X
En poursuivant votre navigation sur Sport&Style.fr, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêts, pour mesurer la fréquentation de notre site, et vous permettre de partager vos lectures sur les réseaux sociaux. Pour en savoir plus ou paramétrer les cookies, rendez-vous sur cette page. En savoir plus.
Zlatan Ibrahimovic en cover de Sport&Style

Zlatan Ibrahimovic en cover de Sport&Style

Par Paul Miquel , le 30 juin 2016

On a aimé le détester, souvent. On a également aimé l'adorer, parfois. Zlatan Ibrahimovic quitte donc Paris en laissant derrière lui une trace indélébile. Sport & Style lui consacre un numéro spécial, en kiosques samedi 2 juillet avec L'Équipe.

Ce jour-là, il n’est pas arrivé comme un prince ni comme une légende, mais comme monsieur-tout-le-monde. On l’attendait dans un très ancien gymnase parisien reconverti en studio photo quand il a garé sa Volvo juste devant l’im- meuble, dans une minuscule rue du IXe arrondissement de Paris. Un 4x4 noir de père de famille, une auto presque dis- crète. « Je suis Suédois, je roule en Volvo, je trouve ça cohérent, non ? » Quand Zlatan pose une question, on se demande s’il faut répondre. Ce n’est pas de la peur mais de la prudence. Dire que le natif de Malmö est impressionnant est un doux euphémisme. Quand il entre dans une pièce, le silence s’abat immédiatement sur les lieux. Et pourtant, avec « Ibra », il faut avant tout briser la glace, oublier ses 195 cm, ses kilos de muscles et son regard métallique. Car au fond de lui, il aime le contact. Dans tous les sens du terme. La poignée de main est ferme, pour ne pas dire virile. Noir, le regard est perçant, d’une rare profondeur, comme s’il plongeait les pupilles dans votre âme. «Hello, I’m Zlatan.» Curieuse cette manie de se présenter alors que toute la France vous connaît. Une fois les présentations faites, le gars se détend mais ne parle toujours pas. On sent qu’il jauge la situation, repère son terrain de jeu, pose son corps dans l’espace. Le meilleur buteur du PSG prépare le lancement de sa marque de vêtements de sport baptisée A-Z. Des pièces simples, bien coupées, imaginées pour la pratique de plusieurs disciplines sportives comme la gym, le fitness, le basket, le handball, la boxe ou le crossfit. « Pas besoin de beaucoup de matos ni de vêtements trop techniques pour s’entraîner dur », glisse alors l’homme au catogan d’un ton défi- nitif qui ne souffre aucune contradiction. Il enfile alors un T-shirt et un short avant de se présenter devant le photographe. Le shooting terminé, on s’assoie en face de lui, on soutient son regard. Il sourit. Maintenant, Zlatan veut bien parler. Écoutons-le.

Zlatan est-il arrivé au bout
de son aventure footballistique ?
Quand j’étais un jeune joueur à l’Ajax, j’étais déjà Zlatan mais un petit Zlatan, moins légendaire que maintenant. Ma vie est une grande aventure et je suis aujourd’hui satisfait du chemin parcouru parce que j’ai toujours eu un contrôle total sur ma vie de footballeur. Je n’ai jamais eu de regrets. Tout ce qui s’est produit, le bon comme le mauvais, devait de toute façon se produire. Je crois en la destinée, la mienne. Dans le sport et ailleurs.

C’est quoi précisément le style Zlatan ?
Je pense être plutôt cool comme mec. Je suis assez facile à vivre. Après, les gens font travailler leur imagination sur ma façon de jouer, mon comportement sur un terrain, mon image à la télévision. En fait, je suis un gars discret. C’est juste que j’aime bien dire ce que je pense et ce que je veux sans prendre de gants. Je n’ai pas toujours raison mais avec moi, on peut discuter de tout.

Sur le terrain, vous êtes un guerrier. Dans le civil, presque un agneau. La vraie personnalité de Zlatan se situe-t-elle entre ces deux extrêmes ?
Quand je travaille, c’est-à-dire quand je joue au football, j’ai des objectifs professionnels à atteindre, comme tout le monde. Et pour moi, ces objectifs sont simples : obtenir des résultats, gagner des titres, me battre pour ça. Je suis toujours là pour gagner, pas pour autre chose. Je me suis toujours mis beaucoup de pression au football. Pourquoi ? Parce que si je ne suis pas performant, quelqu’un d’autre prendra ma place. C’est comme ça que ça marche dans le foot professionnel. Ça ne m’empêche pas d’être heureux. C’est exactement ce que j’ai fait en France : je suis venu, j’ai vu et j’ai vaincu.

RETROUVEZ L'INTÉGRALITÉ DE L'INTERVIEW DE ZLATAN DANS LE NOUVEAU SPORT & STYLE EN KIOSQUES SAMEDI 2 JUILLET AVEC L'ÉQUIPE.

 

 

lire le magazine

IMAGE LAFC STORY

© L'équipe 24/24 2016 - Tous droits réservés

contacts - C.G.U.