X
En poursuivant votre navigation sur Sport&Style.fr, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêts, pour mesurer la fréquentation de notre site, et vous permettre de partager vos lectures sur les réseaux sociaux. Pour en savoir plus ou paramétrer les cookies, rendez-vous sur cette page. En savoir plus.
Renan Ozturk : « J’ai été surpris par la beauté du Mont Meru mais aussi par sa dureté »

Renan Ozturk : « J’ai été surpris par la beauté du Mont Meru mais aussi par sa dureté »

Par Bérénice Marmonier , le 17 juin 2016

C'est un des héros du documentaire « Meru » basé sur l'ascension du Mont Meru en Himalaya par trois alpinistes américains. L'aventurier de l'extrême Renan Ozturk nous raconte cette expédition, qui marque une première dans l'histoire de l'alpinisme.

Le Mont Meru, qui pointe à 6 310 mètres d'altitude dans l’Himalaya, est considéré comme le centre de l’univers dans la mythologie hindoue. Une montagne que personne n’a jamais réussi à vaincre. C’est pourquoi trois alpinistes américains, Conrad Anker, Renan Ozturk et Jimmy Chin se lancent le pari de le gravir en octobre 2008. Après une odysée de 20 jours, les trois compagnons de route abandonnent à 100 mètres du sommet. Mais décident de remettre ça en 2011 pour cette fois-ci finir sur un happy end. En ressort un document incroyable « Meru » primé au festival Sundance et qui est, selon Telerama, « un sommet du cinéma d’alpinisme ». Un des protagonistes, Renan Ozturk, nous en parle.

Qu’est-ce que représentait le Mont Meru avant de prendre part à son ascension en 2008 ?
Je ne connaissais rien au Mont Meru, seul Conrad (Anker, ndlr) l’avait déjà expérimenté. Cette montagne a une dure réputation. En arrivant, j’ai été à la fois surpris par la beauté du paysage mais aussi par sa dureté. J’étais très fatigué pendant cette expédition. Nous nous sommes donnés à fond pendant 20 jours. Et les jours étaient très longs en altitude.

Qu’est-ce qui a été le plus difficile pendant l’ascension ?
L’altitude. Les gens ne se rendent pas à quel point c’est difficile d’évoluer dans un tel environnement. Surtout avec la météo que l’on a eu. Le risque est toujours présent. Surtout que je n’ai pas l’habitude de me lancer dans un tel défi, contrairement à Conrad et Jimmy (Chin, le troisième alpiniste présent sur l’expédition Meru, ndlr).


Jimmy Chin, Conrad Anker et Renan Ozturk.

Qui a été le leader pendant cette expédition ?
Conrad Anker. C’était son rêve. C’était d’abord le rêve de son mentor Terrence « Mugs » Stump (mort en 1992 en tombant dans une crevasse en Alaska, ndlr) puis c’est devenu le sien.

Pourquoi la notion de « mentor » est-elle importante dans ce genre d’expédition ?
C’est très important. Tu peux apprendre plein de choses sur internet et avancer de cette manière. Mais tu dois échanger, apprendre d’autres personnes. Qu’elles te parlent du réel danger durant les expéditions. Si tu as cette passion, c’est important d’avoir quelqu’un auprès de toi qui va te parler des choses techniques que tu dois savoir. Donc oui, la notion de mentor est très importante dans ce milieu.

Vous avez échoué une première fois, puis vous êtes gravement blessé lors d’un accident de ski. Qu’est-ce qui vous a convaincu de retourner sur le Mont Meru ?
Parce qu’on était si près la première fois, qu’on avait presque failli mourir et qu’on avait poussé très loin. Donc quand on vit ce genre d’expérience, très traumatique, on a envie d’en finir et d’y retourner. De recommencer avec Conrad et Jimmy et de reprendre part à quelque chose de grand.

Est-ce que l’on peut dire que vous êtes une personne obstinée ?
Je ne suis pas quelqu’un d’agressif en général. Mais si j’ai un but, je peux le devenir.

Quelles sont vos limites ?
Je peux ressentir mes limites quand je suis en ville, dans un milieu très urbain. J’ai plus de limites que la plupart des gens.

Quelles sont les choses que vous avez apprises de cette expédition ?
Cela a été plus dur que ce que je pensais. Mais j’ai appris de nombreuses choses concernant l’amitié, des connexions entre les gens et de ce que l’on peut faire pour arriver au top.

Comment avez-vous découvert votre passion ?
C’était sur la cote est des Etats-Unis. J’ai été passionné par l’environnement alpin quand j’y étais avec ma mère plus jeune. Je me suis donc beaucoup documenté via des magazines, lu beaucoup de choses sur les ascensions en Himalaya.

Quels sont vos projets ?
J’en ai plusieurs. Notamment un document sur cette expédition « My Meru ».

Meru, disponible depuis le 1er juin en DVD.
www.universalpictures.fr/video/meru

 

 

IMAGE LAFC STORY

© L'équipe 24/24 2016 - Tous droits réservés

contacts - C.G.U.