X
En poursuivant votre navigation sur Sport&Style.fr, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêts, pour mesurer la fréquentation de notre site, et vous permettre de partager vos lectures sur les réseaux sociaux. Pour en savoir plus ou paramétrer les cookies, rendez-vous sur cette page. En savoir plus.
3 questions à Boris Diaw

3 questions à Boris Diaw

Par Vincent Denis , le 15 juin 2015

À l’occasion des 30 ans de la Jordan, Sport & Style a croisé Boris Diaw, ambassadeur de la marque, à Paris. Il nous parle de ses souvenirs avec Michael Jordan et de son rapport aux baskets.

Vous avez côtoyé Michel Jordan, que pouvez-vous nous dire à propos de lui ?
Je ne l’avais jamais rencontré avant de signer chez les Charlotte Bobcats en 2008 (Michael Jordan est actionnaire du club de NBA de Charlotte depuis 2006, et propriétaire depuis 2010. Depuis 2014, le club a retrouvé son nom d’origine, Charlotte Hornets – ndlr). La première fois que je l’ai vu, c’était lors d’un match. Quand je suis sorti, j’ai claqué la main de mes coéquipiers et Jordan, en costume, était au bout du banc. Parfois, il venait s’entraîner avec nous. Il n’était pas au top de sa forme mais ses qualités de shoot n’avaient pas changé. Ensuite, je l’ai croisé plus souvent parce que c’était mon voisin de palier.

Quel genre de basket aimez-vous ?
Quand je joue, j’aime porter des paires classiques, sobres. Idem pour la ville, c’est ce qui me convient. Après, cela ne me dérange pas de sortir des sentiers battus en portant des sneakers inédites (ce jour-là, il porte les Air Force 1 Hi PRM “Quai 54” – ndlr). Mais si je devais collaborer à la création d’un modèle avec Nike, ça serait quelque chose de simple.

Que faites-vous des paires avec lesquelles vous avez joué ?J’utilise peu de baskets par rapport à certains autres joueurs. J’aime bien jouer avec des chaussures qui sont un peu usées. Généralement, je fais une dizaine de matchs avec une paire de chaussures car on les abime assez vite. Je ne suis pas collectionneur mais j’aime bien garder les chaussures avec lesquelles j’ai joué, et pas seulement celles des titres. J’ai gardé toutes mes chaussures depuis l’époque où je jouais à Pau (2001 – ndlr), ce sont des souvenirs. Mais elles prennent beaucoup de place chez moi, au grand désespoir de ma mère !

 

IMAGE LAFC STORY

© L'équipe 24/24 2016 - Tous droits réservés

contacts - C.G.U.