey sur glace, l’équipe nationale de natation et par le snowboardeur Antti Jussila. Il accompagne ces athlètes de haut niveau dans leurs entraînements. Il les aide à comprendre comment fonctionne leur cerveau pour développer des capacités de concentration profonde. Ce que d’autres appellent méditation. Petri s’émerveille : être chaque jour le témoin de modifications majeures chez les êtres humains, sans rien utiliser d’autre que la respiration et le corps, de la manière la plus simple et la plus naturelle qui soit. Presque un miracle. 

(1) Voir le documentaire franco-allemand Le Souffle des Dieux sorti en salles au printemps
(2) Salle de pratique de yoga
(3) L’«autorisation» est une distinction officielle décernée à l’époque par Pattabhi Jois à ses élèves les plus anciens et les plus constants quand ils avaient atteint un certain niveau de pratique
(4) Terme affectueux et respectueux pour «enseignant»
(5) Ashtanga yoga traditionnel : le yoga selon l’enseignement de Sri K. Pattabhi Jois de Petri Räisänen, Éditions Almora, www.ashtangabook.com

 

 

 

lire le magazine

IMAGE LAFC STORY

© L'équipe 24/24 2016 - Tous droits réservés

contacts - C.G.U.