X
En poursuivant votre navigation sur Sport&Style.fr, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêts, pour mesurer la fréquentation de notre site, et vous permettre de partager vos lectures sur les réseaux sociaux. Pour en savoir plus ou paramétrer les cookies, rendez-vous sur cette page. En savoir plus.
Interview chrono avec Rénelle Lamote

Interview chrono avec Rénelle Lamote

Par Bérénice Marmonier , le 23 février 2016

Elle avait frappé un grand coup en août 2015 en se hissant en finale du 800m des championnats du monde à Pékin. La Francilienne de 22 ans Rénelle Lamote part, aujourd’hui, à la conquête des Jeux olympiques de Rio qui se profilent cet été. Rencontre.

Rendez-vous à Paris, sur une péniche du port de Javel. Rénelle Lamote participe au lancement d’une série originale créée par Nike, son sponsor, Margot vs Lily. L’occasion pour Sport & Style de se lancer dans une interview chrono avec celle qui a déjà couru le 800m en 1’58’’86.

Votre parcours ?
Après avoir remporté deux fois le cross de mon collège à Fontainebleau, un de mes professeurs m’a orienté vers une structure de haut niveau. J’ai donc intégré le sport-étude. Je m’entraîne avec le même coach depuis le lycée, on a passé toutes les étapes ensemble. Je me suis qualifiée pour les championnats de France, puis j’ai progressé jusqu’à finir parmi les meilleures mondiales.

Votre première grosse compétition ?
Les championnats du monde junior à Barcelone, j’avais 17 ans. J’avais atteint les demi-finales, ce qui était une belle performance car je ne m’entraînais pas encore énormément. C’est à ce moment-là que j’ai découvert l’athlétisme de haut niveau. Je m’y suis rendue avec une copine du lycée. On a vécu l’événement à deux, c’était des bonnes découvertes, sans trop de stress.

Votre première grosse performance ?
L’année dernière, j’ai atteint la finale du 800m des championnats du monde à Pékin (elle a terminé à la huitième place avec un temps de 1’59’’70, ndlr). Ce fut difficile pour moi de tenir trois courses à ce niveau en quatre jours. Aujourd’hui, mon objectif est de me qualifier pour les Jeux olympiques de Rio. Et je veux au moins égaler ma performance des championnats du monde voire terminer dans le top 5.

Votre journée type ?
Je vais m’entraîner le matin. Vient ensuite le passage chez le kiné. Je fais une sieste et je reprends l’entraînement l’après-midi. Et cela six jours sur sept.

Avez-vous un rituel avant une course ?
Je ne porte rien sur moi, seulement une bague. Il faut qu’il y ait le moins de poids possible et donc le moins de tissu possible. Donc je cours en culotte et sans chaussettes. Et je porte toujours en compétition mes baskets Victory de Nike qui sont très légères.

Votre rapport à la mode ?
J’ai toujours aimé la mode quand j’étais plus jeune. Aujourd’hui, je préfère porter des tenues sportives, j’ai l’impression d’être plus créative. Mon corps a changé, j’ai le corps d’une athlète et je me sens plus féminine dans ma tenue de sport. Surtout que mon sponsor, Nike, propose un panel de vêtements très riche.

Vos études ?
J’étudie, par correspondance, dans une école privée en business international du sport.

Votre playlist ?
J’écoute toujours des choses très joyeuses, il faut que ça bouge.

Votre objet fétiche ?
Mon copain m’a offert un bracelet. Et même en compétition je le garde jusqu’à la chambre d’appel. C’est mon porte-bonheur.

Votre rêve absolu ?
Gagner une médaille d’or aux Jeux olympiques en ayant la meilleure performance mondiale.

Votre modèle ?
Je n’ai pas spécialement de modèle. Je pioche un peu certains aspects qui me plaisent chez les autres.

La partie de votre corps que vous préférez ?
Mes bras qui reflètent le travail.

L’endroit où vous vous sentez le mieux ?
Dans ma chambre chez mes parents, près de Coulommiers, dans la campagne de la Seine-et-Marne. C’est ici que j’aime me ressourcer.

Votre destination de rêve ?
J’adorerais aller aux Seychelles. Ces plages de sable blanc et ces rochers me donnent envie. Pourtant j’ai déjà connu des paysages paradisiaques comme aux Bahamas, en Guadeloupe, au Costa Rica...

Votre philosophie de vie ?
Travailler pour atteindre ses objectifs. On n’a rien sans rien.

Votre prochaine compétition ?
Pour me qualifier aux prochains JO de Rio, je vais me rendre à la Diamond League de Doha, le 27 mai. Et après, je vais faire une préparation aux championnats de France de cross.

Vos projets ?
Le sport me prend beaucoup de temps, mes études aussi. J’ai besoin de savoir que j’ai ce socle scolaire pour m’aérer un peu l’esprit. Mais aujourd’hui, je suis à 100 % dans le sport.

 

lire le magazine

IMAGE LAFC STORY

© L'équipe 24/24 2016 - Tous droits réservés

contacts - C.G.U.