X
En poursuivant votre navigation sur Sport&Style.fr, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêts, pour mesurer la fréquentation de notre site, et vous permettre de partager vos lectures sur les réseaux sociaux. Pour en savoir plus ou paramétrer les cookies, rendez-vous sur cette page. En savoir plus.
Usain Bolt, le magicien d'or

Usain Bolt, le magicien d'or

Par Alain Mercier & Bérénice Marmonier , le 01 juin 2016

Au pays des légendes, les athlètes sont rois. Muhammad, Magic, Pelé... et Usain Bolt. Quelques semaines avant les JO de Rio, « la Foudre », ambassadeur Hublot, a invité Sport & Style chez lui, en Jamaïque, pour un shooting mode où chaque seconde comptait pour l'homme le plus rapide du monde. À retrouver en kiosques samedi 4 juin avec L'Équipe.

Aux yeux des connaisseurs, Usain Bolt est né une fin d’après-midi du mois de juillet 2002 à Kingston, Jamaïque, en chipant à la concurrence le titre mondial juniors du 200 m. À 15 ans et 332 jours. Pour le grand public, il a vu le jour au mois d’août 2008, aux Jeux de Pékin, en raflant médaille d’or et record du monde du 100 m sans même donner l’impression d’avoir accéléré. Pour l’Histoire, il est devenu « légendaire » en s’offrant un deuxième triplé consécutif 100 /200 /4×100 m aux Jeux de Londres en 2012. À mes yeux, Usain Bolt est devenu un athlète à part, unique, seul dans sa catégorie, incomparable et inoubliable, par un dimanche sans soleil du mois d’août 2015. À Pékin, encore une fois. Aux championnats du monde.

Le contexte, d’abord. Pour la première fois depuis près de dix ans, le Jamaïcain se pointe dans une grande compétition sans porter comme une deuxième peau la tunique de favori. Sa saison a été tristoune. Peu de courses, beaucoup de rumeurs, une préparation ralentie par des articulations « coincées ». À l’inverse, l’Américain Justin Gatlin, ex-dopé rajeuni par quatre années de purgatoire, a saisi à pleines mains les clés du sprint mondial. Il détient les cinq meilleurs chronos de l’année sur 100 m, tous inférieurs à 9"80.

Premier round en série du 100 m, le samedi. Usain Bolt, appliqué mais hésitant, avale la sienne en 9"96. Correct, sans plus. Justin Gatlin, concentré comme pour un entretien d’embauche, expédie l’affaire en 9"83, avec un vent légèrement trop favorable. Entre les deux, l’écart n’est pas seulement chronométrique. La confiance semble avoir changé de camp. Inédit mais logique. Deuxième reprise, dimanche en fin d’après-midi lors des demi-finales. Usain Bolt écrase tellement fort un appui en début de course, que le stade tout entier retient son souffle, certain de l’avoir vu éviter d’un rien la chute. Il l’emporte en 9"96. Bof. Justin Gatlin, lui, récite sans une hésitation sa leçon de premier de la classe du cours de technique de course. Victoire en 9"77. Top.
 

RETROUVEZ L'INTÉGRALITÉ DU DOSSIER SUR USAIN BOLT DANS LE NOUVEAU SPORT & STYLE EN KIOSQUES SAMEDI 4 JUIN AVEC L'ÉQUIPE.


 

 

IMAGE LAFC STORY

© L'équipe 24/24 2016 - Tous droits réservés

contacts - C.G.U.