X
En poursuivant votre navigation sur Sport&Style.fr, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêts, pour mesurer la fréquentation de notre site, et vous permettre de partager vos lectures sur les réseaux sociaux. Pour en savoir plus ou paramétrer les cookies, rendez-vous sur cette page. En savoir plus.
La nouvelle campagne « cliché » du Stade Français

La nouvelle campagne « cliché » du Stade Français

Le 06 septembre 2016

Jouer la carte des stéréotypes parisiens pour accroître sa popularité, remplir son stade et marquer la différence avec son voisin le Racing 92, voilà le speech de la nouvelle campagne de publicité du Stade Français. Et c’est plutôt réussi.

Depuis les années 90, le Stade Français (grâce à son ancien président Max Guazzini) a bâti sa communication sur une stratégie décalée et pleine d’humour, en rupture avec la communication très classique des autres clubs. Le club de la capitale, désormais concurrencé par son voisin le Racing 92, continue aujourd’hui de jouer sur ce créneau, avec sa nouvelle campagne basée sur les préjugés des Parisiens.

Afin de remplir un stade Jean Bouin quasiment neuf (rénové il y a trois ans) et qui sonne un peu creux (13 000 spectateurs en moyenne, pour une capacité totale de 20 000 places), le Stade Français et l’agence de communication Comquest ont réalisé une vidéo et plusieurs affiches (visibles dans quelques stations de métro), pour toucher son « cœur de cible », l’habitant de Paris, grâce à des stéréotypes connus de tous mettant souvent en scène des oppositions Paris vs Province.

La campagne a été développée selon deux axes majeurs, d’après Renaud Blondel, Directeur de l’agence Comquest : d’une part, « vouloir conforter la place du Stade Français comme LE club de la capitale » (ils se posent ainsi en concurrent du Racing 92), et d’autre part, « rester fidèle à ce qu’est la fibre du club, le spectacle bien sûr, mais aussi la touche d’impertinence qui fait du Stade Français une équipe à part ». On pense bien entendu au calendrier des Dieux du Stade, objet devenu culte au fil du temps.

Ce n’est d’ailleurs pas la première fois qu’un club de rugby manie avec brio le second degré pour attirer le public. Le Stade Rochelais, par exemple, a depuis 2012 basé sa communication sur des affiches représentant ses rugbymen en train d’accomplir divers exploits, plus farfelus les uns que les autres.

 

lire le magazine

IMAGE LAFC STORY

© L'équipe 24/24 2016 - Tous droits réservés

contacts - C.G.U.