X
En poursuivant votre navigation sur Sport&Style.fr, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêts, pour mesurer la fréquentation de notre site, et vous permettre de partager vos lectures sur les réseaux sociaux. Pour en savoir plus ou paramétrer les cookies, rendez-vous sur cette page. En savoir plus.
Le show de Christophe Lemaitre

Le show de Christophe Lemaitre

Le 02 février 2012

À l'aise sous les spotlights comme sur les pistes d'athlétisme, Christophe Lemaitre se révèle en star de la pop pour Sport & Style. Inclassable, ce garçon véloce sera la grande attraction tricolore des Jeux Olympiques de Londres. Il n'a pas fini d'étonner.

Les beaux gosses des agences de mannequins n’ont plus qu’à aller se rhabiller... Sur la scène du théâtre d’Aix-les-Bains, Christophe Lemaitre, le héros du sprint national dégage une élégance, une décontraction et un naturel à couper le souffle. Et nous, là, juste devant la scène, nous sommes bluffés. En plus, il s’amuse ! L’athlète français de l’année 2011 s’empare de la lumière des projecteurs, virevolte et, magistral, conclut son ballet d’une pichenette pour relever son chapeau en arrière. C’est le même garçon qui défie depuis plusieurs saisons l’homme le plus rapide du monde.

Paroles définitives : « Usain Bolt, ce n’est pas un patron. C’est sûr que c’est l’un de mes principaux adversaires à battre, mais c’est un adversaire comme les autres, je ne suis pas plus impressionné que ça. » Nous, si. Derrière le rideau de feutre rouge, une troupe de danseurs classiques répète. Nous attendons la venue de Pierre Carraz, l’entraîneur de Christophe Lemaitre. Les deux hommes doivent s’entretenir du programme d’entraînement hivernal.


Le théâtre d’Aix-les-Bains est intégré au casino de la ville. Dehors, il pleut des cordes. Dans les rues, accrochées aux lampadaires, des bannières à l’effigie de l’enfant du pays flottent sous le vent. Flash-back. C’est une photo du sprinteur en plein effort aux Championnats du monde de Daegu, en Corée du Sud, en août 2011.

Usain Bolt, ce n’est pas un patron. C’est sûr que c’est l’un de mes principaux adversaires à battre, mais c’est un adversaire comme les autres, je ne suis pas plus impressionné que ça.. 

Ce matin, Christophe Lemaitre suivait ses cours de génie électrique et d’informatique industrielle à l’Université de Savoie à Annecy. Puis, l’Aixois est rentré chez lui en début d’après-midi pour préparer sa leçon de conduite. Quand d’autres champions perdent pied avec la réalité, perchés si haut sur leur montagne de billets, le Savoyard se permet – c’était à la fin de l’été dernier – de décliner deux invitations pour des meetings de haute voltige, l’un à Bruxelles et l’autre à Zurich. 50 000 $ (environ 40 000 €) chacun tout de même. La raison du refus ? Ne pas manquer sa rentrée universitaire, tout simplement. Pas illogique : une première rentrée à la fac, c’est un moment unique dans la vie !

Quand les autres stars du sprint mondial ne se déplacent plus qu’en première classe, Christophe est encore capable de se lever à 4 heures du matin pour accompagner en minibus les camarades de son club – l’Athlétique Sport Aixois – partis en goguette pour une rencontre inter-club à l’autre bout de la France.Et quand d’autres choisiraient de passer l’hiver au chaud en Floride, aux Antilles ou en Afrique du Sud, le recordman de France du 100 m (9’’92) et 200 m (19’’80) reste et participe à un stage régional avec les athlètes de la ligue Rhône-Alpes. Un garçon qui rayonne par son authenticité. Il nous confie qu’enfant, les rapports avec les autres à l’école étaient « difficiles ». Plus jeune, il aimait s’armer de solitude et ne parlait que rarement.

OBJECTIF JEUX OLYMPIQUES
Renaud Longuèvre est entraîneur de champion. Il a notamment aidé Ladji Doucouré à décrocher son titre mondial du 110 m haies en 2005. Et le coach connaît bien Christophe. Paroles d’expert : « Comme son entraîneur Pierre Carraz s’était blessé en vélo, c’est moi qui l’ai assisté aux Championnats du monde de Daegu et je l’avais déjà eu trois semaines en stage à Miami. Le travail avec lui est très facile, il ne rechigne jamais à la tâche. Il a une grande confiance en lui qu’il donne entièrement au coach. La force de Christophe, c’est son grand gabarit (1,90 m). Du coup, son centre de gravité est haut placé. Il a une grande capacité élastique. Sa qualité de pied est incroyable et sa rapidité neuromusculaire hors norme. » Voilà pour le pedigree athlétique, mais ce n’est pas tout. Christophe continue de gagner en puissance.

Le record d’Europe du 200 mètres, c’est dans mes cordes pour cette année. Et puis, il y a les Jeux Olympiques et ça, j’y pense tout le temps...

Renaud Longuèvre, encore : « Son entraîneur de toujours, Pierre Carraz, est une personne super, un montagnard totalement dévoué à l’athlétisme, un patriarche avec de la bouteille et beaucoup de recul. Ce qui lui permet d’anticiper les blessures. Pour lui, Christophe est une récompense et un joyau. La progression de Christophe ces dernières années est très limpide : chaque année, il ajoute un étage de plus à la fusée. Son parcours est une montée en puissance vers la place de numéro 1 mondial. Aujourd’hui, Christophe a 21 ans et ses plus belles années sont devant lui. Des JO de Londres jusqu’aux JO de Rio en 2016, il sera peut être au top du sprint mondial. »

Et il faut bien reconnaître que, une fois lancé, plus rien ne retient le triple champion d’Europe de Barcelone. Il a la « niaque » et un record d’Europe à effacer des tablettes : celui de l’Italien Pietro Mennea (19’’72) qui n’a pas bougé depuis 32 ans. « Le record d’Europe du 200 mètres, c’est dans mes cordes pour cette année. Et puis, il y a les Jeux Olympiques et ça, j’y pense tout le temps... »

Le coach Pierre Carraz y pense aussi, mais parti à la recherche de son pur-sang, il se perd dans le casino. Une machine boulimique vomit son trop plein de monnaie à grands renforts de sirène et de gyrophare. Un peu plus loin, Christophe Lemaitre, confortablement installé dans les fauteuils carmin du théâtre, vient de s’endormir. De sa chemise dépasse une pointe en argent montée en pendentif. Il rêve. Le Français le plus rapide de tous les temps prend le temps de prendre son temps. 

 

IMAGE LAFC STORY

© L'équipe 24/24 2016 - Tous droits réservés

contacts - C.G.U.