X
En poursuivant votre navigation sur Sport&Style.fr, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêts, pour mesurer la fréquentation de notre site, et vous permettre de partager vos lectures sur les réseaux sociaux. Pour en savoir plus ou paramétrer les cookies, rendez-vous sur cette page. En savoir plus.
La ballerine hors normes
Misty Copeland

La ballerine hors normes

Par Jawaher Aka , le 16 octobre 2014

Choisie pour incarner la campagne d’Under Armour « I Will What I Want », aux côtés de Gisele Bündchen et de Lindsey Vonn, la danseuse Misty Copeland crée le buzz sur Internet. Sport & Style l’a rencontrée.

En choisissant la ballerine Misty Copeland pour sa campagne dédiée aux femmes « I Will What I Want » (« Je peux le faire »), l’équipementier américain Under Armour ne s’y est pas trompé : en deux mois, la vidéo, présentant la danseuse de 32 ans, a enregistré plus de six millions de vues sur Youtube. « On n’est pas habitué à ce type de reconnaissance dans la danse classique », avoue l’intéressée, perplexe. Dans cette vidéo, on découvre la danseuse en action, ses muscles saillants et ses formes généreuses. En voix-off, une jeune fille lit la lettre de refus d’une académie de danse à les rejoindre : « Vous n’avez pas un corps de ballerine et à 13 ans, vous êtes trop âgée pour être admise. » Une lettre qui n’a jamais existé, mais qui résume bien les obstacles que la ballerine a rencontrés à ses débuts.

Quand Misty découvre la danse à 13 ans au Boys and Girls Club de San Pedro en Californie, elle n’a « jamais vu de ballerine, ni jamais écouté de musique classique. » Mais elle semble avoir des dispositions naturelles pour le ballet. Impressionnée, son professeur de danse la prend dans son école et, à 15 ans, la jeune élève est reçue aux stages d’été des plus grandes académies de danse américaines. Sauf à celui de la plus prestigieuse : le New-York City Ballet. Elle en est convaincue, sa couleur de peau pose problème. Mais aussi ses pieds. Trop grands: du 40 pour 1,57 m. Sa poitrine. Trop grosse : un 80 E. Et ses muscles. Trop développés. « J’ai détesté la puberté, mon corps s’est transformé et ne correspondait plus du tout au corps d’une ballerine. »

En 2001, elle est recrutée par l’American Ballet Theatre de New-York. De nouveau, elle doit convaincre l’équipe artistique de sa compagnie, mal à l’aise avec ce corps hors normes. Six ans plus tard, elle devient la plus jeune soliste promue par l’ABT (American Ballet Theatre) et la première soliste africaine-américaine en vingt ans. En 2012, elle est la première femme noire à danser le rôle principal dans L’Oiseau de feu. Un drôle de palmarès qu’elle revendique : « rappeler que je suis noire est nécessaire. J’espère qu’on continuera. C’est important d’expliquer la réalité du milieu et la manière dont il doit évoluer ». Aujourd’hui, son histoire très médiatisée aux États-Unis suscite l’admiration. Jusqu’à celle du président des États-Unis. Il y a quelques semaines, Barack Obama lui déclarait qu’il ne se lassait pas de voir la pub Under Armour sur ESPN : « C’est cool de savoir que le Président en est fan », lâche-t-elle dans un petit rire à la fois gênée et fière.

 

lire le magazine

IMAGE LAFC STORY

© L'équipe 24/24 2016 - Tous droits réservés

contacts - C.G.U.